AFP

Face au Gazélec Ajaccio, Monaco a eu chaud mais il regoûte à la victoire (1-0)

Sans briller, Monaco regoûte aux joies de la victoire

Le 13/09/2015 à 15:49Mis à jour Le 13/09/2015 à 16:32

LIGUE 1 - Monaco est allé dominer le Gazélec Ajaccio (0-1), dimanche, pour le compte de la 5e journée. Dans une rencontre décousue marquée par la chaleur corse, les Monégasques ont dû s'en remettre à un penalty transformé par Fabinho pour arracher leur première victoire en Ligue 1 depuis la première journée. Le promu ajaccien, dernier, n'a toujours pas gagné le moindre match.

Monaco s'est offert une bouffée d'air frais. Après la grisaille de la C1 et une série compliquée en Ligue 1 (2 matches nuls, 1 défaite), le club de la Principauté a retrouvé le sourire grâce à sa victoire, dimanche, sur la pelouse du Gazélec Ajaccio (0-1). Fabinho, qui a transformé un penalty concédé par Ducourtioux (17e), a été l'unique buteur d'une rencontre totalement débridée. Les Corses courent toujours après leur premier but en Ligue 1 après cinq journées jouées. Au classement, ils sont derniers avec un petit point alors que l'ASM est huitième avant les deux derniers matches de la journée.

Les attaquants du Gazélec ont tout tenté. A se demander comment ils n'ont pas trouvé la faille devant la cage de Subasic. Dès les premiers instants du match, ils ont porté le danger dans la surface adverse, à l'image d'une frappe de Youga qui n'a pas trouvé le cadre (10e) et d'une reprise de Djokovic détournée par le gardien monégasque (15e). Quelques instants après ces deux premières occasions, Ducourtioux a fait basculer le match en contrant de la main un centre de Cavaleiro (16e). L'arbitre n'a pas hésité, pas plus que Fabinho au moment de donner l'avantage aux siens (17e, 0-1).

La joie des joueurs de Monaco après leur but face au Gazélec Ajaccio - Septembre 2015

La joie des joueurs de Monaco après leur but face au Gazélec Ajaccio - Septembre 2015AFP

La première de Coentrao

Les Corses se sont alors littéralement rués dans le camp adverse. Au total, 24 frappes, 14 corners mais toujours pas de but pour eux depuis leur montée en Ligue 1. Entre un Subasic attentif, leur manque de précision et des tirs souvent contrés par un pied monégasque, ils ont joué d'une hallucinante malchance. Djokovic, très bon par ailleurs, a symbolisé à lui seule l'étendue de leur impuissance. Il n'a cadré aucune de ses sept tentatives alors qu'il a eu des situations très chaudes à jouer.

Des occasions chaudes, Monaco en a eu aussi mais est resté tout le temps à portée de son adversaire. Carillo s'est vu refuser un but pour un hors-jeu (50e) avant de buter sur un Maury (51e) qui n'a pas eu grand-chose à se reprocher sur ce match. Mario Pasalic (82e) et Bernardo Silva (88e), tous deux servis par Fabio Coentrao, dont c'était le premier match sous ses nouvelles couleurs, ont aussi eu l'occasion de faire la différence. Pas sûr que la prestation de ses joueurs ait beaucoup rassuré Leonardo Jardim. Mais ils ont tenu. Et c'est bien là l'essentiel.

0
0