Getty Images

Manchester United - PSG (0-2) - Tuchel, le sorcier bien-aimé

Tuchel, le sorcier bien-aimé

Le 13/02/2019 à 20:04Mis à jour Hier à 11:55

LIGUE DES CHAMPIONS - Architecte de la brillante victoire à Old Trafford face à Manchester United (0-2) mardi, Thomas Tuchel a révolutionné le jeu et la mentalité du PSG. L'entraîneur parisien a réussi ce tour de force en imposant son style et sa personnalité. Ce qui lui a certainement offert l'adhésion sans faille de son groupe.

L'enfer était promis au PSG. Comment pouvait-il en être autrement. Ça s'appelle la force de l'habitude. Celle de voir Paris et ses ambitions de grandeur devenir tout petit à l'heure de s'élever. Tout était réuni. Un adversaire doté de cette culture de l'Europe qui fait tant envie au club de la capitale. Un match à l'extérieur dans un stade prestigieux pour offrir le cadre classique des déconvenues parisiennes sur le Vieux Continent après Barcelone ou Madrid. Et les traditionnelles blessures qui viennent plomber encore un peu plus les espoirs franciliens.

Il y avait un air de déjà-vu avant le coup d'envoi. Il reste un contraste saisissant depuis le coup de sifflet final. Paris a tout renversé à Old Trafford. Manchester United et les fantômes de ses échecs en Ligue des champions. Comme sur un coup de baguette magique. Il fallait de la sorcellerie pour sortir le club parisien de son éternelle rengaine. Le sorcier, c'est Thomas Tuchel. L'homme qui continue de casser les codes associés à ce PSG. Celui qui révolutionne jour après jour une équipe de moins en moins tourmentée par les déconvenues de son passé en Coupe d'Europe.

La révolution de velours

Mais pas le plus récent. Celui-là indique plutôt une continuité qu'une rupture. Depuis la claque reçue à Liverpool (3-2), le PSG n'a cessé de progresser. C'est l'œuvre d'un collectif. Mais ce collectif est l'œuvre d'un homme. Tuchel a fédéré et son groupe adhéré. Il ne faut rien enlever au mérite des joueurs. Surtout parce que l'Allemand est exigeant. Le groupe parisien avait donné toutes les preuves de sa réticence à sortir de sa zone de confort. Tuchel l'en a littéralement arraché. Il l'a fait dans la joie et la bonne humeur. Et avec les résultats.

Vidéo - Draxler : "C'est plus strict que l’année dernière"

00:23

Ce n'est pas un mince exploit d'avoir fait cette révolution de velours. L'entraîneur parisien a tout bouleversé. Il a fait exploser une hiérarchie bien trop claire pour impliquer tout son effectif, jusqu'aux jeunes tout juste promus de la réserve. Il a multiplié les schémas tactiques sans jamais revenir, ou presque, à ce 4-3-3 pourtant immuable depuis l'ère Laurent Blanc. Il a insufflé cette volonté de se dépasser tout le temps dans un groupe si facilement enclin à tomber dans la suffisance. Paris joue à fond, tout le temps, quels que soient les hommes et les systèmes.

Marquinhos, le pari d'un audacieux

Il a totalement changé ce PSG. Pour le plus grand bien du club et de ses joueurs. Tuchel a réussi à tirer le meilleur de chacun de ses éléments. Même ceux qui ne jouent pas à leur place semblent plus brillants que jamais. Le cas Marquinhos est tellement symbolique. Le Brésilien a toujours été irréprochable. Mais il commençait légèrement à donner l'impression de stagner ces dernières années. Son naufrage à Liverpool laissait peu d'avenir à l'idée de l'installer au milieu. Tuchel a insisté. Marquinhos a progressé. Il est meilleur qu'il ne l'a jamais été. Et Pogba en a fait les frais.

Vidéo - "Paris peut dire merci à Marquinhos, l'anti-Pogba"

01:50

Il fallait cette touche d'audace. C'est l'un des traits caractéristiques marquants de Tuchel. Attaquer un match à élimination directe en Ligue des champions à Old Trafford avec un 3-4-3 n'était pas le pari le moins risqué. Malgré les contraintes liées au déséquilibre de son effectif et aux blessures, il avait d'autres options. L'Allemand a fait ce choix osé. Quitte à ce que sa mise en place tactique laisse parfois son équipe sur un fil. Mais il était diablement solide. Si solide que le PSG a rarement autant ressemblé à un bloc insubmersible que sur la pelouse mancunienne.

Le vrai leader, c'est l'entraîneur

Le schéma était le bon. Mais ce sont toujours les joueurs qui le font. Tuchel n'aurait rien réussi sans eux. Il a su leur inculquer cet élan de solidarité qui a parfois cruellement fait défaut au PSG par le passé. Il se battent pour Paris. Mais ils se battent aussi pour lui. Le vrai leader, c'est l'entraîneur. C'est logique. Mais cette logique a longtemps échappé au PSG. Unai Emery pourrait en témoigner. Mais les dés n'étaient pas plus pipés pour l'Espagnol que pour l'Allemand. Imposer ses idées et sa méthode, ça force le respect. Tuchel a gagné celui de ses hommes. Mais pas seulement.

Il y a tellement plus. Comme une sensation indescriptible qui s'est dégagée d'Old Trafford. Celle d'un groupe en parfaite harmonie, animé par une âme collective sans faille. Tuchel est l'alchimiste qui a révolutionné ce PSG. Il est urgent de relativiser. Ce ne sont plus les irrésistibles diablotins de Sir Alex Ferguson. Ce n'était qu'un huitième de finale aller. On est encore loin du retour. Encore plus des éventuels rendez-vous du printemps face aux références du Vieux Continent. Mais si le sorcier allemand a transformé l'enfer d'Old Trafford en paradis, et il a peut-être d'autres tours dans son sac.

Vidéo - Neymar fan de Tuchel : ''J'espère qu'il va nous conduire au titre en C1"

01:03
0
0