Les Tops

  • David, l’homme du money-time
Avec son doublé salvateur contre l’Olympique de Marseille (2-0), Jonathan David a prouvé qu’il était digne de l’investissement mis sur lui par le LOSC. Il a aussi prouvé qu’il était redoutable dans les dernières minutes des rencontres, en marquant aux 90e et 92e minutes de jeu. Sur ses neuf buts inscrits en Ligue 1, cinq l’ont été après la 89e minute de jeu !
Ligue 1
Puel mis sous pression par les supporters stéphanois : "On te laisse 24h pour démissionner"
21/10/2021 À 13:17

La joie de Jonathan David, Jonathan Ikoné et Xeka lors de Lille - Marseille en Ligue 1

Crédit: Getty Images

Le numéro 9 lillois a pris pour habitude de sortir les Dogues de situations compliquées en fin de match, comme mercredi soir. Si on veut encore élargir, deux-tiers des réalisations du Canadien le sont dans le dernier quart d’heure. Finisseur.
  • Depay, des chiffres et du combat
Même quand il n’est pas brillant, l’OL peut toujours s’en remettre à Memphis Depay. Le Néerlandais a sorti Lyon de l’ornière face à Rennes, tout en prouvant qu’en plus d’être un technicien remarquable, il était aussi un extraordinaire battant. A la lutte avec Aguerd, l’ancien de Manchester United a lutté pour adresser un caviar à Houssem Aouar en taclant. Un geste décisif de plus à mettre à son actif cette saison, synonyme de victoire pour Lyon.
Depay se rapproche des chiffres de sa meilleure saison statistique avec l’OL, et compte désormais 57 buts et 41 passes décisives en Ligue 1 depuis ses débuts en janvier 2017. Un total hors-norme. Un seul autre joueur compte plus de 40 buts et 40 passes dans les cinq grands championnats, et pas n’importe lequel : Lionel Messi.
  • A Brest comme à Lens, les prêtés se montrent
La concurrence est rude au PSG et à l’OL, et Arnaud Kalimuendo comme Jean Lucas ont été forcés d’aller voir ailleurs. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que les jeunes joueurs (19 et 22 ans respectivement) profitent à fond de leur expérience. Kalimuendo s’est montré doublement décisif, lors de la victoire de Lens à Saint-Etienne : d’abord en provoquant le penalty transformé par Sotoca, puis en doublant lui-même la mise, d’un bel enchaînement contrôle orienté - frappe du droit. L’international français U21 compte 6 buts cette saison, meilleur total pour un joueur né au 21e siècle dans les supposés cinq grands championnats.
Le Brésilien, lui, a trouvé à Brest le cadre parfait pour exprimer ses qualités. Dans une équipe séduisante et victorieuse contre Dijon, Jean Lucas a donné deux superbes passes décisives, en lançant d’abord Honorat sur orbite avant de servir Cardona après un enchaînement semelle - louche de toute beauté. Difficile de faire mieux pour se faire remarquer.
  • Benzia, un retour tant attendu
Yassine Benzia voit le bout du tunnel. Absent depuis mai 2020, à la suite d’un grave accident de buggy ayant provoqué de graves séquelles à sa main gauche, l’attaquant du DFCO a enfin fait son retour sur les terrains.
D’abord passé par la réserve, et inclus dans le groupe le week-end dernier pour le match face au PSG, il est cette-fois ci entré à la 82e minute à Brest pour remplacer Wesley Lautoa, sans pouvoir empêcher la défaite des siens. Une libération tout de même, après avoir subi plusieurs opérations et être passé proche de perdre l’usage de sa main.
  • Claude-Maurice aime (seulement) les Crocos
La statistique est implacable. Depuis son arrivée à Nice, Alexis-Claude Maurice a disputé 42 matches de Ligue 1, pour seulement trois buts… Tous uniquement inscrits contre le Nîmes Olympique ! Ce mercredi soir, l’ancien joueur de Lorient a récidivé, profitant d’un mauvais renvoi de la défense gardoise pour donner la victoire aux Aiglons (2-1) d’une belle frappe croisée, contre le cours du jeu.
Malgré cette anecdote peu ordinaire, on souhaite tout de même à l’ailier de 22 ans de trouver une autre victime dans le Championnat de France, surtout si Nîmes quitte la Ligue 1 à l’issue de la saison...

Les Flops

  • Monaco, le grand perdant du Top 4
Des quatre cadors de devant, l’AS Monaco était celui qui était le plus en retrait à quatre points du leader, et qui avait donc le plus besoin de points avant cette journée, pour refaire son retard. C’est peu dire que l’occasion a été manquée par les hommes de Niko Kovac, qui ont non seulement sombré à Strasbourg (1-0), mais ont également vu leurs trois concurrents s’imposer dans le même temps.

Niko Kovac, mécontent de la prestation de ses joueurs de l'AS Monaco (Ligue 1)

Crédit: Getty Images

Sans inspiration offensive, et émoussés physiquement comme rarement ces dernières semaines, les Monégasques ont peut-être payé les efforts des dernières semaines. Toujours est-il qu’avec 17 tirs à 5 et des occasions franches en deuxième période, les Alsaciens ont mérité leur victoire, laissant Ben Yedder & co à leur quatrième place, mais avec un retard désormais conséquent sur la tête du championnat. La course en tête ne semble plus qu’être une course à trois...
  • Le drôle de match de Moukoudi
C’est le genre de rencontre où être l’acteur principal n’est pas forcément la meilleure chose. Harold Moukoudi a vécu une drôle de rencontre face au RC Lens, et a précipité la défaite de ses partenaires (2-3). Provoquant le penalty de l’ouverture du score d’une faute indiscutable sur Kalimuendo, le défenseur a cru se rattraper et redonner l’espoir aux Verts en réduisant l’écart à 2-1 d’une belle tête avant la mi-temps.

Harold Moukoudi a été le personnage principal et malheureux de Saint-Etienne face à Lens

Crédit: Getty Images

Malheureusement pour lui, l’ancien Havrais s’est de nouveau montré fautif sur le troisième but lensois, manquant son intervention au milieu de terrain. Deux erreurs, c’est trop pour un seul match. Même quand on marque un but...
  • Nantes, série noire chez les jaune et vert
Nantes aurait peut-être mérité mieux qu’une défaite, ce mercredi contre Reims. Car la première demi-heure des Canaris, maîtrisée, et l’ouverture du score de Moses Simon laissait augurer du meilleur. Seulement, l’égalisation de Konan a paralysé les hommes d’Antoine Kombouaré, qui ont en plus craqué devant Abdelhamid en fin de match.

Toute la détresse du FC Nantes après la défaite à domicile face au Stade de Reims

Crédit: Getty Images

Et, in fine, voilà que les Nantais poursuivent une série déjà bien sombre : ils cumulent désormais onze matches sans victoire à domicile. La dernière victoire nantaise à la Beaujoire remonte à novembre 2020, face à Lorient. Même si l'absence de supporters est un facteur non négligeable, cela reste une éternité pour un candidat au maintien.
  • Montpellier est fautif dans sa surface
Face à Lorient ce mercredi, Montpellier a concédé son douzième penalty de la saison, soit au moins trois de plus que toutes les autres équipes de Ligue 1. Cette fois-ci, c'est le vétéran Vitorino Hilton qui s’est rendu coupable d’une faute sur Laporte dans la surface, et qui a provoqué un penalty transformé par Grbic, et qui pèse lourd dans le score final (1-1). Pour mieux mesurer l’indiscipline héraultaise dans sa surface, une autre statistique est intéressante : un but encaissé sur quatre par le MHSC est un penalty. C’est trop, surtout au sein d’une défense si expérimentée.
Ligue 1
Nice - OM sera rejoué sur terrain neutre, Nice sanctionné d'un point de pénalité ferme
08/09/2021 À 21:14
Ligue 1
Aucun vainqueur et zéro point : Un gel du match entre Nice et l'OM serait envisagé
07/09/2021 À 19:36