Getty Images

Marseille renverse Troyes (2-3) et reste dans le sillage de Lyon dans la course au podium

Les héros en avaient encore sous le capot

Le 15/04/2018 à 19:02Mis à jour Le 15/04/2018 à 19:43

LIGUE 1 - Trois jours après son grand moment européen, l'OM ne lâche rien en Ligue 1. Menés deux fois au score à Troyes dimanche après-midi, les Olympiens ont fini par s'imposer en fin de match (2-3), sur un éclair de Florian Thauvin. Un succès qui permet aux joueurs de Rudi Garcia de revenir à hauteur de Lyon dans la course à la troisième place.

L'OM a vu le podium s'éloigner. Et puis l'OM s'en est sorti au courage, comme très souvent, voire trop souvent cette saison. Mené deux fois au score par une équipe de Troyes joueuse et courageuse, les hommes de Rudi Garcia s'en sont remis dimanche après-midi à une sublime reprise de volée de Florian Thauvin pour s'imposer au forceps (2-3), trois jours après avoir rejoint le dernier carré de la Ligue Europa. Un succès d'autant plus important et précieux qu'il permet à Marseille de revenir à hauteur de l'Olympique Lyonnais au classement afin de prolonger toujours plus le suspense dans la course à la prochaine Ligue des champions. Mal payé, Troyes reste dans la zone rouge.

Gustavo pas très inspiré, Garcia expulsé

Les quelques 20 000 spectateurs qui ont fait le déplacement au Stade de l'Aube en ont eu pour leur argent. Car l'Olympique de Marseille avait encore un peu d'énergie dans les jambes après avoir fait rêver la France entière en renversant Leipzig sur la scène européenne. Et parce que l'ESTAC, lancé dans la lutte pour le maintien, n'a pas démérité sur sa pelouse. Bien au contraire. On n'avait pas dépassé la première minute de jeu que Troyes menait déjà 1-0 : à la 39e seconde, Samuel Grandsir, oublié dans le dos de la défense, a propulsé un centre de Darbion au fond de filets (1-0, 1re). Le ton était alors donné et un combat, un autre, attendait l'OM.

Mais Marseille est une équipe qui sait réagir. Elle l'a encore prouvé à Troyes avec une combinaison sur coup franc, Dimitri Payet ayant bonifié l'appel de Clinton Njie pour lui offrir l'égalisation sur un plateau (1-1, 11e). Un but qui a définitivement lancé les Phocéens, jusqu'à ce qu'ils soient une deuxième fois surpris après la pause. Une très mauvaise appréciation de Luis Gustavo a permis à Benjamin Nivet de redonner l'avantage à son équipe après une frappe repoussée de Grandsir (2-1, 48e). Une fois n'est pas coutume, l'OM était dans l'obligation de courir après le score, sachant que le match était très loin d'être terminé. Sauf pour Rudi Garcia, expulsé pour avoir réclamé un penalty évident pour une faute de Deplagne sur Thauvin (52e). Et aussi pour Jean-Louis Garcia, prié de quitter la pelouse à son tour après avoir râlé à la suite d'une sortie de Pelé (62e).

Payet à la baguette, Mitroglou en supersub

Sans coach, avec un but à remonter, Marseille a quand même trouvé les ressources pour renverser la vapeur. Il a d'abord profité de l'entrée en jeu payante de Kostas Mitroglou, parfaitement décalé par Payet sur un contre mené avec un brin de réussite (2-2, 75e). Dix minutes plus tard, Florian Thauvin a enfilé son costume de sauveur avec une volée sublime et maîtrisée grâce à un centre déposé de Jordan Amavi (2-3, 85e). Auparavant, Grandsir avait forcé Pelé à l'arrêt (76e). Un arrêt qui a tout changé pour les deux équipes.

Marseille a fait montre de son caractère habituel et a puisé au fond de lui-même pour arracher une victoire obligatoire dans son duel à distance avec l'Olympique Lyonnais. Tour à tour relâchés puis capables de réagir, les hommes de Rudi Garcia préservent leurs chances d'arracher une place sur le podium malgré une différence de buts défavorable. Trois jours après avoir été héroïques, ils ont prouvé qu'ils ne lâchaient jamais rien. L'histoire d'une saison qui mérite une issue positive, quelle qu'elle soit.

0
0