A Paris, la vie n'est jamais un long fleuve tranquille. Les tensions entre Thomas Tuchel et Leonardo en sont une énième illustration. La passe d'armes entre les deux hommes sur le mercato début octobre, par médias interposés, est encore dans les mémoires. Le directeur sportif a fait le forcing dans la dernière ligne droite du marché des transferts pour renforcer le PSG avec les arrivées de Rafinha, Moise Kean et surtout Danilo. Car l'international portugais, joueur confirmé dans un rôle de sentinelle, était censé répondre à un besoin important à ce poste.

L'entraîneur parisien, lui, voulait surtout un défenseur central pour compenser le départ de Thiago Silva à Chelsea. Il n'a pas été servi. Aussi parce que Marquinhos apparaissait comme le successeur naturel de son compatriote brésilien en charnière. L'arrivée de Danilo semblait ainsi devoir permettre à Tuchel de disposer d'une sentinelle de métier et de repositionner Marquinhos, principalement utilisé au milieu par l'Allemand jusque-là, à son poste de prédilection en défense. Mais samedi face à Dijon (4-0), Tuchel a aligné le Brésilien au milieu et le Portugais en charnière.

Ligue des champions
33,98 km/h : Mbappé, "sprinter" le plus rapide de la précédente édition de la C1
27/10/2020 À 11:22

"Pas une décision contre quelqu'un…"

Ce choix a surpris. Et fait parler. Beaucoup y ont vu une sorte de message destinée à Leonardo. Une façon de montrer son désaccord avec les choix du Brésilien sur le mercato. Le technicien allemand s'en est défendu mardi, en conférence de presse à la veille du rendez-vous capital face à Basaksehir en Ligue des champions. "C'était une décision pour l'équipe, a-t-il insisté. Ce n'était pas une décision contre quelqu'un, ou contre Danilo. C'était pour l'équipe. J'y ai beaucoup réfléchi. J'aime beaucoup Marquinhos au milieu, il est très important pour nous à ce poste et il jouera au milieu demain."

8e j. - Tuchel : "Marquinhos, c'est le chef"

Marquinhos au milieu et Danilo en défense, cela semble parti pour durer. Même si ce choix peut paraître contre-nature. "On essaye de faire notre maximum, même si ce ne sont pas nos postes de prédilection", résumait le capitaine parisien au micro de Canal+ à la mi-temps du match contre Dijon. Le Brésilien sortait d'une première période aboutie dans ce rôle de sentinelle auquel il est désormais habitué. Défensivement, il a apporté une contribution très nette à l'efficacité du contre-pressing parisien. Et offensivement, il a été à l'origine du premier but parisien en décalant Mitchel Bakker.

Ce que Paris gagne au milieu, il le perd en défense

Que Marquinhos soit performant au milieu, ce n'est pas une nouveauté. Il y affiche un gros volume du jeu. Le sens du placement et de l'anticipation qu'il a développé en tant que défenseur central lui permet d'avoir un très bon rendement à la récupération. Mais le Brésilien a surtout su s'adapter aux exigences de son nouveau rôle dans l'animation offensive. Il a progressé dans la variété de ses passes passe et apporte régulièrement le danger dans le jeu en profondeur. Il peut aussi apporter une présence bienvenue dans la surface, à l'image de ses deux buts lors du Final 8 de la Ligue des champions.

Marquinhos rageur face à l'Atalanta

Crédit: Getty Images

La question, c'est plutôt l'optimisation du collectif parisien. Le PSG gagne au milieu ce qu'il perd en défense avec le positionnement de Marquinhos en sentinelle. L'entrejeu parisien est certainement plus performant avec lui, surtout dans une période où Paris doit faire face à de multiples absences dans ce secteur, à commencer par celle de Marco Verratti. Mais dans cette configuration, le rendement de l'arrière-garde parisienne n'est pas garanti. Sa solidité était déjà moins nette sans Thiago Silva. Mais cette impression pourrait être encore renforcée avec un repositionnement durable de Marquinhos au milieu.

Danilo en défense, les raisons d'un pari

Tout va dépendre du niveau de performance affiché par Danilo en défense centrale. Le Portugais n'a pas été suffisamment sollicité face à Dijon pour que cela soit un premier indicateur. Mais il ne part pas totalement dans l'inconnu avant un test qui s'annonce plus relevé face à Basaksehir. "Pour s'adapter, ce n'est pas un problème pour lui, a jugé Presnel Kimpembe mardi en conférence de presse. Il a déjà joué à ce poste dans le passé. Si le coach le met là, c'est qu'il a ses raisons et il faut les respecter. C'est un garçon intelligent, très fort et il est prêt pour ce genre de match."

Tuchel voit aussi l'apport potentiel de Danilo en défense central par rapport au style de son équipe. "On joue normalement très haut et avec beaucoup de possession du ballon, rappelait-il après la victoire face à Dijon. Cela veut dire qu’il a pendant de nombreuses minutes la même position que s’il évoluait comme milieu défensif. Il est capable d’ouvrir le jeu avec confiance et est très fort de la tête. Il a la capacité et la mentalité de faire ce qui est bien pour l’équipe." En attendant que le terrain livre son verdict, Tuchel a choisi de tenter ce pari. Avec tous les risques que cela implique. Pour lui comme pour Paris.

"Leonardo a flairé la bonne affaire : Danilo coche toutes les cases"

Ligue des champions
L'antisèche : Trembler sans sombrer, c’est tellement ça le PSG
HIER À 08:02
Ligue des champions
Ils y sont presque : Le PSG qualifié en huitièmes si...
02/12/2020 À 22:58