Ce mois de février est moins brillant à Lyon. La défaite face à Montpellier (1-2), la seconde période à Brest (2-3), le nul à Marseille (1-1) : ce fut laborieux, parfois inquiétant. La première période face à Rennes ce mercredi n'a rassuré absolument personne. Bien au contraire. Et surtout pas Rudi Garcia.
"Nous avons gagné trop de peu de duels en première période au cours de laquelle nous avons été inoffensifs", a noté le coach de l'OL. "On ne pouvait pas faire moins bien en deuxième qu’en première. On n’a pas été bon et c’est aussi ma responsabilité mais on a pris beaucoup plus de plaisir en deuxième. On s’est donné les moyens de gagner le match." Car si Lyon a déçu, il s'est réveillé et il reste surtout dans la course au titre. Voilà bien l'essentiel.

Aouar et Depay offrent un succès précieux à l'OL

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Ce si précieux Caqueret, l'indispensable dont Garcia s'est trop passé
IL Y A 8 HEURES
"Nous avions besoin de l'emporter après le résultat nul à Marseille, a réagi Tino Kadewere. C'est un peu difficile dans le jeu mais contre une équipe bien organisée, gagner ainsi est magnifique. Cela donne de la confiance. Après une première période difficile, il fallait rester soudés et collectifs. C'est ce que nous avons fait". Car tout le monde perd des plumes dans cette course au titre et si Lyon reste sans doute l'équipe la moins convaincante du quatuor en février, cela ne se répercute pas au classement.

Une victoire comme un avertissement

Si cette lutte pour le trône se joue sur la gestion des temps faibles, l'OL aura nécessairement son mot à dire. En ce milieu de semaine, Lyon a pris deux points sur un de ses trois concurrents directs (Monaco) en livrant une prestation très moyenne avec une seule occasion sérieuse en première période (Depay dans le temps additionnel).
Cette victoire face aux Bretons sonne comme un avertissement : les hommes de Rudi Garcia ne lâcheront rien dans le sprint final à l'image d'un Memphis Depay mort de faim sur l'action de l'unique but de la partie. "Tous les matches sont difficiles à gagner", a rappelé Rudi Garcia. Ce fut particulièrement vrai ce mercredi pour les quatre écuries concernées par le sprint final. Plus que la prestation générale, la vraie inquiétude du soir, côté lyonnais, réside dans le niveau des seconds couteaux. Maxence Caqueret, Mattia De Sciglio mais surtout Islam Slimani et Bruno Guimaraes n'ont pas apporté les garanties nécessaires.
Or Lyon, encore engagé en Coupe de France, aura besoin de toutes ses forces vives au printemps. "Pour Slimani, c'est plus compliqué de jouer sur un côté, l'a défendu son coach. Mais il faut féliciter les entrants qui nous ont permis de livrer une seconde période à la hauteur de l'OL." Et notamment Houssem Aouar, unique buteur du soir. Comme les autres Lyonnais, Aouar vit des semaines sur courant alternatif. Mais si Lyon termine champion en mai, personne ne s'en souviendra.
Ligue 1
"Merci la VAR !": Moulin scandalisé par le but refusé à Angers
IL Y A 14 HEURES
Ligue 1
Rennes s'éclate et repense très fort à l'Europe
IL Y A 17 HEURES