"Une page se tourne"

"Une page se tourne"
Par Eurosport

Le 14/05/2012 à 01:00Mis à jour Le 14/05/2012 à 12:21

Du président à l’entraîneur en passant par les joueurs, la tristesse a envahi tout le camp auxerrois, dimanche après la défaite concédée à Marseille (3-0). L'AJA évoluera en Ligue 2 la saison prochaine.

Gérard Bourgoin n’a pas pu retenir ses larmes. Devant les micros tendus, le président auxerrois avait la gorge serrée et les yeux rougis. "Je suis comme tous les Auxerrois, anéanti, avoue le patron de l’AJA. On a vu tout le monde descendre : Marseille, Bordeaux, Monaco, Lyon, Lens, Saint-Etienne... Aujourd'hui, c'est nous. C'est une page qui se tourne." Contre Marseille, le miracle n’aura donc pas eu lieu. Les Auxerrois ont subi une lourde défaite (3-0) qui les plonge directement en Ligue 2. "On a vraiment pas bien débuté notre match, explique Jean-Guy Wallemme. Je pense que l’on avait encore dans les têtes la catastrophe de Bordeaux (défaite 4-2, ndlr). Les joueurs ont donc voulu se rassurer alors qu’il aurait fallu bousculer Marseille. L’OM n’était pas trop dangereux." Mais sur la première vraie occasion des locaux, Auxerre a craqué. "Sur un coup de pied arrêté, ils marquent, regrette le coach icaunais. Pourtant, c’est le B-A-BA."

Victorieux face à Brest (4-0) puis Dijon (2-0), les Auxerrois avaient repris espoir. Le maintien restait encore possible. "On savait que le challenge était très difficile, reconnait Wallemme. Pourtant, on avait réussi à repasser la ligne de flottaison en gagnant ces deux matches d’affilée. Mais contre Bordeaux, tous les espoirs se sont envolés." Vaincre à Marseille s’annonçait donc comme l’ultime défi pour cette équipe blessée par sa déroute bordelaise. "On était peut-être inhibé, poursuit le coach bourguignon. C’est dommage, car l’OM était amoindri." Même sentiment chez Olivier Kapo. "On a eu pas mal d’occasions, affirme-t-il. Mais on n’a pas su les mettre au fond. Le haut niveau réclame du réalisme…" Un constat amer pour l’AJA. "Maintenant, il va falloir respecter notre maillot, réclame Wallemme. Et jouer le jeu jusqu’au bout pour ne pas fausser le championnat." Car Auxerre sera opposé à…. Montpellier.

L’émotion d’Olivier Kapo

A force de répéter qu’ils jouaient le maintien, les Auxerrois s’étaient forgé une réputation d’équipe indéboulonnable de la Ligue 1. Cette saison, le discours avait changé. Les ambitions aussi. Et malgré le départ de Laurent Fournier, Auxerre n’a pas pu éviter le pire. "Je savais que ça allait être périlleux et difficile, reconnait Wallemme. J’avais pris en compte qu’il pouvait y avoir un échec à la fin. Est-ce que l’on a été trop exigeant avec les joueurs ? Est-ce que je suis arrivé trop tard ? Je ne sais pas. On a cru s’en sortir. Mais les joueurs ont peut-être connu une trop grosse décompression après nos deux victoires. " Les interrogations demeurent. Mais la réalité est bien là : Auxerre quitte la Ligue 1.

Après 32 ans passés au plus haut niveau, le club bourguignon redescend d’un étage. "Ça peut arriver à tous les clubs, mais pas Auxerre, s’emporte Olivier Kapo. C’est mon club formateur. Je suis forcément déçu que ça arrive à l’AJA. Avec tout ce que nos aînés ont laissé derrière nous, c’est difficile. On est vraiment déçu car il y a eu un doublé, plusieurs Coupes de France… Le club a un vécu. En arriver là, c’est dur." La suite s’annonce délicate pour le club icaunais. Le contrat de Wallemme s’arrête le 20 mai. Et beaucoup de joueurs vont forcément quitter le navire. Pas Kapo. "Il faut surtout bien préparer la saison prochaine, explique-t-il. C’est grâce à Auxerre que je suis devenu ce que je suis. Je suis attaché au club. Je vais donc préparer la saison prochaine avec l’AJA." Pour espérer remonter le plus vite possible en Ligue 1.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0