Getty Images

Le festival Pépé, le cancre lyonnais, le gruyère dijonnais : les tops et les flops de samedi

Le festival Pépé, le cancre lyonnais, le gruyère dijonnais : les tops et les flops de samedi
Par Eurosport

Le 15/09/2018 à 23:44Mis à jour Le 16/09/2018 à 09:56

LIGUE 1 - Nicolas Pépé s'est amusé avec un triplé à Amiens, l'OL est retombé dans ses travers à Caen, Dijon a pris l'eau contre Angers : voici les tops et les flops de la soirée de samedi.

Les tops

  • Chapeau Pépé

Il n'a pas voulu quitter Lille pour rejoindre Lyon cet été et son début de saison donne du crédit à ce choix. Après avoir marqué une fois et signé trois passes décisives en quatre journées, Nicolas Pépé a inscrit un triplé à Amiens (2-3), le premier de sa jeune carrière, lors de son cinquième match. L'ancien Angevin, intenable, a encore fait parler sa vitesse, son sens de la percussion et son sang-froid pour inscrire ces trois buts, dont deux sur des penalties qu'il a obtenus lui-même. Avec un attaquant aussi efficace, le Losc devrait vivre une saison un rien moins angoissante que l'an passé.

  • Le bijou de Bahoken

Stéphane Moulin aura beaucoup de conclusions positives à tirer de la victoire des siens à Dijon samedi soir (1-3). La qualité des contre-attaques, les inspirations de Flavien Tait, la rigueur de sa défense, l'entraîneur angevin peut être heureux de la prestation de son SCO en Bourgogne. Il n'oubliera certainement pas le coup de génie de Stéphane Bahoken dans cette liste, l'ancien Strasbourgeois ayant réussi une frappe sublime en première période (20e), qui plus est à un moment où Angers était mené. Sans ce tir d'une rare précision, le destin de ce match aurait pu être tout autre.

  • Tielemans, enfin le déclic ?

Sa prestation d'ensemble fut loin d'être totalement satisfaisante à Toulouse. C'est la constante avec Youri Tielemans. On attend toujours monts et merveilles du jeune Belge, débarqué à Monaco après une saison hallucinante à Anderlecht (18 buts et 15 passes décisives). Mais au Stadium, à défaut d'être brillant, il a eu un impact positif sur le résultat. Grâce à son but magnifique, une frappe du gauche qui est venue se loger sous la barre de Baptiste Reynet. Privée de Radamel Falcao et Stevan Jovetic, l'ASM avait bien besoin d'une individualité qui puisse la pousser vers le haut. Tielemans a su jouer ce rôle. C'est déjà ça. Et c'est peut-être le déclic qui lui manquait pour donner enfin la pleine mesure de son talent.

Les flops

  • Lyon n'a rien appris

On aurait pu ressortir un article fait après la défaite à Reims (1-0). Mêmes causes, mêmes conséquences, à une exception près : cette fois, Nabil Fekir était là. Mais cela n'a pas suffi. Cet OL a du talent mais pour l'instant il n'a rien d'autre. Pas d'engagement, trop de déchet technique, une inefficacité coupable face au but… Et de manière générale, un manque d'implication troublant pour un prétendant à la Ligue des champions. D'autant plus troublant que ce n'est pas la première fois dans cette saison pourtant guère avancée. On attendait l'OL dans la tête de classe. Pour l'instant, il n'est pas loin d'être le cancre de la rentrée.

  • Dijon a oublié de défendre

L'avertissement reçu avant la trêve, cette défaite à domicile contre Caen (0-2), n'a pas forcément réveillé le DFCO. Le club bourguignon a failli dans les grandes largeurs contre Angers samedi (1-3), encore à domicile, et ce alors qu'il menait dès la 13e minute. La troupe d'Olivier Dall'Oglio s'est effondrée bien trop rapidement dans ce match, à l'image de l'apathie générale qui a permis à Stéphane Bahoken d'armer une frappe (certes somptueuse) alors qu'il était seul contre quatre adversaires au départ (20e). Les contres conclus par Flavien Tait (29e) et Baptiste Santamaria (38e) sont venus mettre en lumière ces errements défensifs, symboles de lacunes avant tout collectives. Un match à ne surtout pas oublier.

  • Samba, héros de pacotille

Il était sur la voie de la rédemption. Fautif sur l'ouverture du score de Lyon avec une anticipation mal sentie sur le coup franc de Nabil Fekir, Brice Samba s'était plutôt bien rattrapé jusque-là. Alors que Caen avait renversé la situation, le portier du club normand a signé trois parades magnifiques permettre à son équipe de conserver son avantage. Jusqu'à cette fatidique 88e minute. Et cette maudite faute de main sur une frappe de Ferland Mendy. Samba a laissé filer le ballon dans ses filets. Et Caen une victoire de prestige par la même occasion. Dommage.

Vincent Bregevin et Jean Canesse

0
0