AS MONACO

  • Arrivées : Alexander Nübel (Bayern Munich, prêt), Ismail Jakobs (Cologne, 6,5 millions d'euros)
  • Départs : Benjamin Henrichs (Leipzig, 15 millions d'euros), Fodé Ballo-Touré (AC Milan, montant non dévoilé), Gil Dias (Benfica, 1,5 million d'euros), Arthur Zagre (Utrecht, prêt), Stevan Jovetic (fin de contrat), Loïc Badiashile (fin de contrat), Youssef Aït Bennasser (fin de contrat)
Pourquoi ce recrutement fait envie ?
Ligue 1
Kluivert prolonge le bel été niçois, les chiffres du prêt dévoilés
20/07/2021 À 20:59
On ne dira pas que le hasard a, sur ce coup, bien fait les choses. Mais le 5 juillet dernier, Benjamin Lecomte s'est blessé pour environ un mois… à peine une semaine après l'arrivée d'Alexander Nübel (24 ans) en provenance du Bayern. Radoslaw Majecki et Vito Mannone sont des alternatives, mais le portier prêté pour deux ans par le club munichois a un tout autre CV, lui qui s'était révélé à Schalke 04 avant de rejoindre la Bavière. Au-delà d'une option de plus dans un secteur qui était déjà garni, l'ASM s'est offert un véritable concurrent à Lecomte.
Le deuxième renfort monégasque est également allemand et se nomme, lui, Ismail Jakobs. Le latéral ou milieu gauche vient de son côté compenser le très probable départ de Fodé Ballo-Touré à Milan et concurrencer Caio Henrique sur le flanc gauche. Celui qui jouera les JO avec l'Allemagne n'est âgé que de 21 ans. Sa vitesse de pointe et ses qualités de percussion, observées à Cologne, pourraient en faire un prétendant plus que sérieux à une place de titulaire. Un recrutement loin d'être clinquant mais ciblé, et potentiellement très efficace, avec deux joueurs qui devraient très rapidement être opérationnels.

Alexander Nübel

Crédit: Getty Images

Quelles pistes pour la suite ?
Alors que Stevan Jovetic a quitté le navire, Monaco travaille pour recruter son remplaçant numérique : l'international Espoirs néerlandais Myron Boadu. Le joueur de 20 ans avait renversé les Bleuets, le 31 mai dernier (2-1), d'un doublé en quarts de finale de l'Euro Espoirs. Suivi notamment par l'OL, l'attaquant de l'AZ Alkmaar pourrait s'engager dans les prochains jours contre une somme avoisinant les 15 millions d'euros, selon L'Equipe. Il fait partie des belles promesses de sa génération. A plus long terme, le club du Rocher sera certainement attentif en cas d'opportunité. Mais il ne faut certainement pas s'attendre à une accumulation de recrues.
La question en suspens : Enfin l'heure de la stabilité ?
C'est, comme nous venons de l'introduire, le chemin que Monaco semble prendre. "Dans ce mercato particulier, notre objectif est d’ajouter de la qualité et de la complémentarité à un effectif déjà relevé", déclarait le directeur sportif monégasque Paul Mitchell après l'arrivée de Jakobs. Le début d'une nouvelle ère sur le Rocher, après des années de trading ? (une quinzaine de joueurs prêtés la saison dernière, 200 millions d'euros dépensés un an plus tôt). On serait tenté d'y croire. Et le début du mercato monégasque va dans ce sens.
Reste cette dernière rumeur, faisant état d'un éventuel intérêt pour Javier Pastore, qui ne s'est jamais relancé à l'AS Rome. Si l'hypothèse se confirme – l'agent de l'intéressé ne l'a en tout cas pas niée – elle aura de quoi interroger. D'ici-là, pas de raison de remettre en cause ce constat : Monaco a (un peu) changé.

OGC Nice

  • Arrivées : Calvin Stengs (AZ Alkmaar, 13,5 millions d'euros), Jean-Clair Todibo (FC Barcelone, 8,5 millions d'euros), Mevin Bard (accord de principe, Olympique Lyonnais)
  • Départs : Pierre Lees-Melou (Norwich, 4 millions d'euros), William Saliba (Arsenal, retour de prêt), Rony Lopes (FC Séville, retour de prêt), Jeff Reine-Adélaïde (Lyon, retour de prêt)
Pourquoi ce recrutement fait envie ?
L'OGC Nice version Ineos décolle enfin. Deux ans après le rachat du club par le grand groupe britannique, le Gym est prêt à passer à la vitesse supérieure. Après des mois de construction avec des recrues bien senties (Gouiri, Dolberg, Kamara) mais un projet autour de Patrick Vieira conclu sur un échec, l'arrivée de Christophe Galtier a tout pour ouvrir un nouveau cycle vertueux. Ce n'est pas tous les ans que le 9e du championnat parvient à attirer le coach du champion de France sortant. Avec le technicien à sa tête, l'ambition est de mise et les Aiglons bénéficient d'un cap clair, notamment dans le jeu.
Le 4-4-2 que le LOSC de Galtier produisait était un des jeux les plus séduisants de Ligue 1. Avec des recrues comme le très bon Calvin Stengs, ou Justin Kluivert, annoncé très proche de l'Allianz Riviera, le talent est bien là sur le papier. Surtout, il devrait donner le ton pour les prochaines semaines, alors que quatre ou cinq autres arrivées sont attendues. Parmi celles-ci devrait figurer Melvin Bard, le latéral arraché à l'Olympique Lyonnais et dont l'arrivée n'est pas sans rappeler celle de Stanley N'Soki en provenance du PSG en 2019. Une vision, de la qualité dans l'effectif, et un entraîneur reconnu : le début de mercato est presque idéal.

Calvin Stengs lors de la pré-saison 2021/2022 avec l'AZ Alkmaar

Crédit: Getty Images

Quelles pistes pour la suite ?
"Si nous voulons avoir du succès, c'est important d'investir dans de jeunes joueurs" disait Robert Radcliff à l'arrivée d'Ineos. "Nous n'allons pas être un club qui va acheter des joueurs de 27 ou 28 ans". Avant d'empiler les promesses, encore fallait-il constituer les fondations du projet, avec des recrutements comme celui de Morgan Schneiderlin l'été dernier. Cette ossature désormais stabilisée (avec Benitez dans les buts, Dante ou Atal en défense), Nice peut voir plus grand. Les approches de Jérémie Boga (Sassuolo) ou de Mario Lemina (Southampton) vont dans ce sens. Y ajouter un Stefan Jovetic sans avoir à payer d'indemnité de transfert, serait un plus non négligeable. L'effectif doit encore gagner en densité à certains postes, notamment au milieu de terrain. Mais il aurait une vraie tête de prétendants aux places européennes, voire mieux.
La question en suspens : Dolberg ou pas Dolberg à la reprise du championnat ?
En demi-teinte la saison dernière, Kasper Dolberg a retrouvé confiance et allant avec la sélection danoise à l'Euro (3 buts). Alors qu'il semblait ne plus s'inscrire dans la durée à l'OGC Nice, l'arrivée de Christophe Galtier remet tout à plat. Habitué des duos offensifs complémentaires avec un attaquant de fixation et un autre plus proche de la défense adverse comme le tandem Jonathan David – Burak Yilmaz la saison dernière, le nouvel entraîneur azuréen voit en Dolberg un profil idoine pour le jeu qu'il souhaite prôner. "Ses bonnes performances (à l'Euro) sont importantes pour lui et le club, a évoqué Galtier à Nice-Matin. Il a traversé beaucoup d'épreuves ici. Il a un vrai potentiel, se déplace très bien, on voit qu'il sort du moule Ajax. Je veux le garder." Au Danois de se décider. Sauf offre d'un club plus huppé, il aurait toutes les raisons de vouloir rester un an de plus sur la promenade des Anglais.

Stade Rennais

  • Arrivées : Loïc Badé (Lens, 20 millions d'euros), Kamaldeen Sulemana (Nordsjaelland, 15 millions d'euros)
  • Départs : Damien Da Silva (Libre, Olympique Lyonnais), Clément Grenier (fin de contrat), Steven Nzonzi (AS Rome, retour de prêt), Dalbert (Inter Milan, retour de prêt)
Pourquoi ce recrutement fait envie ?
Une seconde arrivée vendredi soir : le SRFC, actif en coulisses, monte en puissance sur le marché des transferts. Le coup d'essai des prêts d'expérience en vue de la Ligue des champions depuis un an et demi a été un échec cuisant, puisque Nzonzi, et Dalbert ne sont finalement conservés, alors que Daniele Rugani n'avait même pas terminé la saison au Roazhon Park. A contrario, les deals permanents des jeunes Jérémy Doku, Martin Terrier ou Nayef Aguerd ont eux portés leurs fruits. De quoi bâtir les fondations du premier effectif estampillé Bruno Genesio.
Arrivé en cours de saison, l'ancien technicien de l'OL a su redonner de la confiance et de la continuité dans son groupe. A lui désormais de façonner une équipe à son image, même si le technicien de 53 ans est plutôt un caméléon qu'un coach au cadre tactique rigide. Les possibles départs de Faitout Maouassa (suivi par Mönchengladbach) et de Benjamin Bourigeaud, couplés au sérieux dégraissage espéré (Léa-Siliki, Niang, Boey, Gboho, ou Soppy) pourraient laisser une enveloppe intéressante au Stade Rennais. Et ses recruteurs ont fréquemment su se montrer inspirés. Etre parvenu à attirer les prometteurs Loïc Badé et Kamaledeen Sulemana - en devançant l'Ajax Amsterdam pour ce dernier - a tout pour en être une preuve de plus.

Loïc Badé (RC Lens)

Crédit: Getty Images

Quelles pistes pour la suite ?
Avec une liste de candidats vers la sortie aussi longue, celle des arrivées devrait être elle aussi conséquente. La priorité fixée par le directeur sportif Florian Maurice, à savoir recruter un milieu de terrain, semble bien partie vers un dénouement rapide avec le dossier de l'international Espoirs suédois de Midtjylland, Jens Cajuste, déjà bien avancé, et la piste du Néerlandais Teun Koopmeiners (AZ Alkmaar) également évoquée. Pas encore des joueurs reconnus, mais des talents déjà scrutés depuis quelque temps par de nombreux clubs européens. Autant de profils savoureux, et qui pourraient apporter un coup de fraîcheur au club rennais, après avoir mal géré la fin de l'époque Julien Stéphan.
La question en suspens : Que doit faire Rennes avec Camavinga ?
Le club breton avait été clair : il veut être fixé sur le cas de l'international français avant la reprise. Deux semaines plus tard, rien n'est encore réglé et le temps ne joue pas en la faveur du SRFC. Florian Maurice l'avait assuré à Ouest-France, il va construire le mercato des siens en partant du principe que Camavinga ne serait pas là cette saison. Mais très gourmand pour son joyau, Rennes n'a pas trouvé jusque-là preneur au montant escompté. La note sera bien moindre aux 100 millions d'euros un temps murmurés. En fin de contrat dans un an, le milieu de terrain fait rêver les cadors (Manchester United, Real Madrid, FC Barcelone) qui ne se montrent pas pressés dans l'hypothèse d'une signature libre dans un an. A Rennes d'agir dans un sens ou dans un autre : prolongation ou départ forcé. Mais le statu quo ne l'aidera ni sportivement, ni financièrement. Et la formation de Bruno Génésio devra être prête dès le 19 août pour les barrages de la Ligue Europa Conférence.
Ligue 1
Spotify, contrats et pass sanitaire : Aulas dévoile ses solutions pour le foot français
20/07/2021 À 17:56
Ligue 1
Donnarumma complique tout : Navas et le PSG, une relation en questions
14/07/2021 À 21:14