Du Qatar Sport Investments (Paris SG) à King Street (Bordeaux) en passant par Nenking (Sochaux/Ligue 2), les logiques de rachat épousent des ambitions diverses allant de la géopolitique aux objectifs économiques. Mais elles ont une origine commune.En France, où les investisseurs vont profiter de "l'augmentation de 60% des droits TV" pour la période 2020-2024, "le ticket d'entrée est moins cher qu'ailleurs", relève Luc Arrondel, économiste au CNRS. De plus, "les clubs français sont réputés pour leur formation de qualité", ce qui fait naître "des espérances sur le "trading" joueurs", développe-t-il auprès de l'AFP.

Par rapport aux géants de Premier League notamment, les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 apparaissent de fait comme des achats plus accessibles, avec des perspectives de revente assez élevées. "Cela fait beaucoup d'argent pour un club français, mais en Angleterre, c'est plutôt modeste", a ainsi reconnu Jim Ratcliffe, première fortune anglaise et patron du groupe de pétrochimie Ineos, au sujet des 100 millions d'euros mis sur la table pour racheter Nice en 2019.

Ligue 1
Luis Henrique, le "Mbappé brésilien" à l'OM ? "Il ne faut pas s'attendre à des miracles"
IL Y A 2 HEURES

"Espérances de plus-value"

A Marseille, Frank McCourt n'est pas non plus venu pour profiter des charmes de la Méditerranée. En octobre 2016, l'homme d'affaires de Boston a saisi une opportunité en or : une grande marque européenne pour environ 45 millions d'euros. Depuis, il a dû effacer 78 millions d'euros de dettes et a investi environ 220 millions d'euros dans le club, de retour en Ligue des champions après plusieurs saisons contrastées. Et cet été, McCourt a encore garanti devant la DNCG, gendarme financier du foot français, qu'il comblait les déficits, ce qui devrait se monter à une centaine de millions d'euros.

"Boudjellal fait du bruit mais Eyraud travaille en sous-main" : comment l’OM a repris le dessus

Les récentes rumeurs de rachat, démenties par la direction, ont néanmoins relancé les spéculations sur les motivations de l'Américain. Indépendamment de l'exemple marseillais, l'explosion des droits télévisuels en Europe a attiré l'oeil des fonds d'investissement. "Les clubs sont de plus en plus valorisés, il y a des espérances de plus-value sur la revente future", appuie Luc Arrondel, co-auteur de "L'Argent du football" (2018, éditions du Cepremap). Pour l'économiste, il s'agit d'une tendance nouvelle dans un milieu où l'on ne faisait "pas de profit, ou très peu" en raison des indemnités de transfert et des salaires pharaoniques des joueurs.

Méfiance des supporters

L'explosion des droits TV a changé la donne et attiré de nouveaux acteurs. Quitte à ce que le projet sportif passe au second plan, redoutent certains supporters. A Bordeaux, les Ultramarines ont ainsi prédit "une catastrophe annoncée" avant que M6 ne cède en 2018 le club aux fonds d'investissement américains King Street et GACP, actionnaire minoritaire. Depuis, les Girondins ont licencié de nombreux salariés historiques ou vendu des jeunes talents pour combler le déficit.

Fin 2019, le froid et austère King Street a évincé le dépensier GACP, sans stabiliser un club déficitaire, plombé par une 12e place en Ligue 1 et miné par un conflit entre les supporters et le président Frédéric Longuépée. Et l'entraîneur Paulo Sousa n'a pas caché ses envies d'ailleurs... A Sochaux, en Ligue 2, les déceptions sportives et les problèmes économiques se sont également accumulés depuis que Peugeot, propriétaire historique, a vendu le club contre 7 millions d'euros en 2015 à l'homme d'affaire chinois Li Wing Sang.

Wing Sang Li, ex-propriétaire du FC Sochaux

Crédit: Getty Images

Le dirigeant du groupe Tech Pro Technology voulait développer et faire connaître sa marque en Europe, pari raté. Les supporters l'ont conspué, les finances étaient dans le rouge et le club a échappé de peu à une rétrogradation administrative. Endetté, il a dû revendre en 2019 au groupe chinois Nenking. "Le centre de formation du FCSM est l'un des meilleurs de France et nous pouvons aider à interagir avec toutes les opportunités qui existent en Chine", justifiait alors Frankie Yau, numéro 2 de Nenking, à l'Est Républicain.

A Auxerre, sous pavillon chinois depuis 2016, les ambitions initiales étaient semblables : "faire remonter" le club en L1 et "rapporter le savoir-faire de la formation de l'AJA pour aider les jeunes Chinois dans la pratique du foot", a expliqué James Zhou lors d'un entretien accordé à France Bleu Auxerre après l'inauguration d'une Académie à Shanghaï. Pour l'heure, l'AJA s'apprête à repartir en L2, pour la neuvième saison d'affilée...

Ligue 1
Convoqué pour son crachat, Di Maria risque très gros
IL Y A 2 HEURES
Ligue 1
Pour vous, Mandanda et Mbappé sont les meilleurs joueurs de la 4e journée
IL Y A 3 HEURES