Le constat est sans appel. 24 tirs, 8 cadrés, 1 but. Face à Montpellier, l’OL a avant tout manqué d’efficacité devant le but adverse. Incapables d’inquiéter véritablement une défense héraultaise qui avait choisi son soir pour retrouver sa solidité, les Lyonnais ont trop gâché dans les trente derniers mètres et peuvent nourrir de nombreux regrets dans la course au titre. Un constat partagé par un Thiago Mendes abattu après coup : "C'est une totale déception. Nous avions la victoire en mains, me semble-t-il, mais nous avons pris deux buts alors que nos adversaires n'ont pas eu tant d'occasions. Nous avons failli dans la finition, nous n'avons pas su conclure".
Et si on le sentait venir depuis quelques semaines, les Lyonnais s’en étaient toujours sortis, sur un éclair de Paqueta à Dijon (0-1), ou sur un véritable miracle avec ce but improbable de Dubois contre Bordeaux (2-1). Mais cette fois-ci, rien n’a fonctionné ou presque, et ce n’est pas Rudi Garcia qui va dire le contraire : "Nous avons manqué de réalisme. C'est une soirée sans réussite, où nous n'avons pas été efficaces dans les deux surfaces de réparation. Dans une course d'endurance comme nous la vivons, il ne fallait pas perdre de points. Même un nul n'était pas un bon résultat".
Ligue 1
Mbappé et sa maîtrise de l’espagnol : “Si tu voyages un jour, il faut parler la langue…”
HIER À 23:07

Garcia sur le classement : "On sait que c'est une course à 4"

La Depay dépendance

Ce manque de réalisme s’est véritablement traduit par le mauvais match de Memphis Depay. Incapable de faire des différences face à Hilton et Congré, l’international hollandais a rappelé que l’attaque lyonnaise est dépendante de sa forme. Véritable leader de l’équipe entière, le numéro 10 n’était pas dans un grand soir. Et si Depay ne va pas, rien ne va devant à l’OL.
Action symptomatique de la mauvaise soirée du capitaine lyonnais, le but des Gones vient d’un centre de Toko-Ekambi repris par Aouar et conclu par Paqueta. Outre cette unique action, les Lyonnais n’ont jamais été en mesure de faire vaciller Montpellier sans leur chef d’orchestre offensif. Trop peu complices, les trois de devant n’ont même pas forcé le gardien adverse Jonas Omlin à s’employer plus que ça, lui qui a fait un match sérieux, mais qui n'a pas eu d'arrêts compliqués à réaliser hormis sur une frappe de Toko-Ekambi à la 32e minute.

Thiago Mendes : "Une déception totale, tristes et fâchés"

Des changements inefficaces

Et si les titulaires habituels ont tiré la langue, les remplaçants n’ont pas vraiment donné raison aux supporters lyonnais qui demandent davantage de rotation dans l’effectif. Entrés à la 72e minute de jeu, ni Slimani ni Cherki n’ont apporté le réalisme qui avait manqué à Lyon jusque-là. Avec trop de déchet et un jeu trop compliqué, les deux attaquants se sont empalés sur la défense montpelliéraine bien en place, et n’ont pas réussi à inverser la tendance, ce qui est pourtant attendu de leur part.

Islam Slimani dépité après la défaite de l'OL face à Montpellier (1-2)

Crédit: Getty Images

Alors rien n’est perdu pour l’Olympique Lyonnais, car il reste encore 13 matches avant la fin du championnat. Mais ces points perdus pourraient coûter cher, et des matches de cette qualité sont amenés à se répéter si les partenaires de Memphis ne se montrent pas plus tueurs devant la cage adverse. Si l’écart est permis, il ne passe pas bien ce samedi soir à l’OL. Et Rudi Garcia sait qui sont les coupables : "Nous n'avons qu'à nous en prendre à nous-mêmes, et à personne d'autre".

Aulas : "On va donner le nom de Gérard Houllier au centre d'entraînement de Lyon"

Ligue 1
Puel mis sous pression par les supporters stéphanois : "On te laisse 24h pour démissionner"
21/10/2021 À 13:17
Ligue 1
Nice - OM sera rejoué sur terrain neutre, Nice sanctionné d'un point de pénalité ferme
08/09/2021 À 21:14