"Racismo no !" Si vous étiez devant votre écran, vous avez forcément entendu Neymar crier haut et fort ces mots. A dire vrai, il n’a cessé de les répéter dès la 36e minute, moment de sa première dispute orale avec Alvaro Gonzalez. Une réaction quasi épidermique pour le Brésilien qui accuse clairement le défenseur olympien de propos racistes lors du match.

La pression n’a fait que monter et la cocotte a fini par péter. En toute fin de match, après un embryon de bagarre générale, Neymar fut l'un des cinq joueurs exclus par l'arbitre, pour avoir adressé une gifle sur l'arrière du crâne d'Alvaro Gonzalez. "Regardez le raciste. Faites attention à lui. C'est pour ça que je l'ai frappé", a expliqué le Brésilien à l'arbitre assistant en quittant la pelouse. Sur le coup, d'après les images de Téléfoot, Alvaro avait seulement rétorqué : "Quel racisme ?".

Ligue 1
L'antisèche : Dans ce chaos, Paris a eu tout faux
13/09/2020 À 22:03

Quelques minutes après, la star parisienne ne semblait pas apaisée : "Mon seul regret, c'est de ne pas avoir frappé ce connard au visage", a-t-il tweeté.

Le tout avant de compléter son propos dans un deuxième tweet : "Pour le VAR, ce sera facile de retrouver mon agression. Mais, maintenant, je veux aussi avoir l'image du raciste qui m'appelle 'Mono Hijo de Puta' (Fils de pute de singe, NDLR). C'est ça que je veux voir !".

Dans la foulée d’une fin de match chaotique, les deux entraîneurs ont été interrogés sur le sujet. Thomas Tuchel a ainsi confirmé la version du Brésilien : "[Il] m'a dit que c'était une insulte raciste, mais je n'ai pas entendu sur le terrain", a expliqué l'entraîneur du PSG.

De son côté, André Villas-Boas a espéré que cela n’influe pas sur la perception de l'exploit marseillais, tout en étant clair sur le racisme dans le foot : "Neymar était un peu énervé, j'espère qu'on n'a rien à voir, a-t-il expliqué. J'espère que ça ne va pas mettre du noir sur notre victoire. Il n'y pas de place pour le racisme dans le foot. Je ne pense pas que ce soit le cas. il y a aussi un crachat de Di Maria. C'est un Clasico. J'espère que ce n'était pas le cas".

C’est finalement Leonardo qui s’est avancé sur la suite : "Il y a les images de la télévision, les choses seront jugées", a estimé le directeur sportif parisien. Conscient, peut-être que les choses n’en resteront pas là.

Avec AFP, traduction du premier tweet de Neymar via l'AFP

"Neymar était à fleur de peau dès le début, fallait-il précipiter son retour ?"

Ligue 1
Fadiga, enfin un Titi parisien différent des autres ? "Il a toujours été patient"
IL Y A 2 HEURES
Ligue 1
A l'OL, la panne d'inspiration
IL Y A 10 HEURES