Cela va commencer à ressembler à une bonne habitude. Pour réussir un sprint final, Monaco a la recette. L'ASM avait déjà terminé en boulet de canon la saison passée, avec sept victoires sur les neuf dernières journées pour boucler l'exercice à la troisième place du classement. Sept victoires, c'est justement la série, en cours, qui a permis aux Monégasques de se relancer dans la course au podium. Celui-ci semblait pourtant encore inaccessible pour le club de la Principauté il n'y a pas si longtemps. Mais l'ASM a désormais toutes les cartes en main pour y figurer au mois de mai.

Le destin entre ses mains

Ligue 1
Monaco retire sa réserve de National 3 pour disputer une compétition liée à la Premier League
30/06/2022 À 21:30
La défaite de Marseille contre Lyon (0-3) a en effet eu ses conséquences comptables. L'écart entre l'OM, deuxième, et ses deux poursuivants, Rennes, troisième, et Monaco, quatrième, s'est réduit à trois points. Tout sauf anodin avec la perspective du duel entre le club phocéen et son homologue breton la semaine prochaine. Quel que soit le résultat de ce choc, l'ASM sait désormais qu'elle sera assurée de terminer sur le podium si elle remporte ses trois derniers matches de championnat. Au moins à la troisième place. Et peut-être à la deuxième selon les circonstances.
C'est une situation favorable que Monaco se doit d'exploiter. "C’est compliqué de faire abstraction du sprint final, car tout le monde parle de cette fin de saison palpitante, prévenait Aurélien Tchouaméni mercredi en conférence de presse. Nous savons contre qui vont jouer nos adversaires directs, mais nous avons trois matchs difficiles à disputer, donc à nous faire le maximum pour prendre le plus de points possibles. Pour le moment, ce qui nous importe le plus, c’est ce match à Lille. Le plus important sera de réitérer le même niveau de performances que lors des dernières semaines. Nous nous focalisons uniquement sur nous-mêmes."

L'avantage d'ouvrir le bal

Monaco n'a pas de raison de se concentrer sur autre chose. Il sait ce qu'il doit savoir : il sera provisoirement dauphin du PSG s'il s'impose à Lille vendredi, en ouverture de la 36e journée. Les coéquipiers de Wissam Ben Yedder totaliseraient le même nombre de points que Marseille, mais afficheraient une différence de buts supérieure à celle des Marseillais (+22 contre +20 actuellement). Ils mettraient ainsi l'OM sous pression maximale pour son déplacement à Lorient dimanche (17h05), trois jours après la demi-finale retour de Ligue Europa Conférence des Olympiens contre Feyenoord.

Bus encerclé et vidéo d'Ancelotti : Les coulisses d'une folle soirée à Madrid

Ouvrir le bal de cette 36e journée n'est pas seulement un avantage par rapport à l'OM. Rennes et Nice (5e, à deux points des Bretons et Monaco), devront patienter jusqu'à mercredi avant de jouer leur match de championnat en raison de la finale de la Coupe de France entre les Aiglons et Nantes samedi. Les Rennais, en déplacement chez le finaliste nantais, et les Niçois, qui recevront Saint-Etienne, pourraient eux-aussi se retrouver avec la pression de devoir gagner impérativement selon les résultats de Monaco et Marseille.

Lille, la bête prenable

Cela en dit long sur l'enjeu de la victoire pour Monaco à Lille. A première vue, le LOSC a tout de la bête prenable. Le club nordiste n'a globalement plus rien à gagner ni à perdre cette saison, il reste sur une correction subie à Troyes (3-0), un match qui a vu les Nordistes concéder trois penalties mais aussi les expulsions de Renato Sanches et Burak Yilmaz. Le milieu portugais et l'attaquant turc feront défaut dans une équipe régulièrement en difficulté pour imposer son jeu à domicile et clairement en froid avec son public en cette fin de saison.

Burak Yilmaz et Renato Sanches (Lille) ont été expulsés contre Troyes

Crédit: Imago

Mais si les dynamiques de Lille et Monaco sont radicalement opposées, ce match n'est cependant pas gagné d'avance pour les Monégasques. Si le LOSC est prenable, c'est surtout une bête blessée dont il faut se méfier. "Je n’aime pas trop rencontrer des équipes quand elles sortent de matchs perdus, car elles veulent montrer une réaction, insistait Philippe Clément vendredi devant la presse. D’autant que le LOSC est plus fort à domicile, où il n’a perdu que trois matchs depuis le début de saison en Ligue 1. Ils vont vouloir réagir, à commencer par le coach, qui va remonter ses joueurs, donc je me méfie de cette équipe."

Tous les feux au vert

Il y a un piège dans lequel Monaco ne doit pas tomber. Mais l'ASM a affiché les vertus pour l'éviter. Sa série de sept victoires fait d'elle l'équipe la plus en forme des cinq "grands" championnats. Sa défense, la moins perméable de L1 avec celle de Nice en 2022 (12 buts encaissés), lui offre désormais des garanties de solidité. Son attaque, portée par Wissam Ben Yedder (21 buts), n'a plus été muette depuis près de deux mois et le revers à Strasbourg (1-0). Et d'autres individualités offensives, notamment Kevin Volland, Myron Boadu et Aleksandr Golovin, arrivent au top de leur forme pour ce sprint final.
Surtout, sa dimension physique et ses ressources mentales parlent pour l'ASM. "Pour moi les deux secteurs dans lesquels l’équipe s’est améliorée, c’est d’abord l’état physique, l’intensité que l’on met dans les matches, a détaillé Clément. A mon arrivée, les joueurs baissaient légèrement de niveau à après l’heure de jeu, alors qu’aujourd’hui nous sommes capables de jouer à haute intensité tout le match. Et le deuxième aspect sur lequel je vois une amélioration, c’est au niveau du mental. Nous ne sommes plus aussi nerveux lorsque le scénario ne va pas dans notre sens." C'est pour cela que le podium tend désormais les bras à Monaco. L'ASM n'a plus que le plus dur à faire : aller le chercher.

La joie de Wissam Ben Yedder, Kevin Volland et Ruben Aguilar lors de la victoire de Monaco contre Angers

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Fabregas, trois ans et demi pour quoi ?
18/06/2022 À 10:35
Transferts
Plus de 100 millions : Tchouaméni est-il surpayé par le Real ?
08/06/2022 À 13:19