1. SABER KHLIFA (ÉVIAN-TG)

Sa saison 2012-2013 : A première vue, le rendement de Khlifa n’atteint pas celui de Zlatan Ibrahimovic : 13 buts pour le Tunisien, 30 pour le Suédois. Mais sur un match, le Tunisien est tout à fait capable de rivaliser avec le meilleur réalisateur de L1. On ne vous parle même pas de son coup de génie – un lob de 60 mètres - face à Nice (4-0). Non, si on vous dit ça, c’est parce que comme Zlatan, et comme le Lyonnais Bafé Gomis, Klifa s’est offert un triplé. C’était le 6 octobre 2012, à Montpellier (2-3). Mais ce soir-là, Klifa a fait preuve d’une insolente réussite : 3 tirs, 3 buts. Ibrahimovic, Gomis et tous les autres peuvent aller se rhabiller.

Ligue 1
Pour rejoindre Arsenal en janvier, Cavani veut faire baisser son prix
09/12/2014 À 09:39

Sa situation : Le contrat qui lie Khlifa à l’ETG court encore un an.

Son avenir : En France, les pistes ne manquent pas. Marseille, Lyon, Lille, Montpellier et Rennes se sont renseignés. Les dirigeants haut-savoyards réclameraient 5 millions d’euros, selon L’Equipe.

Crédit: Panoramic

2. WAHBI KHAZRI (BASTIA)

Sa saison 2012-2013 : Sept buts et autant de passes décisives : sa première saison parmi l’élite fut une franche réussite. A lui seul, le meneur de jeu tunisien a été impliqué dans 28% des buts bastiais. Khazri a aussi marqué les esprits par son adresse sur balles arrêtées. Il a transformé trois coups francs directs, face à Bordeaux (3-1), à Paris (3-1), face à Brest (4-0). Autant que le Parisien Zlatan Ibrahimovic. Plus que le Lyonnais Clément Grenier, dont la filiation juninhesque n’a sauté aux yeux qu’en fin de saison.

Sa situation contractuelle : Bastia avait assuré ses arrières en prolongeant son contrat de trois ans à l’issue de la saison 2011-2012. Khazri est lié au Sporting jusqu’en 2015.

Son avenir : Pierre-Marie Geronimi, le président du club corse, nous l’a certifié lundi : Khazri est "intransférable". Mais son départ vers Saint-Etienne est une rumeur récurrente. Il se murmure que Nice et Montpellier lui font aussi les yeux doux.

3. GRZEGORZ KRYCHOWIAK (REIMS)

Sa saison 2012-2013 : Si le Stade de Reims a sauvé sa peau en Ligue 1, il le doit notamment à l’international polonais. A 23 ans, le natif de Gryfice, formé à Bordeaux, a pris une autre dimension au poste de milieu défensif. En une saison, son temps de jeu sous le maillot champenois a été multiplié par 33 ! Il a joué 3060 minutes en 2012-2013. Seulement 92 l’année précédente.  En 35 matches de L1, Krychowiak a récupéré 538 ballons. Soit le quatrième meilleur total de L1. Il a aussi marqué à quatre reprises. C’est encore lui qui a fait trébucher le PSG (1-0), le 2 mars dernier.

Sa situation : Son contrat court jusqu’en 2015. Une prolongation, avec revalorisation salariale à la clé, est à l’étude.

Son avenir : L’éclosion de Krychowiak attise logiquement les convoitises. En France, Saint-Etienne et Lyon le convoitent. A l’étranger, Stuttgart, Francfort et Liverpool sont à l’affût. Tout comme Fulham, "très chaud sur ce dossier", selon les propres termes de Jean-Pierre Caillot. Interrogé par L’Union la semaine dernière, le président rémois a déjà prévenu : "Le joueur restera au moins une saison supplémentaire. Nous sommes toujours disposés à prolonger et à revoir les termes de son contrat."

4. YOHANN THURAM (TROYES)

Sa saison 2012-2013 : Salvatore Sirigu, meilleur gardien de L1 cette saison ? Oui, si l’on considère que le Parisien est à la tête de la défense la plus solide. Mais pas tout à fait si l’on se penche sur les statistiques de Yohann Thuram. Le Troyen a multiplié les parades. Cela se traduit en chiffres : 176 interventions sur l'ensemble de la saison. Qui dit mieux ? Personne. Pas même Sirigu… qui, dans ce registre, ne figure même pas dans le Top 10. Bon, c’est sûr que quand on a Thiago Silva devant soi, on a forcément moins de travail. Et malgré les prouesses de Thuram, l’ESTAC jouera en L2 l’an prochain.

Sa situation : Contractuellement, Thuram gardera la cage auboise jusqu’en 2015. La relégation de l’ESTAC pourrait changer la donne. Son départ pourrait rapporter 2 millions d’euros.

Son avenir : Deux pistes se dessinent : l’une mène à Lille, en quête d’une alternative à Steve Elana ; l’autre conduit à Evian-Thonon-Gaillard.

5. BENOÎT TRÉMOULINAS (BORDEAUX)

Sa saison 2012-2013 : Une fois encore, le latéral bordelais n’a pas ménagé ses efforts dans son couloir gauche. La preuve : pour la troisième saison consécutive, il est le joueur de Ligue 1 à avoir effectué le plus de centres (145 dans le jeu, pour une moyenne de 5,2 par match). Il a conclu l’exercice 2012-2013 avec 7 passes décisives au compteur. Cela en dit long sur l’apport offensif de Trémoulinas. 

Sa situation : Dans un an, Trémoulinas sera libre.

Son avenir : Une prolongation aux Girondins, son club formateur, n’est pas à exclure. Mais a priori, la thèse d’un départ tient la corde. A 27 ans, la tentation d’aller voir ailleurs est forcément grande. L’OM, en quête d’un concurrent à Jérémy Morel, est intéressé, certifiait Le Parisien ce week-end. Tout comme le Dynamo Kiev.

6. VITORINO HILTON (MONTPELLIER)

Sa saison 2012-2013 : Dans la catégorie "gratteurs de ballons", le défenseur brésilien de Montpellier est hors concours. Même à 35 ans. En 2012-2013, le Brésilien en a gagnés 597. Soit une moyenne de 19,9 par rencontre. Et 38 lors de Montpellier – Rennes (2-0), le 1er mars 2013. Un record. A ce petit jeu, Hilton devance le Rennais John Boye et le Niçois Nemanja Pejcinovic, qui ont tous deux chipé, en moyenne, 17,8 ballons par match.

Sa situation : Son contrat expirait au 30 juin. Fin mai, le MHSC l’a prolongé d’un an.

Son avenir : Il est à Montpellier.

7. THIMOTHÉE KOLODZIEJCZAK (NICE)

Sa saison 2012-2013 : A 21 ans, il est devenu indéboulonnable sur le flanc gauche de la défense niçoise. Claude Puel l’a titularisé à 37 reprises, plus que n’importe quel autre Aiglon. En termes de temps de jeu, seul le Marseillais Nicolas Nkoulou (3403 minutes jouées) fait mieux. Mais surtout, Kolodziejczak (3330 minutes) est le latéral de France à avoir touché le plus de ballons en 2012-2013 : 2325, soit une moyenne de 62,8 par match.

Sa situation : Quand il avait quitté Lyon l’année dernière, Kolodziejczak s’était engagé pour quatre saisons avec les Aiglons. Soit jusqu’en juin 2016.

Son avenir : Pas de départ en vue. Kolodziejczak devrait rester au Gym pour confirmer sa première saison pleine en L1. Et goûter à la Ligue Europa.

Crédit: AFP

8. FLORENT BALMONT (LILLE)
Sa saison 2012-2013 : Malgré l’éclosion d’Idrissa Gueye et quelques pépins physiques, l’ancien Niçois est toujours essentiel à l’entrejeu lillois. En L1, personne n’a réussi autant de passes que lui : 59,4 en moyenne par match, et un pic, impressionnant, à 109, le 7 avril 2013, face à Lorient (5-0).

Sa situation : A 33 ans, Balmont peut voir venir. Il est lié aux Dogues jusqu’en 2015.

Son avenir : Ces derniers jours, un intérêt de l’OM a alimenté les rumeurs. Pour l’heure, il ne s’agit que d’une rumeur. Les dirigeants marseillais attendent de voir s’ils pourront conserver Joey Barton. Si l’Anglais devait rester à QPR, la piste Balmont deviendrait crédible. Mais elle n’est pas la seule.

9. RYAD BOUDEBOUZ (SOCHAUX)

Sa saison 2012-2013 : Ses envies d’ailleurs l’ont parfois perturbé. Mais l’international algérien a tout de même apposé sa patte sur le jeu sochalien. En distillant autant de passes décisives (6) qu’en 2011-2012. Et en jouant plus de ballons (1947) qu’aucun autre coéquipier. Le 16 mars, face à Valenciennes (1-1), il en avait joués 138. Un record.

Sa situation : Il n’a plus qu’un an de contrat avec Sochaux. Autrement dit, si le club doubiste veut monnayer son transfert, c’est maintenant.

Son avenir : Laurent Pernet, le président des Lionceaux, admettait récemment, dans les colonnes du Pays, avoir "beaucoup de contacts et de nombreux coups de téléphone" au sujet de Boudebouz. La piste marseillaise, déjà évoquée l’été dernier, serait toujours d’actualité. En Angleterre, Liverpool et Tottenham sont sur les rangs.

10. JONATHAN PITROIPA (RENNES)

Sa saison 2012-2013 : Le Burkinabé a cultivé sa réputation de dribbleur, de provocateur, de perforateur de défenses. Et même si la Coupe d’Afrique des nations l’a clairement freiné, sa vitesse a encore fait quelques dégâts dans les défenses de L1. Voilà pourquoi Pitroipa a subi autant de fautes (96 pour être précis) que Mathieu Valbuena. Deux nuances, toutefois : le Rennais a joué moins de matches que le Marseillais (32 contre 37) et il a aussi distillé moins de passes décisives que Valbuena (7 contre 12), le meilleur du Championnat dans cet exercice.

Sa situation : Le meilleur joueur de la CAN 2013 a encore trois ans de contrat.

Son avenir : Sauf offre astronomique, le Stade Rennais ne cédera pas Pitroipa. Surtout si, finalement, il lâche Romain Alessandrini à l’OM.

Ce classement des joueurs sous-estimés de la Ligue 1 est établi à partir des statistiques officielles de la saison 2012-2013 fournies par la Ligue de football professionnel. Nous avons volontairement exclu les trois premiers du classement : Paris, Marseille et Lyon.

Ligue 1
Orban : "Je ne cesserai de remercier Bordeaux"
27/08/2014 À 12:32
Ligue 1
Dupraz "mettrait une pièce sur Evian"
10/05/2014 À 21:32