La banderole "Dix matches, dix finales", dévoilée par les supporters avant la rencontre contre Reims lors de la 29e journée, était censée donner des ailes aux joueurs de l'OL dans la course au titre. Finalement, c'est comme si elle les avait plombés. Car depuis, en six matches, les Lyonnais n'ont gagné que deux fois, pour deux nuls et deux défaites. Initialement engagé dans une lutte sans merci pour le titre et la Ligue des champions, Lyon pourrait ainsi être éjecté de la course au titre avant même le feu d'artifice final, en cas de défaite face à Monaco dimanche.
Ce dernier virage avant le sprint, l'OL l'a raté dans les grandes largeurs. Déjà, car l'équipe de Rudi Garcia s'est inclinée contre ses concurrents directs, alors qu'elle était la seule équipe à tous les défier : Lyon a manqué ces opportunités, à chaque fois à domicile, face au PSG, le 21 mars (2-4), et surtout contre Lille après avoir longtemps mené, le 25 avril (2-3). Ensuite, parce que les Gones ont également trébuché lors de rencontres a priori plus abordables : les victoires contre Angers (3-0) et Nantes (1-2) ont été ternies par les nuls à Reims (1-1) et à Lens (1-1).
Ligue 1
Tout sourit à Monaco, Nantes regoûte à la joie
05/12/2021 À 15:51

Le titre, déjà trop loin

Résultat : l'OL est quatrième, à quatre points du troisième, Monaco, qu'elle affronte ce dimanche (21h) dans une rencontre aux airs de dernière chance. Le titre semble déjà trop loin, comme l'a sous-entendu Anthony Lopes en expliquant vouloir "aller chercher le podium" en conférence de presse vendredi : "C'est une semaine décisive. Rien n'est terminé. [...] On a encore espoir de se qualifier pour la Ligue des champions." Le moins que l'on puisse dire, c'est que la répétition générale en quart de finale de Coupe de France n'a en tout cas pas souri aux Lyonnais, battus sur leur pelouse (0-2). "On sera revanchard avec nous-mêmes avant tout", a promis le capitaine lyonnais.
Inutile de dire que la victoire ce dimanche est impérative. Car l'OL, à trois journées du terme, pourrait n'avoir plus rien à jouer, ou presque. "Pendant une semaine, on a perdu pas mal d'opportunités de disputer le titre mais on ne va rien lâcher. Si on bat Monaco, on revient à un point et il restera trois matches à jouer. Le plus important, c'est de gagner", a prévenu le directeur sportif Juninho sur OLTV. Rudi Garcia a aussi tenté de se montrer optimiste : "Tout est encore possible sur le podium. Le calendrier n'est pas un gage de neuf points sur neuf pour tout le monde."
Être éjecté du sprint final avant son apothéose, pour une équipe étiquetée spécialiste, cela ferait tache. "Tout est possible mais surtout il faut terminer très fort. C'est la marque de fabrique du club ces dernières années, disait le président Jean-Michel Aulas fin mars. Ce que je sais c’est que l’on a plus souvent bien terminé que mal."

Vraiment un spécialiste du sprint ?

Mais l'OL est-il vraiment un spécialiste du sprint final ? Les dernières saisons sont contrastées. Certes, en 2015-2016, Lyon avait réalisé une dernière partie de championnat quasi parfaite, restant invaincu entre la 28e et la 38e journée pour s'assurer la 2e place, avec notamment un feu d'artifice contre… Monaco (6-1). En 2017-2018, les Gones n'avaient cette fois perdu qu'un match entre la 26e journée et la dernière, pour valider leur 3e place. Et, la saison suivante, l'OL avait gagné cinq de ses six derniers matches… mais avait manqué la C1 en terminant 4e.
La formule leur convient parfois un peu moins bien. La saison dernière, amputée par le Covid-19 dès la 28e journée, avait privé l'OL de sprint, alors que le club n'avait gagné que deux de ses sept derniers matches. En 2016-2017, l'OL s'était réveillé dans les tous derniers mètres, avec trois victoires et un nul, succédant à cinq matches sans gagner. En bref : même si l'OL est habituellement à l'aise dans le dernier acte, il y avait dans cette idée une part de méthode Coué. Surtout, l'incertitude autour de l'avenir de Rudi Garcia sur le banc doit peser.
Cela n'empêche pas les Lyonnais de se projeter, même si le match de dimanche pourrait mettre fin à leurs espoirs. "On devra le faire pour les supporters, a prévenu Lopes. Une deuxième année sans C1 serait un énorme échec." Ce jeudi, Jean-Michel Aulas a lui lancé un appel à la ministre des Sports, à propos de la réouverture des stades : "Nous serions tellement heureux de rouvrir le stade au public [...]. Nous avons besoin de tout le monde à nos côtés pour le 23/05 /2021." Le 23 mai, l'OL reçoit Nice pour la dernière journée. Avec encore quelque chose à jouer ?

Thiago Mendes (Lyon) face à l'AS Monaco en Coupe de France

Crédit: Getty Images

Ligue 1
60 buts encaissés à eux deux : Bordeaux - OL, les passoires à la barre
05/12/2021 À 00:56
Ligue 1
Kovac espère un retour de Fabregas en janvier
04/12/2021 À 17:05