Liverpool donne la leçon

Liverpool, c'est autre chose
Par Eurosport

Le 11/03/2009 à 09:30Mis à jour

Après avoir gagné à Madrid (0-1), Liverpool a fini le travail à Anfield. Les coéquipiers de Steven Gerrard ont écrasé le Real (4-0) et se qualifient pour les quarts de finale de la Ligue des Champions. Madrid chute pour la cinquième fois de suite en huitièmes.

LIVERPOOL-REAL MADRID: 4-0
Buts: Torres (16e), Gerrard (28e s.p., 47e) et Dossena (88e) pour Liverpool

Un monde les sépare, une époque aussi. Le Real du début des années 2000 au football spectaculaire avec ses grands techniciens qu'ont été Zinédine Zidane et Luis Figo, ses buteurs qu'étaient Fernando Morientes et Raul et son grand poumon que fût Claude Makelele n'est plus que l'ombre de lui-même. Offensifs mais maladroit lors du premier acte, les Merengue avaient été surpris par le coup de tête assassin de Yossi Benayoun et étaient condamnés donc à l'exploit dans la forteresse d'Anfield Road. Mais l'histoire récente du club madrilène avec la Ligue des Champions est de plus en plus tumultueuse. Les quarts de finale se refusent à lui depuis l'humiliation subie face au surréaliste Monaco de Ludovic Giuly, cinq ans auparavant.

Plus solide, plus réaliste et avec en théorie une addition de talents indéniable, le Real n'a jamais su prendre son destin en main pour se qualifier. Pire, il a subi l'enjeu de la partie et s'est finalement lourdement incliné (4-0). Une punition amplement méritée pour avoir refusé de jouer, de désorganiser une équipe réputée particulièrement imperméable. Gonzalo Higuain, Raul, Arjen Robben, Wesley Sneijder, Gago, toutes ces perles auraient pu être capables de renverser le cours des opérations. Au contraire, les hommes de Juande Ramos ont commis le crime d'attendre les "kick and rush" de Liverpool pour mieux atteindre les Reds en contre.

Une démonstration collective

Les deux buts avant la demi-heure de jeu de Fernando Torres (1-0, 16e) et Steven Gerrard (2-0, 28e s.p.), quasiment absent lors du match aller, ont en partie enterré les espoirs de qualification du dauphin du Barça, en championnat. Ils ont été définitivement mis six pieds sous terre au retour des vestiaires grâce à une superbe action collective conclue par "Captain" Gerrard (3-0, 48e). Le Real a finalement émergé après cette troisième réalisation mais bien trop tard pour espérer quoi que ce soit, même marquer un but. Et à l'instar de la première manche jouée à Santiago-Bernabeu, le Real n'a pas montré de cohérence dans son jeu, a commis trop de déchets et a perdu trop de ballons.

Ce sont surtout les absences inexplicables, dans un tel match, de Robben et Sneijder qui ont beaucoup porté préjudice à Raul, souvent obligé de redescendre vers Gago, une des rares satisfactions côté espagnol, et Higuain. L'entrejeu madrilène a été broyé par celui de son adversaire et le collectif, lui, a été souvent pris de vitesse par les attaques tranchantes des Reds, notamment celles de Ryan Babel, particulièrement efficace dans le couloir gauche. Changement de jeu, changement d'époque, les Madrilènes ne sont plus ce qu'ils ont été, les joueurs de la Mersey ont été fidèles à leur état d'esprit, pour leur plus grand bonheur.

LA DECLA: Steven Gerrard (capitaine de Liverpool)

"On a fait une première période époustouflante. Le travail a été fait pendant cette première période. Nous avons livré une performance d'équipe fantastique. On va maintenant se reposer, soigner les coups reçus et se concentrer dès demain (mercredi) sur le match contre Manchester United (ndlr, samedi en championnat d'Angleterre). Manchester est une équipe fantastique. On a engrangé beaucoup de confiance ce soir. On va leur en donner pour leur argent."

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0