Getty Images

Monaco concède le nul à Toulouse (3-3) au terme d'une folle course-poursuite

Une folle course-poursuite et une sortie de route pour Monaco

Le 24/02/2018 à 18:53Mis à jour Le 24/02/2018 à 19:10

LIGUE 1 - Monaco pourra s'en mordre les doigts... Après avoir mené deux fois au score sur la pelouse du Stadium, les Monégasques ont laissé échapper la victoire et concédé un match nul au goût de défaite face à Toulouse (3-3), samedi après-midi. L'ASM est désormais à la merci de l'OM, qui pourrait s'emparer de la deuxième place en cas de succès au Parc dimanche soir.

À force d’être en dilettante, Monaco s’est fait punir. Dans un match où l’ASM aura mené dès le début de la rencontre, et jusqu'à la 87e minute (0-1 puis 1-3), la troupe de Leonardo Jardim n’aura pas réussi à arracher mieux qu’un match nul au goût de défaite après l’égalisation toulousaine de Sanogo en toute fin de match (3-3). Logique tant la prestation monégasque aura été sinusoïdale : brillante sur certains éclairs offensifs, inquiétante sur de nombreuses séquences défensives.

Dès lors, Monaco ne passera pas forcément un dimanche tranquille. Certes, les champions de France en titre possède désormais deux points d’avance sur l’OM et huit sur l’OL, qui jouent dimanche. Mais les coéquipiers d’un Thomas Lemar décevant ont raté l’occasion de se mettre à l’abri. Symbolique de leur match finalement.

Rony Lopes était dans le match, lui

Pourtant, c’est une après-midi très tranquille qui attendait l’ASM après l’ouverture du score très rapide de Rony Lopes, consécutive à un bel appel et un superbe service de Keita Baldé, qui se jouait d'une défense toulousaine bien naïve (0-1, 8e). Monaco était en place, Monaco gérait tranquillement… puis Monaco a ronronné. Sans passer la seconde, les Monégasques se sont exposés à une punition. Sur leur première vraie incursion, les Toulousains ont réussi à recoller par Ibrahim Sangaré (1-1, 25e). Le début d’une furia que l’ASM n’a pu que subir.

Même quand Rony Lopes s’est offert le doublé au retour des vestiaires en étant à l’affût (1-2, 46e) ou quand Stevan Jovetic a marqué le but du break (1-3, 72e), les hommes de Mickaël Debève ne se sont pas désunis. Au contraire.

Un penalty polémique

Remontés comme des coucous, les coéquipiers d’Alban Lafont ont toujours tenté. Subasic a dû s’employer à de nombreuses reprises pour éviter à l’ASM de plonger plus rapidement (29e, 65e). Mais retarder l’échéance n’aura pas suffi. C’est finalement sur un penalty litigieux que Toulouse a réussi à relancer le match. Alors que Yaya Sanogo tentait un retourné dos au but, il est tombé au contact d’un Kamil Glik pourtant pas coupable d’excès d’engagement sur ce coup-là. Un cadeau arbitral transformé sans trembler par Andy Delort (2-3, 78e).

Mais le vrai héros du soir côté toulousain se nommait bien Yaya Sanogo. L’ancien espoir d’Arsenal aura été précieux par sa capacité à jouer en pivot. Mais il aura surtout réussi à être décisif. Après le penalty, son enchaînement dans la surface juste devant Glik aura laissé Subasic sans réaction et a permis au Stadium d’exploser (3-3, 87e). Tour l’inverse des Monégasques, qui quittent la Ville Rose la tête basse. Et pleine de frustration.

0
0