L'histoire est aussi rocambolesque que la fin du match elle-même. En déployant ses grands compas si souvent moqués pour reprendre un centre de Kylian Mbappé, Eric-Maxim Choupo-Moting a rangé son costume d'homme de l'ombre au placard pour enfiler sa plus belle cape de super héros. En un seul geste, "Super Choupo" a réussi à faire ce que Zlatan Ibrahimovic ou encore Edinson Cavani ne sont jamais parvenus à faire malgré plusieurs tentatives : envoyer le PSG en demi-finale de la Ligue des champions.

Constamment moqué pour son manque de qualité technique et de finesse, Choupo-Moting s'est offert une revanche majuscule méritée. Il suffit de voir les commentaires toujours dithyrambiques de ses partenaires quant à son exemplarité et son sens du collectif pour comprendre que c'est à un juste retour des choses auquel nous avons assisté mercredi soir. Neymar lui a même partagé son trophée d'homme du match, c'est dire.

Ligue des champions
La compo du PSG : Un duo Mbappé-Kean devant, une charnière Danilo-Kimpembe derrière
IL Y A 33 MINUTES

Paris Saint-Germain's Cameroon forward Eric Maxim Choupo-Moting (front) celebrates with Paris Saint-Germain's Brazilian forward Neymar after scoring a goal during the UEFA Champions League quarter-final football match between Atalanta and Paris Saint-Germ

Crédit: Getty Images

Celui de la mise en lumière d'un homme qui a accepté que sa place, sans broncher, était dans l'ombre. "Choupo-Moting, il va finir son contrat, il est toujours prêt à aider. Tout le temps. Il fait toujours l'entraînement comme si c'était le dernier de sa vie. C'est ça l'esprit de cette équipe", relevait Ander Herrera au micro de RMC Sport. Depuis son arrivée à Paris, ce fût d'ailleurs sa plus grande force et ce qui lui a permis de gagner l'affection de tous : il ne s'est jamais pris pour un autre.

L'histoire est d'autant plus folle que le Camerounais n'aurait jamais dû participer à cette rencontre face à l'Atalanta. Malgré la blessure de Keylor Navas, Thomas Tuchel ne s'est pas précipité pour faire rentrer Sergio Rico. Le technicien allemand savait qu'il ne lui restait que deux changements, mais qu'il devait les réaliser en une seule fois. S'il avait succombé à l'appel de l'urgence, il aurait alors fait rentrer son gardien en se privant de la possibilité de remplacer un dernier joueur de champ. Mais l’entraîneur du PSG a attendu quelques minutes pour finalement décider de faire rentrer son supersub à la place d'un fantomatique Mauro Icardi (79e). Et il a bien fait. Plus que le match, c'est même la fin de saison parisienne que le Camerounais, qui possède aussi la nationalité allemande, n'aurait jamais dû vivre.

Choupo-Moting : "Je me suis dit 'on ne peut pas rentrer comme ça à Paris'"

"On n'a jamais perdu l'espoir de revenir"

Écarté de la liste des joueurs autorisés à participer à la Ligue des Champions, en février dernier, le natif de Hambourg, dont le contrat se terminait au mois de juin, a une nouvelle fois laissé son ego de côté pour finalement accepter une pige de quelques semaines supplémentaire afin de s'en aller disputer ce fameux Final 8. C'est aussi pour cela que Neymar, élu meilleur joueur du match après avoir autant régalé que vendangé, s'en est allé symboliquement offrir son trophée à la star de la soirée. "On n'a jamais perdu l'espoir de revenir, confiait Choupo-Moting après la rencontre. Personnellement, j'ai tout donné et je suis très content de vivre ces émotions. C'est difficile de décrire ce que je ressens, c'est une histoire très spéciale."

Apprécié des supporters pour sa bonhomie bien plus que pour l'empreinte sportive qu'il avait laissé jusque-là, "Choupo" vient certainement de s'offrir une place de choix dans l'histoire du PSG et dans le cœur de ses suiveurs. Et qui sait, peut-être que l'ivresse de cette folle soirée lisboète poussera Leonardo et le PSG à lui reproposer un nouveau contrat. En attendant, après la rencontre, Thomas Tuchel pointait la superbe opportunité qu'avait Choupo-Moting d'être un joueur du Paris-Saint-Germain. Ce mercredi soir, c'est surtout le PSG qui a eu la chance de le compter dans ses rangs.

Des stats à la Messi mais aussi très imprécis : le paradoxe Neymar

Ligue des champions
Marquinhos au milieu, tacle à Leonardo ou vrai choix de coach ?
IL Y A 18 HEURES
Ligue des champions
Basaksehir ou le "FC Erdogan": d'où vient ce club "qui n'existait pas sur la carte du football turc"
IL Y A 18 HEURES