C'était un jour important pour Jean Michel Aulas. Comme l'a confirmé un communiqué de l'Olympique Lyonnais, le président des Gones a fait face aux députés ce mardi. "Il a échangé avec les députés de la mission d'information sur les droits de diffusion audiovisuelle du sport", explique l'OL, dévoilant les principales propositions formulées lors de discours. Voici les cinq principales à retenir :

Un plan de relance par l'investissement

"Le PGE (prêt garanti par l’État) a parfaitement joué son rôle pour les clubs. Sans lui, certains seraient en dépôt de bilan. Ce qui est important maintenant, c’est de relancer l’activité. Pour un secteur comme le foot qui souhaite se relancer très vite avec des entrepreneurs, il manque un dispositif qui permettrait d’accompagner ceux qui ont des projets générateurs d’emplois, que ce soit sur le plan de la construction de salles, de stades, des projets productifs d’entreprises traditionnelles", a tout d'abord expliqué Jean-Michel Aulas devant des députés, précisant que les "banques sont frileuses" selon lui. "J’imagine qu’on pourrait faire en sorte de faciliter la reprise, de faire bénéficier à ceux qui ont des projets créateurs d’emplois d’une sorte de PGE d’investissement".
Ligue 1
Nice - OM sera rejoué sur terrain neutre, Nice sanctionné d'un point de pénalité ferme
08/09/2021 À 21:14

L’idée d’un "Spotify du foot"

Pour justifier cette proposition pour le moins originale, JMA a expliqué que l'idée "est de proposer une structure qui permet d’aller chercher ce dont on a besoin".
"On se rend bien compte qu’un supporter de Marseille aimerait éventuellement acquérir les droits de son équipe favorite dans toutes les compétitions. Aujourd’hui, s’il veut avoir accès à son équipe favorite, il faut qu’il aille acquérir les droits de toutes les équipes du Championnat de France, et puis si Marseille joue en coupe d’Europe, comme c’est le cas cette année, tous les droits européens. Il y avait cette volonté d’essayer de réfléchir comment l’utilisateur peut trouver ce dont il a envie à un coût acceptable par le plus grand nombre et qui lui permet de se fidéliser. Je pense qu’aujourd’hui on n’est pas dans cette solution-là", a-t-il estimé.

Le pass sanitaire pour le stade

Concernant le sujet plutôt délicat du retour au stade, Jean-Michel Aulas a livré son point de vue après avoir organisé deux matches amicaux le 17 juillet dernier au Groupama Stadium : "On a réussi à faire venir 8000 personnes, toutes avec un Pass sanitaire. Quand elles n’avaient pas de Pass Sanitaire, on avait des tests antigéniques, le centre de vaccination était ouvert pour les supporters qui le souhaitaient sans qu’ils aient à prendre de rendez-vous. On essaye toujours d’apporter une solution globale à la vie des gens."

La création d’une société commerciale de la LFP

Concernant la LFP, le président de l'OL estime que la "création d’une société commerciale est une volonté de tous les clubs français". "Cette structure est pratiquement présente dans tous les pays. Puisque la ligue distribue l’ensemble des droits TV pour les clubs, cette société permettrait de professionnaliser, d’internaliser et de gérer l’attribution de ces mêmes droits", a-t-il ajouté, expliquant que "beaucoup d’investisseurs sont intéressés à moyen et long terme par des financements liés aux droits TV".
Suivez les JO en vous abonnant à Eurosport

Les infrastructures et la réforme du premier contrat pro

Toujours dans cette volonté de réformer le football, Aulas pense qu'il est important que les clubs français deviennent propriétaires de leurs infrastructures. "Par exemple, la plupart des clubs anglais sont propriétaires de leurs stades, les clubs espagnols aussi, les clubs italiens essayent de le faire. Ils s’en portent plutôt bien. De notre côté, il y a des modèles traditionnels en France qui n’ont pas facilité cette structure de coûts et d’environnements", a-t-il expliqué. Avant de revenir sur la question du premier contrat professionnel.
https://i.eurosport.com/2020/06/12/2831716.jpg
"Des discussions sont en cours pour que le premier contrat pro soit, non pas de 3 ans, mais de 5 ou 6 ans, et faire en sorte que les clubs qui forment des joueurs aient la certitude qu’ils ne s’en vont pas gratuitement à l’extérieur. Un joueur qui arrive en fin de contrat de formation en France a la possibilité, s’il ne signe pas son premier contrat pro, de partir gratuitement à l’étranger. Il y a donc une perte évidente", a déploré JMA.
Ligue 1
Aucun vainqueur et zéro point : Un gel du match entre Nice et l'OM serait envisagé
07/09/2021 À 19:36
Ligue 1
Boateng à l'OL, vraiment un coup de maître ?
01/09/2021 À 23:01