Reuters

Drogba sauve Chelsea

Drogba sauve Chelsea
Par Eurosport

Le 11/03/2009 à 06:45Mis à jour

Vainqueur à l'aller (1-0), Chelsea a composté son billet pour les quarts de finale chez la Juventus (2-2). Passé tout près de la sortie, les Blues doivent leur salut à un but de Didier Drogba dans les dernières minutes. Finaliste l'an passé à Moscou, l'équipe londonienne est toujours là.

JUVENTUS TURIN - CHELSEA: 2-2
Buts : Iaquinta (19e) et Del Piero (74e, p.) pour la Juventus - Essien (45+2) et Drogba (83e) pour Chelsea

Le retour de David Trezeguet sur la scène européenne aurait pu être le pari gagnant de Claudio Ranieri. Le Français n'aura finalement fait qu'assister impuissant à l'élimination des siens. Car après une phase de poules en tout point remarquable, terminée invaincue et ponctuée d'une double victoire sur le Real Madrid, la Juventus a payé son faux pas à l'aller, qui restera donc son seul dans l'édition 2008-2009. Malgré son envie et son engagement offensif, l'équipe piémontaise ne s'est jamais montrée assez réaliste pour surmonter l'obstacle Chelsea, vainqueur minimaliste à l'aller (1-0).

Sans créativité, dominés pendant les quarante-cinq premières minutes du match, les Blues ont su faire la différence quand il le fallait. Face à une formation italienne qui avait choisi d'aligner Trezeguet, Iaquinta et Del Piero d'entrée de jeu, avec Nedved en maître d'oeuvre, les Londoniens ont souffert toute la première période défensivement sans rien montrer offensivement. Les Italiens, quant à eux, multipliaient les attaques, asphyxiaient leurs visiteurs et trouvaient logiquement la faille sur une magnifique action de Trezeguet qui servait Iaquinta à l'aveugle dans la surface, celui-ci trompant Cech d'une frappe croisée (19e, 1-0). Une ouverture du score méritée après un premier coup dur, la sortie sur blessure de Nedved après moins d'un quart d'heure de jeu. Les Bianconeri avaient ainsi fait rapidement leur retard.

Belletti, fautif et décisif

Quarante-cinq minutes d'outrageante domination et deux minutes d'absence auront coûté cher aux Turinois. Une main pas franchement volontaire de Tiago offrait un bon coup franc à l'entrée de la surface à Drogba qui se chargeait de le tirer directement. L'arbitre ne validait pas le but alors que Buffon avait sorti la balle derrière sa ligne (45+1). Ce n'était que partie remise et sur l'action suivante, Essien, de retour de blessure, était le plus prompt pour pousser au fond du but un ballon frappé par Lampard et dévié sur la transversale (45+2, 1-1). Un véritable coup de massue sur les têtes italiennes et l'avantage repris par Chelsea qui allait prendre l'ascendant psychologique sur la seconde période. Celle-ci était la copie inversée de la première avec une équipe londonienne dominatrice et maîtresse du ballon face à un homologue transalpin, imprécis, fébrile et transparent pendant un gros quart d'heure.

L'entrée de Giovinco boostait le jeu des Bianconeri. Remuant, le petit Italien perturbait la défense anglaise jusque-là focalisée sur Trezeguet et Del Piero. Privée de nombreux titulaires blessés (Camoranesi, Legrottaglie, Sissoko), la Juve n'abdiquait pas. Même lorsque Chiellini abandonnait ses équipiers pour un second carton jaune (70e). Un nouveau retournement de situation qui avait le mérite de doper le moral piémontais. Del Piero redonnait l'avantage et l'espoir en trompant Cech sur penalty (74e, 2-1). Chelsea s'en sortait plutôt bien puisque le penalty intervenait après la main d'un joueur du mur dans la surface. Incapable de savoir qui sanctionner, l'arbitre laissait les Blues à onze. Et le coupable, Belletti, entré en cours de jeu, ne manquerait pas de s'illustrer peu après en distillant la passe décisive pour Drogba (83e, 2-2). Un nouveau but marqué alors que la Juve avait repris le dessus...

La messe était dite pour des Anglais réalistes et solides, à défaut d'être étincelants et créatifs, mais qui auraient pu aggraver le score en toute fin de match sur une frappe repoussée par Buffon du même Belletti (90+3). A l'italienne, Chelsea, finaliste l'an dernier, arrache un nul suffisant et poursuit sa route vers les quarts de finale. John Terry et les siens confirment surtout leur retour en forme depuis l'arrivée d'Hiddink, toujours invaincu (6 victoires, 1 nul). Pour le fond, on attendra encore un peu.

LA DECLA : Didier Drogba (attaquant de Chelsea)

"On ne savait pas trop sur quel pied danser, s'il fallait attaquer ou défendre. On a procédé en contres. Quand ils ont marqué, on a décidé de revenir à notre jeu. Donc au final, leur but était une bonne chose. Je pense qu'il nous a vraiment aidé. (A propos du pénalty accordé à la Juve) Je pense que l'arbitre avait raison. Mais il ne savait pas qui avait touché le ballon de la main. C'est pour ça que ça a un peu remué dans la surface."

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0