Pour la première fois depuis l'éviction de Thomas Tuchel de son poste d'entraîneur du Paris Saint-Germain le 24 décembre dernier, les langues se délient. Zsolt Löw n'est pas le nom le plus connu du grand public. Mais l'adjoint de l'entraîneur allemand a vécu aux premières loges les deux saisons et demi du technicien dans la capitale. Interrogé par Nemzeti Sport, un média de son pays natal, la Hongrie, l'homme de 41 ans n'a pas caché ses sentiments envers le directeur sportif du PSG, Leonardo. Et ils sont tout sauf positifs.
Dans un entretien fleuve, Löw revient sur la première partie de saison parisienne contrastée entre résultats poussifs en championnat et qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions quelques mois après avoir buté en finale contre le Bayern Munich. "C'est une grande réussite professionnelle malgré le fait que l'équipe ait été gênée par d'innombrables blessures tout au long de la saison, et qu'elle a dû également faire face au coronavirus" assure l'entraîneur-adjoint.
Paris semble avoir vu les choses autrement, et a décidé de mettre fin à l'ère Tuchel peu après une victoire nette en Ligue 1 contre Strasbourg (4-0). Ou plutôt, un homme en particulier dans l'organigramme du club, Leonardo. "Nous avons été surpris que le 23 décembre, le directeur sportif du club nous dise qu'il ne comptait plus sur Thomas à l'avenir, raconte Löw. Après avoir dû faire face à des difficultés considérables, fait quelque chose d'historique avec le PSG, avoir qualifié le club en Ligue des champions à l'automne, en étant dans le coup en championnat, la décision est un peu incompréhensible."
Ligue 1
Nice - OM sera rejoué sur terrain neutre, Nice sanctionné d'un point de pénalité ferme
08/09/2021 À 21:14

"Des tensions entre certains dirigeants du club et le staff"

Les relations entre Tuchel et Leonardo, au mieux tièdes, se sont sérieusement dégradées au fil des deux dernières saisons, jusqu'à atteindre à un paroxysme de crispations autour du dernier mercato. Une sortie médiatique du coach allemand, réclamant des renforts rapidement, avait provoqué la colère de la direction sportive en interne, même si Tuchel avait obtenu gain de cause avec les arrivées tardives de Danilo Pereira, Moïse Kean et Rafinha. "La période de transferts estivale ne s'est pas déroulée comme nous l'aurions souhaité. Les principaux départs (Thiago Silva, Edinson Cavani, en tête) ont eu lieu avant et juste après les matches d'août, ils n'ont pas pu être remplacés correctement. Cela a également créé des tensions entre certains dirigeants du club et le staff tout comme le fait que le directeur sportif pratiquait des principes de gouvernance différents de ceux de l'entraîneur."
"Je ne peux pas rentrer dans les détails, ils avaient des idées différentes dans de nombreux domaines, et la différence de point de vue s'est accrue avec le temps, insiste Zsolt Löw. Cela a conduit Leonardo à envisager l'avenir avec un staff différent. Soyons honnêtes, cela n'aurait pas été durable à long terme. Il valait mieux partir maintenant, presque au sommet."
Remplacé par Mauricio Pochettino sur le banc parisien, Tuchel et Löw resteront dans l'histoire du PSG comme le staff qui est passé de la désillusion de l'élimination contre Manchester United en 8es de finale de la C1 en 2018 jusqu'à la finale de cette compétition en 2020. "Nasser Al-Khelaïfi nous a remerciés pour ce que nous avions fait pour le club, soulignant que nous avions obtenu un succès historique, et a ajouté qu'il était fier" précise Löw, qui évoque une très bonne relation tant avec le président parisien qu'avec l'effectif. Les témoignages d'affection ont d'ailleurs été nombreux de la part des joueurs depuis l'officialisation de ce changement de cap. "En lisant les messages, je me suis rendu compte que ces deux ans et demi avaient du sens. Nous avons gagné le respect des joueurs." Il n'aura manqué que celui de Leonardo, semble-t-il.
Ligue 1
Aucun vainqueur et zéro point : Un gel du match entre Nice et l'OM serait envisagé
07/09/2021 À 19:36
Ligue 1
Boateng à l'OL, vraiment un coup de maître ?
01/09/2021 À 23:01