AFP

Ruffier déjà au top

Ruffier déjà au top
Par Eurosport

Le 07/08/2011 à 00:09Mis à jour Le 08/08/2011 à 00:41

Joueurs, coaches et arbitres sont passés sous le scanner de nos journalistes lors de la 1re journée. Bilan : beaucoup plus de félicitations que de blâmes lors de cette 1re journée. Et un coup de projecteur sur Ruffier (Saint-Etienne), Dernis (Montpellier), Montano (Rennes) et A. Traoré (Auxerre).

LES CRACKS

Joueurs : Le nouveau gardien stéphanois Stéphane Ruffier était très attendu, il a répondu présent. Il a montré une palette de qualités très large. Ses sorties aériennes en reculant ont parfaitement rassuré sa défense (3e, 38e), sa bonne lecture du jeu a permis à ses sorties de couper les transmissions bordelaises (4e, 54e), y compris hors de sa surface devant Modeste (62e). Il s'est détendu magnifiquement pour détourner de sa lucarne un coup franc de Plasil (53e) et a arrêté du genou gauche une lourde frappe de Chalmé (65e). Il est déjà un homme-clef chez le Verts.

Geoffrey Dernis, très actif sur son couloir droit, et auteur d'un but exceptionnel, a permis au MHSC de prendre l'avantage contre Auxerre (3-1). Il a reçu une ovation archi méritée lors de sa sortie. Alain Traoré a fait un match exceptionnel, il a participé a quasiment toutes les attaques de l'AJA soit en faisant des ouvertures très précises pour ses attaquants soit en prenant sa chance avec des frappes monstrueuses. Un but de 35 mètres tout simplement sensationnel.

Dimanche, les Rennais Montaño et Pitroïpa ont été décisifs dans le succès à Dijon (5-1). Parmi les stars de la L1, mention à Lisandro et Gomis (Lyon), ainsi qu'à Lucho (Maseille).

Entraîneurs : Le nouvel entraîneur lyonnais Rémi Garde devait faire sans Gourcuff, Ederson et Pjanic et ne disposait pas de nombreuses solutions. Pourtant, son 4-4-2 a fait bonne impression face à Nice. L'ensemble de l'équipe lyonnaise est apparu en forme et très cohérente. A Marseille, le choix de Didier Deschamps de titulariser Lucho malgré sa volonté farouche de départ a été un pari gagnant. L'entraîneur de l'OM aurait pu être échaudé par le souvenir désagréable de Niang en 2010, mais il a su dissocier les deux cas. Il a bien fait.

Arbitres : M. Rainville n'a pas commis d'erreur dans un match rythmé et engagé, lors de Bordeaux - ASSE (1-2). Il n'est tombé pas dans le piège de Modeste qui a réclamé un penalty pour un contact à l'épaule avec Marchal (13e), ni dans celui de Traoré qui est resté au sol dans la surface stéphanoise après un contact avec Mignot (50e), il a parlé avec Guilavogui après sa première faute pour lui expliquer qu'il était passé près du jaune (24e).

Très belle soirée, samedi, pour Monsieur Bastien lors de Brest - Evian(2-2). Il a tenté de ne pas sortir les cartons trop vite et a fait preuve de diplomatie sur certaines situations. M. Kalt a aussi bien tenu son Nancy - Lille. Il a accordé le but nancéien sur une action litigieuse sur laquelle Landreau n'a pas été victime d'une faute. M. Kalt a pris ses responsabilités pour exclure Bérenguer sur un tacle très dangereux.

_________________________________________________________________________________________________________

LES BOULETS

Joueurs : Deux grosses déceptions à Bordeaux, dimanche soir. D'abord Ciani, qui a marqué contre son camp (18e), et a failli réaliser le doublé avant que Carrasso ne revienne en catastrophe (26e). Il a également montré des lacunes techniques sur des contrôles et des passes imprécises. Néanmoins, il a tenté de se racheter en détournant un coup franc de Plasil bien arrêté par Ruffier (27e). Ensuite, Modeste. L'attaquant a eu des opportunités mais son manque d'adresse (35e, 47e), et les interventions de Ruffier (62e, 69e) l'ont empêché d'ouvrir son compteur. Seul point positif : il a provoqué le penalty (54e).

A Dijon, Meïté, l'ancien Marseillais a fait un retour en France douloureux. Souvent pris à défaut, lourd sur ses appuis, il a été le plus souvent à la peine face à Rennes. Il a notamment été devancé par Mangane (75e, 4-1), puis déstabilisé par les feintes de Tettey (85e, 5-1). Paulle, l'autre défenseur central a été combatif dans ses duels, mais à partir du penalty qu'il a provoqué sur Montaño (29e) il s'est éteint. Samedi, le gardien auxerrois Donovan Léon (18 ans) a connu un calvaire pour sa première rencontre en Ligue 1. Il s'est troué sur le coup franc de Belhanda et sur le but de Dernis le ballon passe entre ses jambes.

Entraîneurs : Le Dijonais Patrice Carteron a tenté un coup de poker à la 67e minute en effectuant ses trois changements d'un seul coup (Matsui, Mandanne et Caceres ont remplacé Thil, Guerbert et Bauthéac). Non seulement les entrants ont été peu en vue, mais en outre l'entraîneur dijonnais s'est retrouvé bloqué lorsque Corgnet s'est blessé à la cuisse quatre minutes plus tard. Le coaching le plus raté du week-end.

Arbitres : Fredy Fautrel a privé les Dijonnais d'une ouverture du score qui aurait été méritée contre Rennes, en suivant l'avis de l'arbitre de touche qui a signalé Jovial hors-jeu (8e) alors qu'il ne l'était pas. Ce fut sa seule erreur du match, la seule grosse du week-end.

0
0