Marquinhos (PSG), l’étoffe d’un très grand

Marquinhos, l’étoffe d’un très grand
Par Eurosport

Le 16/09/2013 à 22:34Mis à jour Le 17/09/2013 à 10:17

Libéro et stoppeur à la fois, incroyablement mature pour son âge, Marquinhos débute ce soir avec le PSG sur la pelouse de l'Olympiakos.

Premier match pour le PSG. Premier match de Ligue des champions. Sauf tremblement de terre, le défenseur brésilien recruté cet été au nez et à la barbe du Barça va profiter de la reine des compétitions, mardi, pour montrer de quoi il est capable. S'il est indéniable qu'il continuera à apprendre aux côtés de deux autres défenseurs brésiliens du PSG, Thiago Silva et Alex, le jeune Marcos a déjà montré ses qualités lors de la saison dernière avec l'AS Roma. Le Brésilien allie explosivité, présence aérienne et grandes qualités techniques, le tout ponctué d'une maturité et d'un calme déjà étonnants pour son jeune âge. Portrait.

D'inconnu a "pupillo di Zeman"

Arrivé sur la pointe des pieds à Rome en 2012, Marquinhos n'a pas mis longtemps avant de s'imposer dans la charnière centrale de la Roma. Il lui a suffi de patienter six journées et notamment la lourde défaite à Turin (4-1) avant de faire ses débuts comme titulaire. Ensuite, il n’a plus quitté son poste. Impressionné à l'entraînement, Zdenek Zeman, surtout connu pour faire éclore des joueurs offensifs (Totti, Signori, Insigne), a fait très rapidement confiance au jeune Marquinhos.

Parmi ses qualités les plus importantes : la justesse technique, qualité indispensable pour émerger dans les équipes de Zeman. Burdisso, plus rustre techniquement, a laissé sa place à Marquinhos pour assurer une première relance de meilleure qualité. Le Brésilien a une énorme confiance en son habileté technique. Comme Aldair, autre défenseur brésilien de la Roma, adulé par tous les tifosi giallorossi, Marquinhos se distingue par ses relances et son aisance dans les duels. Quelques actions reviennent comme des flashs : lancé face au but, Rolando Bianchi se fait reprendre par un tacle du talon du jeune brésilien. Lors du derby face à la Lazio, Candreva enrhume Balzaretti dans le couloir gauche, Marquinhos glisse sur le côté et coupe la course de son adversaire d'un nouveau tacle du talon. Sa confiance n'a pas de limite. Lorsqu'il peut protéger un ballon pour un renvoi aux six mètres, il n'hésite pas à faire une talonnade pour un coéquipier, comme contre l'AC Milan, lors de l'un de ses meilleurs matches avec la Roma. Il s'agit clairement d'une prise de risque, mais une prise de risque pouvant faire la différence (relance, mise hors de position d'un adversaire).

Eurosport

Autre qualité : son sens de l'anticipation, aussi bien pour des déplacements verticaux face et dos au but, que sur des courses pour venir en aide aux latéraux. Marquinhos perd rarement de vue son adversaire et si celui-ci est dos au but, le Brésilien le harcèle jusqu'à ce qu'il fasse une longue passe en arrière ou qu'il perde tout simplement le ballon. La recrue du PSG est aussi excellente dans le jeu aérien. Il avait dégoûté à lui tout seul le milieu de terrain de l'AC Milan qui avait tenté à de nombreuses reprises, lors de leur opposition fin décembre 2012, d'envoyer des ballons en profondeur par-dessus la charnière. Sa lecture des trajectoires est surdéveloppée pour son âge et lorsqu'il intervient dans le jeu aérien, en anticipation pure, il cherche toujours à remiser sur un coéquipier, là où d'autres dégagent purement et simplement le ballon.

Libéro et stoppeur à la fois : un hybride

Dans une charnière centrale, de nombreux spécialistes évoquent une association parfaite quand l'un des défenseurs évolue dans le registre d'un libéro, couvrant le second chargé du boulot de stoppeur. Dans le cas de Marquinhos, il est assez compliqué de dire dans quel rôle il se sent le plus à l'aise, pour plusieurs raisons. La première, c'est qu'avec Zeman, la défense centrale joue très haut par définition et que les latéraux ont tellement été en dessous de tout la saison passée que Marquinhos, comme Castan et Burdisso, ont du compenser leurs errements en décrochant parfois, à tout de rôle, un peu plus bas.

Marquinhos peut remplir les deux rôles car il a des qualités qui siéent parfaitement aux deux postes. Son sens de l'anticipation et sa lecture du jeu quand des adversaires cherchent l'attaquant dos au but, ou quand le jeu est réalisé dans des petits espaces aux abords de la surface de réparation, font de lui un candidat naturel au poste de stoppeur, d'autant qu'il est difficilement déstabilisé dans les duels physiques. Par ailleurs, son jeu aérien est excellent et, sur les dégagements du portier adverse par exemple, il est chargé de répondre aux décrochages de l'attaquant axial, laissant l'autre défenseur central couvrir sa montée.

Getty Images

On peut ne pas souscrire à l’opinion selon laquelle un petit tour à la salle de musculation ne ferait pas de mal au jeune défenseur. Une trop grande prise de poids (3-4 kgs) pourrait lui faire perdre un avantage précieux : son accélération sur 30 mètres lui permettant de sauver bon nombre de situations compliquées et sa faculté à remonter le terrain balle au pied pour proposer des solutions à un milieu qui décroche pour organiser les phases d'attaque (type Verratti), même si Blanc, nettement plus prudent que Zeman, devrait lui passer des consignes plus restrictives sur ce dernier point.

Marquinhos a un profil similaire à celui de Thiago Silva, avec néanmoins deux différences : il est plus explosif que son aîné, mais aussi largement moins expérimenté (il est difficile de faire mentir les chiffres). Pourtant, la saison passée, Marquinhos a affiché une maturité étonnante et un calme remarquable face à la pression invivable de l'environnement romain. Il est assurément en avance et il a tout pour devenir un très grand. Sans oublier qu'il côtoiera désormais Thiago Silva, référence mondiale à ce poste, et Laurent Blanc, ancienne référence également à ce poste. L'avenir est tout tracé pour Marquinhos dont l'apprentissage se fait à toute vitesse. Cela tombe bien, il n'a pas de temps à perdre, la Coupe du monde dans son pays débutera dans un peu plus de dix mois.

0
0