Cela peut sembler improbable. Et ça en dit surtout long sur le décalage de vision de Jorge Sampaoli sur l'OM. Après avoir qualifié l'Olympique de Marseille pour la Ligue des champions lors de la dernière journée de L1, le désormais ex-entraîneur marseillais attendait un mercato de haut vol de la part de Pablo Longoria et des dirigeants olympiens. L'Equipe révèle ainsi ce samedi que l'ancien sélectionneur argentin avait notamment glissé à son président deux noms : celui d'Antoine Griezmann et de Renato Sanches.
Cela semble un peu lunaire quand on connait les finances marseillaises. Notamment pour Griezmann qui touche quand même 10 millions d'euros net à l'Atlético de Madrid, selon la Cope. Avec ses émoluments et même s'il a déjà fait d'énormes sacrifices en partant du Barça, c'est typiquement le genre de joueurs qui ne peut pas rentrer dans les plans de l'OM dont les capacités financières restent limitées malgré la qualification en C1 et la manne qu'apportera l'arrivée du fonds d'investissement CVC au coeur du football français.
Liga
Uchronie madrilène ou le fantasme de Cristiano Ronaldo à l’Atlético
HIER À 23:07

Une vision bien différente sur le timing

Pour Renato Sanches, c'est un peu la même histoire. S'il n'entre pas dans la même catégorie que le champion du monde 2018, le milieu de terrain de Lille est intouchable pour Marseille alors que les prétendants sont légion pour le Portugais et disposent en général d'autres moyens que l'OM. Mais voilà, Sampaoli, qui a toujours été très demandeur vis-à-vis de ses dirigeants en club pour le recrutement, voulait avoir les moyens de bien figurer sur la scène européenne la saison prochaine.
Cette anecdote révélée par L'Equipe peut sembler amusante sur le papier. Mais elle illustre surtout l'écart de vision de Sampaoli avec la réalité phocéenne. Si son ambition est louable, l'Argentin a vu l'OM trop grand. Beaucoup trop grand même, à l'heure actuelle.
"On a discuté et c'est une question de timing dans le projet. On a un projet de construction et d'avenir. On a tous la même ambition, c'est le timing qui est différent", a expliqué vendredi Pablo Longoria, qui doit attendre les opportunités sur le marché alors que son ancien coach voulait avoir sous la main la majorité de son effectif à la mi-juillet. La tête un peu trop dans les nuages, Sampaoli ne pouvait pas poursuivre sur la Canebière au risque de voir les frustrations s'accumuler.

Le Barça et Xavi d'un côté, Chelsea et Tuchel de l'autre : que doit faire Dembélé ?

Liga
Griezmann, l'heure de maîtriser l'art du rebond
14/08/2022 À 22:24
Liga
Les 8 questions qu'on se pose avant la reprise
11/08/2022 À 22:29