Au Paris Saint-Germain, le huis-clos coupe plus l'élan que le souffle. Forteresse quasi imprenable ces dernières années, le Parc des Princes a perdu de sa sureté. Cette saison, le club de la capitale peine à dicter sa loi dans son antre. La réception du 13e Reims dimanche (21h00), qui n'aurait peut-être été qu'une simple formalité il y a peu, ressemble à plus d'un titre à un match de la peur. La survie dans la course au titre est en jeu.
"C'est nous qui l'aurons perdu". Au sortir de la qualification du PSG en finale de la Coupe de France mercredi soir, Kylian Mbappé a insisté sur la responsabilité de l'équipe parisienne dans un championnat désormais à portée de bras pour Lille. Les raisons pour exprimer cette défaillance cette saison sont multiples. Mais au moment de recevoir Reims pour le dernier match de la saison au Parc des Princes dimanche soir, la faiblesse du PSG à domicile pose question. Dans cette saison étrange sans supporters en tribunes, les Parisiens semblent subitement comme orphelins de leur public, comme fébriles dans le silence, quelques mois après avoir pourtant atteint leur première finale européenne sur terrain (très) neutre.
Euro 2020
Gosens, l'homme qui change le visage de l'Allemagne… et rebat les cartes du mercato
22/06/2021 À 08:48

Pire bilan à la maison depuis 15 ans

Cette saison, le champion de France en titre pour encore a minima quelques heures a cumulé près de 30% de défaite à domicile. Loin, très loin du ratio attendu pour un cador à la réputation si flatteuse sur son terrain. Le PSG pourrait arguer être en mal de ses fans. "Les supporters nous manquent beaucoup, insistait d'ailleurs Ander Herrera à la chaine du PSG. Quand j'étais petit, chaque fois que j'entrais dans un stade, j'étais subjugué par l'atmosphère. Tout le monde chantait. Pour moi, c'est ça le football."
L'argument est aussi romantique que parfaitement entendable. Il n'en reste pas moins identique pour toutes les équipes de Ligue 1. Les autres formations de tête auront d'ailleurs bien moins de motifs comptables pour se plaindre des mesures sanitaires : Lille comme Monaco ne sont tombés que deux fois dans leur antre cette saison. Contre 5 pour Paris, qui peine ainsi paradoxalement moins hors de ses bases en championnat en 2020-2021. Pour retrouver trace d'un aussi médiocre bilan au Parc, il faut remonter bien avant l'ère qatari, durant les années de vache maigre qu'a traversé le club de la capitale. En 2006-2007, le PSG avait aussi pour mauvaise habitude de caler à domicile et terminant 15e.
Les hommes de Pochettino feront assurément mieux cette fois. L'entraîneur argentin, qui n'a récupéré l'équipe qu'en début d'année, ne peut se voir imputer la pleine responsabilité de ces échecs, plus nombreux au Parc des Princes que lors des six dernières saisons cumulées du PSG (!!!).
"Dans le football, on doit apprendre à tourner les pages facilement et c'est vrai que nous avons eu quelques défaites au Parc des Princes mais pour pouvoir changer la donne, il faut toujours rester positif" réclamait l'ancien technicien de Tottenham mi-avril. La méthode Coué a ses adeptes, mais elle n'enlève rien au curieux paradoxe qui entoure le PSG ces derniers mois. Alors qu'il semblait avoir passé un vrai cap dans les grands rendez-vous après son beau parcours durant le Final 8 de la Ligue des champions en fin de saison 2020, ces belles certitudes se sont déjà sérieusement étiolé pour ce qui est des matches contre des adversaires directs à la maison.
Défaites face à Marseille, Manchester United, Lyon, Monaco, Lille, Bayern Munich et Manchester City… Les faiblesses psychologiques dans les affiches les plus prestigieuses ont comme ressurgi du passé. Paris a beau n'avoir jamais eu d'aussi bons résultats en C1, il n'a signé que deux victoires (pour trois défaites et un nul) en six réceptions en Ligue des champions. Le rouleau compresseur offensif parisien était même resté amorphe en Ligue 1 contre le LOSC, l'OL, l'OM (0-1) et Monaco (0-2).
Pour croire jusqu'au bout à une dernière chance, le Paris Saint-Germain doit absolument se passer d'un faux pas comme il en a également connu plus tôt dans l'année contre un autre mal classé, le FC Nantes. Face à une équipe au fond du trou, les Parisiens s'étaient fait surprendre (1-2), notamment par manque d'envie. Dimanche, ils devront éviter que Reims ne soit un autre Stade avec lequel le PSG souffre cette saison.

Latéraux, Verratti, Neymar : Qu'est-ce que le PSG doit changer pour progresser ?

Ligue 1
Donnarumma au PSG, une bonne opportunité ou une énorme balle dans le pied ?
21/06/2021 À 15:30
Ligue 1
Donnarumma au PSG ? Un potentiel "bon choix" selon Mancini
15/06/2021 À 17:30