La mission est impossible. C’est justement pour ça qu’il est revenu. Vous n’êtes dans le pitch du nouveau Marvel, simplement dans le résumé de la situation de Leonardo au PSG. Sans le sou (oui, même le PSG) et avec une deadline qui approche dangereusement, le directeur sportif du PSG doit encore trouver de nombreux renforts pour le vice-champion d’Europe : un défenseur central, un milieu de terrain et un attaquant. Il n’y a pas encore le feu à la maison PSG. Disons simplement qu’il y a urgence.
Mais Leonardo a plus d’un tour dans son sac. Le 11 septembre, c’est seulement 24h après l'apparition de son nom dans la presse qu’Alessandro Florenzi débarquait dans la capitale en prêt avec option d’achat. Une signature aussi inattendue que soudaine qui a débouché sur une question : comment, en 2020, le directeur sportif parisien réussit-il à préserver ses deals secrets aussi longtemps ?
Ligue 1
Il a raté le PSG à cause de ça : Minala, la "fake news" qui a tout changé
21/09/2020 À 14:14

Protocole de la discrétion

A cette question, Loïc Tanzi, journaliste qui suit le PSG pour RMC, apporte une précision de taille : "Tout le monde prend l’exemple de Florenzi mais le dossier se boucle en trois jours, rappelle-t-il. Donc il n’y pas eu besoin de garder le secret sur ça parce que ça s’est fait à une vitesse folle : il s’est renseigné, deux jours après c’était dans la presse, trois jours après c’était fait". Une version confirmée par un connaisseur du dossier de l’Italien : "Leonardo est très ami d'Alessandro Lucci, son agent. Il a toujours eu beaucoup de Brésiliens, comme Cafu, Serginho etc... Leonardo sait donc qui est Lucci. Ils sont sur la même longueur d'ondes : faire sortir l'info quand il le faut, gérer les fuites etc... Cette discrétion, Leonardo l'apprécie beaucoup."
Dans le mercato, plus qu’ailleurs, le silence est d’or. Mais par la nature des deals actuels, avec des intermédiaires qui s’accumulent, le risque d’une fuite est évidemment bien plus important. Pour se protéger un maximum, Leonardo cherche donc à limiter à la source, comme le confirme Kevin Ménez, conseiller de Jérémy qui a connu la première ère du Brésilien au PSG : "Leonardo a toujours été mystérieux sur ces dossiers-là, avance-t-il. Cette discrétion-là fait partie du protocole de Leonardo. Pour signer un joueur, il veut être super discret et il le demande aussi au joueur et à l’entourage en face parce qu’il connaît trop bien le métier, il sait comment ça se passe."
Visiblement, le message est limpide pour les potentiels agents intéressés. "Avec Leonardo, c’est assez clair : si un dossier que tu mènes avec lui fuite, tu as de grandes chances que ça tombe à l’eau, nous confirme Christophe Hutteau, agent de joueurs. Aujourd’hui, si un de tes joueurs intéressent vraiment le PSG et que tu sais que la personnalité de Leonardo fait que si tu fais fuiter, tu te mets en position difficile, évidemment que tu vas tenir ta langue". Du côté de Milan, où il sévissait avant de revenir au PSG, certains proches du club vont même plus loin : "Il menace les agents en cas de fuites. Comme faire sauter un transfert ou baisser sa commission...".

De Alli - Koulibaly à Bakayoko : Paris, dix jours pour passer du rêve à la réalité

Cloisonner, même au sein du PSG

Un rôle qui dépareille avec le Leonardo du quotidien, enjoué, ouvert et franchement charmeur. "C’est sa marque de fabrique, nous explique le frère de Jérémy Menez. Honnêtement, il a un relationnel avec les joueurs, les entourages et les gens du club qui est assez fort. C’est vraiment son point fort, il aime dialoguer, discuter". "Il fait partie des rares directeurs sportifs qui prennent la peine de répondre aux messages que tu peux lui envoyer, embraye Christophe Hutteau. Pour en avoir discuté avec des collègues, il répond quasiment à tout le monde, c’est une marque de respect tellement rare dans le métier". "Il répond à tout le monde, c’est sa façon de faire, confirme Loïc Tanzi. Il est 'classe' dans le sens où il te donne de l’importance, que tu sois petit ou que tu sois grand. Là-dessus, il est très bon".
Mais le charmeur Leonardo devient beaucoup plus méfiant quand les choses deviennent sérieuses. "Pour moi, il n’a pas une culture du secret si énorme, estime le journaliste de RMC. Il a ses réseaux, on les connaît et, globalement, les infos sortent tout le temps. Là où il est plus fort que les autres c’est qu’il cadenasse un peu plus ceux qui sont autour de lui. En réalité, il n’est pas secret auprès des autres membres du club, c’est juste qu’il ne diffuse pas l’information. Tout Leonardo qu’il est, il sait très bien que s’il diffuse l’info dans le club, l’info sortira fatalement".
Alors, Leonardo cloisonne. Si l’on caricaturait, on dirait que les personnes au courant des choses qui se trament en coulisses se comptent sur les doigts d’une main. Mais on en est presque là. "Il travaille avec Angelo Castelazzi qui est son adjoint et un ou deux gars avec qui il travaille en plus à la cellule de recrutement au PSG, énumère Loïc Tanzi. Et basta. Tout se passe entre eux. Le coach est aussi au courant, le président et l’actionnaire sont au courant car ce sont eux qui prennent les décisions finales mais ça va pas plus loin".

Tendu et loin des réalités, Tuchel est-il en train de perdre pied ?

Repérage large puis attaque éclair

C’est ainsi que le Brésilien bannit quasiment toutes communications par mail, pour ne laisser aucune trace écrite, comme l’expliquait L’Equipe au début de l’été. Pour rester "libre", un mot qu’il adore répéter au quotidien, Leonardo évite aussi de se fermer des portes. Sa méthode est simple : parler avec tout le monde. "Lorsque tu lui proposes un joueur, un dossier, il t’écoute et te répond, explique Hutteau. En revanche, s’il est intéressé par un dossier, c’est lui qui prend contact avec toi".
Son réseau italien reste forcément plus attractif, tant il connaît déjà tous les codes et les principaux protagonistes. Mais, pragmatisme oblige, il ratisse large, tisse sa toile un peu partout mais pour mieux piquer au moment où il aura choisi sa proie comme nous l’explique Loïc Tanzi : "Là, concrètement, sur les milieux de terrain, sur les défenseurs, il doit échanger avec dix, quinze personnes pour dix, quinze joueurs différents, explique le journaliste. Mais depuis deux, trois mois, ça avance pas vraiment, ça traîne, ça discute. Il y a des rendez-vous, des coups de téléphone… A un moment, il va clairement se positionner sur un mec. Mais, comme il aura noué une vraie relation en amont avec l’agent, ça ira beaucoup plus vite. Quand il aura décidé d’attaquer, il connaîtra les conditions auxquelles c’est possible de faire le joueur, il aura de bonnes relations avec l’agent qu’il connaît depuis trois mois, il connaîtra les exigences du club donc il ira proposer la bonne offre. C’est pour ça que ça va très vite".
Paradoxalement, le processus de sélection limite les noms dans la presse. En brassant aussi large et en tâtant le terrain, Leonardo avance à pas de velours. Ce qui rend impossible la publication d’infos sérieuses : "Tant qu’il n’y a rien de concret, nous, en tant que journaliste, on ne peut rien sortir, poursuit le journaliste habitué du Camp des Loges. Prenons l’exemple de Dele Alli. Au départ, c’est une discussion qu’il y a eu entre des agents et le PSG. Le club a dit 'OK, pourquoi pas.. C’est intéressant.. un prêt c’est possible ? Oui, non ? Ok, on va voir, on vous rappelle'. Mais il n’y a rien qui avance, même pas un intérêt concret. Mais si d’aventure ils finissent par se lancer vraiment sur la piste, ils auront toutes les cartes en main pour le boucler en trois jours".
Une méthode qui devrait être de nature à rassurer les supporters les plus inquiets. Si vous ne voyez aucun nouveau nom sortir, c’est probablement que Leonardo prépare quelque chose, dans l’ombre. Avec les moyens du bord, limités évidemment. Mais avec une façon de faire qui a fait ses preuves à maintes reprises. Alors, mission impossible ? Oui, mais c’est aussi pour ça qu’il est revenu.
Avec Guillaume MAILLARD-PACINI

Elégant mais inconstant, Dele Alli pourrait-il changer le visage du PSG ?

Ligue 1
Nice - OM sera rejoué sur terrain neutre, Nice sanctionné d'un point de pénalité ferme
08/09/2021 À 21:14
Ligue 1
Aucun vainqueur et zéro point : Un gel du match entre Nice et l'OM serait envisagé
07/09/2021 À 19:36