Le 18 octobre dernier, au moment du déplacement à Strasbourg pour la 7e journée de Ligue 1, l'Olympique Lyonnais occupait une triste 14e place, dans la lignée de sa décevante saison de championnat 2019-2020 tronquée et loin des promesses entrevues lors du Final 8 de la Ligue des Champions. Grâce à un succès péniblement acquis (2-3) contre les Alsaciens, les joueurs de Rudi Garcia ont trouvé l'acte fondateur de leur saison, sans sûrement le savoir sur le moment. Qu'a changé cet après-midi à la Meinau pour les partenaires de Memphis ? Quels éléments de cette rencontre ont fait basculer la saison des Lyonnais ? Réponse en quatre points principaux.

La création de la KTM

C'était un des choix assez discutés de Rudi Garcia en amont de ce match aller. Le technicien français avait choisi d'aligner ensemble Memphis Depay, Karl Toko Ekambi et Tino Kadewere, trois joueurs capables d'évoluer à la pointe de l'attaque. Le trio offensif se présentait avec le capitaine lyonnais dans l'axe, soutenu sur les côtés par les internationaux camerounais et zimbabwéen. Et si la complicité et l'entente entre ces trois joueurs pouvait laisser les observateurs dans le doute avant le match, le choix s'est avéré plus que payant.
Ligue 1
Lewandowski tenté par le PSG ? En Allemagne, on n'y croit pas… pour le moment
IL Y A 11 HEURES
Un premier but de Kadewere à la 12e minute (le premier de ses neuf buts de la saison), puis deux supplémentaires de Toko Ekambi avant la mi-temps. Les trois fois, sur un service de Memphis Depay. L'entente entre les trois joueurs s'est effectuée à merveille, et n'a laissé que des miettes à la concurrence depuis. Kadewere, fort de ce premier but sous ses nouvelles couleurs, a inscrit quelques semaines plus tard un doublé fracassant dans le derby contre Saint-Etienne, et le trio a depuis toujours été aligné par Rudi Garcia lorsque c'était possible. Le pauvre Moussa Dembélé en est même parti à l'Atlético lors du mercato d'hiver, frustré par son temps de jeu à Lyon. Le match contre le RCS a donc marqué pour Lyon la genèse de la KTM, redoutable machine à marquer cette saison.

Un milieu brésilien pas forcément attendu

Avec les prometteurs Bruno Guimaraes et Jean Lucas dans l'effectif lyonnais, ce n'était pas forcément ce milieu brésilien que l'on attendait. Pourtant, Rudi Garcia décidait de faire confiance à la paire Thiago Mendes-Paqueta pour accompagner Houssem Aouar au milieu de terrain sur la pelouse de Strasbourg. Pour le premier, décevant jusque-là avec Lyon, ce rôle de sentinelle est apparu comme une révélation, et le numéro 23 de l'OL a rendu une prestation solide. Par la suite, Mendes s'est montré à son avantage dans l'entrejeu des Gones, justifiant enfin le prix de son transfert en provenance de Lille à l'été 2019.
Pour le second, le match contre Strasbourg était sa première rencontre sous le maillot lyonnais. La première d'une longue série, tant l'ancien de l'AC Milan rayonne à son poste de relayeur depuis son arrivée. Déjà bien en jambes face aux Alsaciens, Paqueta a satisfait Rudi Garcia, qui l'a reconduit lors des rencontres suivantes et lui a permis d'être la véritable révélation de la première moitié de saison lyonnaise. Cette paire brésilienne, complémentaire mais inattendue au milieu de terrain, s'est installée depuis cette première association en octobre comme un élément essentiel de la stabilité de l'effectif lyonnais.

Lucas Paqueta et Thiago mendes (OL) face à Monaco

Crédit: Getty Images

Le dispositif qui va bien

A tâtons depuis le début de saison avec trois dispositifs différents tentés avant la septième journée, Rudi Garcia faisait le choix d'un 4-3-3 en Alsace, avec Mendes en pointe basse au milieu, Cornet en latéral gauche et Memphis en faux numéro 9. La décision tactique s'est avérée payante, déclenchant beaucoup de vitesse à la récupération du ballon (les trois buts de cet après-midi-là sont arrivés de contre-attaques) et permettant à Aouar et Paqueta d'avoir beaucoup de liberté au milieu.
A partir de cette rencontre, finie la défense à 5 apparue à Lisbonne en Ligue des Champions. Sur les 16 matches suivants, Rudi Garcia a reconduit le même dispositif tactique qu'à Strasbourg 15 fois, pour onze succès. Une véritable satisfaction pour le technicien, qui a trouvé la formule tactique taillée pour cet effectif lors de ce succès.

Une capacité à tenir les résultats

C'est également un des principaux enseignements de cette rencontre, où le succès a été acquis dans la difficulté. Menant pourtant 3-0 à la 42e minute, les Lyonnais avaient encaissé deux buts et ne menaient plus que 3-2 à la 55e . Continuant à jouer, faisant le dos rond mais sans refuser le jeu, les Lyonnais étaient apparus solides, et moins fragiles que ce qu'ils avaient pu montrer par le passé. Une solidarité défensive et une abnégation collective saluées par leur entraîneur à l'issue de la rencontre : "On ne s'est pas affolé à 3-2, on a bataillé. Il fallait être dans le combat, ici il faut l'être de toute façon. Cette équipe a eu la capacité de se dire qu'il fallait faire tourner la réussite."
Et ce sont les journées d'après qui ont confirmé l'aspect fondateur de cette courte victoire acquise sans lâcher. Face à Saint-Etienne (2-1), à Angers (0-1) et lors du déplacement à Paris (0-1), ce sont ces mêmes valeurs qui se sont retrouvées chez l'équipe lyonnaise et qui ont permis aux hommes de Rudi Garcia d'empocher à chaque fois les trois points, par la plus petite des marges possibles. Les Lyonnais ne lâchent plus, ou du moins savent qu'ils sont capables de tenir des résultats serrés depuis cette victoire fondatrice.

Les joueurs de l'OL fêtent le but de Toko Ekambi lors de Lyon - Bordeaux, le 29 janvier 2021, en Ligue 1

Crédit: Getty Images

Plus que tous ces points mentionnés, c'est avant tout le sentiment qu'une équipe s'est véritablement créée lors de ce succès acquis à Strasbourg qui prédomine. Au moment de retrouver les Alsaciens ce samedi, l'Olympique Lyonnais occupe la deuxième place, et semble avoir repris du poil de la bête après un petit coup de mou début janvier. Sauf grande surprise, le onze de Rudi Garcia devrait être samedi soir très similaire à celui du 18 octobre dernier au Stade de la Meinau, là où un collectif s'est vraiment construit et où la saison des Lyonnais a basculé. Peut-être vers un titre de champion de France...
Ligue 1
Titre, tickets européens, maintien, meilleur buteur : les enjeux de la 37e journée
IL Y A 14 HEURES
Ligue 1
Cherki, l'atout du présent, les contours de l'avenir de l'OL
IL Y A 19 HEURES