La décision du TAS de lever la suspension de Manchester City n'a pas fait que des heureux. Si le deuxième de Premier League s'en est évidemment satisfait, Javier Tebas, le président de la Ligue de football espagnole, ne l'a pas vue d'un bon oeil. Loin de là. "La Suisse est un pays avec une grande histoire dans les arbitrages mais le tribunal arbitral du sport n'est pas à la hauteur. Nous devons voir si le TAS est l’organe approprié pour faire appel des décisions institutionnelles dans le football", a pointé du doigt Javier Tebas, interrogé lundi par la BBC.
A la mi-février, le club entraîné par Pep Guardiola avait été exclu de toutes les compétitions européennes pour les deux prochaines saisons à cause de "violations sérieuses" des règles du fair-play financer. Les Citizens étaient accusés d'avoir surévalué leurs revenus de sponsoring et de ne pas avoir coopéré avec la chambre d'instruction de la Commission de contrôle financier des clubs. Pour sa part, Javier Tebas est l'un des grands défenseurs du fair-play financier. Le dirigeant espagnol est plutôt sur la défensive à propos de l'apparition de poids lourds financiers comme Manchester City ou le PSG. A l'été 2017, il n'avait d'ailleurs pas manqué d'écorner le club de la capitale au moment du transfert de Neymar.

Trente ans de disette et une libération : comment Liverpool a vaincu l'incroyable malédiction

Ligue des champions
Avec 1,1 point par match en Ligue des champions, la Ligue 1 est à la dérive
25/10/2018 À 09:23
Ligue des champions
Benfica assure, l'Ajax frustré
07/08/2018 À 21:31