Getty Images

Le PSG est-il toujours la meilleure publicité possible pour la L1 ?

Le PSG est-il toujours la meilleure publicité possible pour la L1 ?

Le 12/11/2018 à 16:52Mis à jour Le 12/11/2018 à 19:59

LIGUE 1 - Locomotive du championnat de France, le PSG écrase la L1 comme jamais depuis le coup d'envoi de cet exercice 2018-2019. Le champion de France ne fait pas de détails et se promène avec ses treize victoires en treize journées. Mais si l'intérêt de la L1 se retrouve forcément réduit, les observateurs ne sont pas inquiets.

Treize victoires de rang ! Treize points d'avance sur son dauphin ! Les semaines se suivent et la L1 se résume à un cavalier seul du PSG. Inlassablement, l'équipe parisienne domine le championnat de France de manière implacable. L'intérêt de la L1 en prend un petit coup tant Paris semble intouchable, même quand l'équipe n'est pas dans un bon jour. Si l'on considère souvent Paris comme la meilleure publicité possible pour la L1, le message envoyé à l'étranger n'est du coup pas forcément flatteur pour le championnat hexagonal.

" Le problème n'est pas que Paris soit trop fort "

Pourtant, il n'est pas question de jeter la pierre au Paris Saint-Germain. Forcément. Oui, l'équipe parisienne est surdimensionnée pour la L1. Mais tout cela n'arrive pas par hasard. La gestion de Thomas Tuchel depuis le coup d'envoi de cet exercice est ainsi saluée. "Paris peut signer un record historique de victoires. C'est parti pour cela. Mais cela ne doit pas dévaloriser la L1. Car il faut aussi souligner les choix tactiques de Tuchel qui change souvent de système et utilise presque tout son effectif. Il arrive à mettre en place une concurrence, maintenir une motivation forte pour ne pas voir trop de relâchement", nous répond Elie Baup, consultant chez BeIn Sports.

S'il ne faut pas oublier l'efficacité du travail de Tuchel, Paris n'est surtout pas le seul "coupable" de son cavalier seul sur la scène domestique. C'est aussi la faute de ses adversaires, qui sont loin du niveau espéré. "Pour la L1, le problème n'est pas que Paris soit trop fort, c'est de voir des équipes qui n'ont plus leur niveau des années précédentes", enchaîne Baup, qui songe à cette formation de Monaco complétement déplumée durant le mercato estival ou encore à Marseille qui ne montre plus les mêmes valeurs que lors du dernier exercice. En clair selon lui, Paris reste un atout de poids pour la L1.

Neymar avec le PSG, 2018

Neymar avec le PSG, 2018Getty Images

" Il faut se rappeler vers quoi nous allions il y a sept ans ! "

Rolland Courbis trace le même sillon. Pour l'ancien entraîneur de Marseille, la domination sans partage du PSG ne change rien. La formation parisienne demeure la meilleure publicité possible pour la L1. "Bien évidemment !, nous répond le consultant de RMC. Si on a un doute, il faut se rappeler vers quoi nous allions il y a sept ans ! Dans nos débats et nos réflexions, nous ne savions pas si on aillait ressembler au championnat roumain ou au championnat bulgare. Je pense même que c'est grâce à Paris s'il y a eu des investisseurs dans les autres clubs français."

Si les droits TV de la L1 sont partis pour plus d'un milliard pour la période 2020-2024, c'est aussi grâce au PSG version QSI. Ça aussi, il ne faut pas l'oublier. "La L1 est vendue grâce aux grandes stars. Et elles sont au PSG", confirme Bastien Drut, auteur de "Mercato : L'économie du football au XXIe siècle". Et à l’entendre, il n’y a pas de raison de croire que le pouvoir d’attraction de la L1, certes déjà beaucoup moins fort que celui de la Premier League ou de la Liga, va vraiment payer les pots cassés de cette domination.

Surtout que pour l'économiste, l'incertitude si précieuse dans le monde du sport et du football, peut en plus vite faire son retour. "Rien ne dit qu'une telle série arrivera l'année prochaine. Il suffit comme pour le Real qu'un ou deux cadres partent pour qu'une équipe soit déstabilisée, même une formation de très haut de tableau. Et de toute manière, tout le monde s'attendait à ce que le PSG domine en début de saison." En attendant, les amateurs de scénario à suspense peuvent se concentrer sur la lutte pour le podium, l'Europe et le maintien. Des combats sans Paris. Mais pas sans intérêt non plus et qui font aussi le succès de cette L1.

0
0