AFP

Monaco - CSKA Moscou (3-0) : Monaco, du travail de pro

Monaco, du travail de pro

Le 02/11/2016 à 22:36Mis à jour Le 02/11/2016 à 23:20

Grâce à sa doublette Germain - Falcao, l'ASM s'est largement imposée face au CSKA Moscou (3-0), mercredi à Louis-II. En tête du groupe E, les Azuréens ne sont pas encore en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Mais ils s'en rapprochent très sérieusement alors que le Bayer s'est imposé à Wembley face à Tottenham (0-1).

En conférence de presse d'avant-match, le capitaine Falcao avait promis "une soirée magique" aux spectateurs de Louis II. Le Colombien a tenu sa promesse. Ultra-dominatrice dès l'entame du match, l'AS Monaco n'a laissé aucune chance à une formation russe en mal de confiance. Les Monégasques ont pris leur adversaire à la gorge d'entrée et ont bâti leur succès en première période, marquant les trois buts du match avant la pause par Valère Germain (1-0, 13e), auteur de son premier but en C1, et Falcao, auteur d'un doublé (2-0, 29e, 3-0, 41e) après 2450 jours sans but en Ligue des Champions.

Subasic, deux arrêts puis plus rien

Tout en maîtrise, Monaco n'a quasiment pas été mis en danger par une formation russe au fond du trou, victorieuse d'un seul de ses sept derniers matchs disputés toutes compétitions confondues. Il n'y a eu, en fait, que deux occasions franches pour les Russes dans ce match, intervenues après des erreurs de relâchement des joueurs de la Principauté, suite à l'ouverture du score. Subasic, d'abord, après un dégagement raté, a dû s'employer pour se rattraper et sortir d'une belle horizontale la frappe enroulée de Tosic aux 25 mètres (16e), puis une erreur d'alignement de la défense de l'ASM a permis à Strandberg de se présenter seul face au gardien croate, lequel s'est une nouvelle fois montré décisif (25e). Les Moscovites, désormais officiellement éliminés, n'ont ensuite plus inquiétés "Suba".

Falcao

FalcaoAFP

Avec un peu plus d'adresse, notamment en seconde période, Monaco aurait même pu alourdir le score. Mais ni Falcao (55e, 56e, 62e), très en jambes et dont la connexion avec Benjamin Mendy a sauté aux yeux, ni Bakayoko (85e), ne sont parvenus à inscrire un quatrième but. Guido Carrillo, entré en fin de match, a également trouvé le poteau d'Akinfeev (89e). L'ASM s'en contentera. Leonardo Jardim s'est même offert le luxe de faire souffler les deux buteurs du soir, remplacés dans le dernier quart d'heure.

Pour la première fois de son histoire, Monaco est invaincu après quatre journées de Ligue des Champions. Une performance qui lui permet d'aborder les prochaines joutes européennes dans un contexte favorable. Face à Tottenham, le 22 novembre prochain, il suffira aux Monégasques de prendre un point à Louis II pour valider définitivement leur billet pour les huitièmes de finale. Tout sauf impossible.

0
0