LIVERPOOL - CHELSEA : 1-3
Buts : Torres (6e) pour Liverpool - Ivanovic (39e, 62e) et Drogba (67e) pour Chelsea
Pour la cinquième fois consécutive, Liverpool et Chelsea avaient décidé de croiser le fer en Ligue des champions. A raison d'une qualification une année sur deux, les Reds avaient des raisons de croire en leur étoile en abordant la rencontre, après leur élimination l'an dernier en demi-finales face à ces mêmes Blues. La forme affichée en Ligue des champions depuis le début de la campagne (huit matches sans défaite, quatre victoires consécutive) conjuguée à celle de Premier League, et les observateurs avaient prédit une promenade de santé aux hommes de Rafael Benitez face à des Londoniens au parcours en dents de scie ces derniers temps.
L'histoire ne s'est finalement pas vraiment déroulée comme prévue. Pourtant, la partition écrite par le technicien espagnol avait débuté sans fausse note avec une ouverture du score de Fernando Torres dès la 6e minute (1-0). El Nino profitait d'un mauvais placement des défenseurs pour reprendre de volée un centre d'Alvaro Arbeloa. La défense avait d'ailleurs de quoi donner quelques soucis à Guus Hiddink. Moins bien entrés dans le match que leurs hôtes, les Blues multipliaient les fautes de marquage et les pertes de balle, offrant de nombreuses opportunités à leurs adversaires, notamment l'intenable Torres qui filait plusieurs fois balle au pied au milieu de la ligne arrière bleue. La réplique de Didier Drogba après l'ouverture du score reflétait le début de match de l'Ivoirien. Seul face à Pepe Reina, il frappait sur le portier liverpuldien (8e). Le buteur de Chelsea vivait d'ailleurs une première période mitigée. Seul en pointe, Nicolas Anelka ayant été laissé sur le banc, Drogba vendangeait une nouvelle occasion en or en expédiant dans les nuages un tir facile à bout portant (29e). Florent Malouda, titularisé à gauche, manquait également l'égalisation en croisant trop sa frappe (24e).
Ligue des champions
Comment Allegri a redressé Milan
11/03/2013 À 22:31
Des occasions à foison pour Chelsea qui semblait incapable de prendre le dessus face à un adversaire, double vainqueur des confrontations en championnat cette saison (1-0 à Stamford Bridge, 2-0 à Anfield). Pourtant, Liverpool était loin d'être aussi dominateur ou décisif que lors de ses précédentes sorties. Et à ne finalement pas imposer son jeu, Gerrard et les siens laissaient leurs rivaux revenir dans la partie. Sur corner, Branislav Ivanovic se défaisait du marquage un peu laxiste de Xavi Alonso pour placer sa tête au premier poteau (39e, 1-1). Une égalisation plutôt inattendue que tentait rapidement d'annihiler Torres en filant, dès le coup d'envoi, vers le but adverse. Mais c'était sans compter sur la vigilance de Cech (40e)
Et Anfield perdit sa voix
Guus Hiddink avait dit qu'il se contenterait d'un but inscrit à Anfield pour se qualifier. La mission était déjà remplie. Et elle le serait encore mieux dans l'heure suivante. Car le Néerlandais avait la clé de la partie et trouvé le cadenas idéal : Mickael Essien. Le Ghanéen a mis en veilleuse ses velléités offensives pour se consacrer à une rude tâche défensive, suivre comme son ombre Steven Gerrard. Placé en soutien de Torres, l'Anglais, aux adducteurs certes douloureux, a beaucoup couru, mais été inexistant pendant 90 minutes. Sans leur chef d'orchestre, les Reds ont été submergés par une vague bleue en seconde période. En moins de dix minutes, Chelsea a fait basculer la partie. Tout d'abord en se mettant en difficulté pour le match retour avec le carton jaune reçu par John Terry, capitaine suspendu pour les joutes de Stamford Bridge (61e). Puis en faisant le break avec un nouveau but sur corner pour Ivanovic (62e, 1-2) et la juste récompense pour Drogba, bien servi par Malouda (67e, 1-3). Il s'en était fallu déjà de peu que le buteur ivoirien ne trouve la cible auparavant si Carragher ne s'était jeté sur la ligne pour sortir le ballon (57e).
Une improbable messe était dite. Chelsea avait des ailes et Liverpool se délitait. Sans inspiration, incapable de cadrer le moindre tir en seconde période, les protégés d'Anfield voyaient leurs rêves de demi-finales s'éloigner. Même le traditionnel "You'll never walk alone" restait sans voix par rapport à son ampleur habituelle, les supporters abattus par cette première défaite cette saison à domicile, toutes compétitions confondues. Pour la première fois dans cette confrontation 100% anglaise, l'une des deux équipes a marqué plus d'un but dans le temps réglementaire. Pour la première fois sans doute, la confrontation est pliée avant même le match retour. Et une fois encore par le moins attendu des deux. Au moins une chose qui ne change pas.
LA DELCA : Guus Hiddink (entraîneur de Chelsea)
"L'idée c'était de ne pas se reposer uniquement sur le travail défensif pour neutraliser Torres et Gerrard, mais aussi de les faire transpirer en défense. En Ligue des Champions, c'est un coup incroyablement dur pour l'équipe qui reçoit (de concéder des buts, ndlr). On voulait marquer. Alors en mettre trois, c'est du luxe. Mais il faut rester très concentré. C'est la mi-temps. Si nous nous disons que nous pouvons nous reposer sur nos lauriers, qui sait ce qui peut se passer. Liverpool a montré par le passé qu'ils pouvaient réussir des choses impensables. A nous d'éviter ça."
Ligue des champions
Schweini provoque l'Inter
22/02/2011 À 16:25
Ligue des champions
3000 Anglais au Vélodrome
21/02/2011 À 19:01