Diego Simeone et Hansi Flick font figure d'exceptions. Dans le gotha européen, l'Argentin et l'Allemand semblent bien seuls à éviter les pièges d'un début de saison 2020-2021 hors normes. Malgré l'épée de Damoclès du coronavirus et les huis clos, ils ont réussi à ménager leur monture et affichent une régularité dans les résultats remarquable. L'Atlético de Madrid et le Bayern Munich, qui se retrouvent mardi au Wanda Metropolitano pour le compte de la 5e journée de la phase de poules de la Ligue des champions dans le groupe A, surfent ainsi tous deux sur une dynamique positive qui fait bien des envieux.

Transferts
Le Bayern ne recrutera pas cet hiver
17/01/2021 À 17:48

Car Thomas Tuchel n'est pas le seul à faire la moue depuis des semaines. Si certains se lassent des plaintes répétitives de l'entraîneur allemand du PSG quant à la cadence infernale du calendrier en ce début d'exercice 2020-2021, l'ambiance est à peu près la même dans les quatre autres championnats européens principaux. En Premier League surtout, après Pep Guardiola et José Mourinho lors des semaines précédentes, Jürgen Klopp y est allé de sa tirade contre la programmation des rencontres samedi dernier, après avoir concédé un match nul frustrant à la dernière minute avec Liverpool sur la pelouse de Brighton (1-1).

Flick : "Simeone ne cesse d'élever le niveau de l'Atlético"

Les autres grands d'Europe brillent par leur irrégularité

Il faut dire qu'à peine trois jours plus tôt les Reds s'étaient inclinés à domicile (0-2) en C1 contre l'Atalanta Bergame. Pas de quoi paniquer puisque les intéressés restent en tête de leur groupe en Europe et deuxièmes du championnat anglais (à égalité de points avec Tottenham), mais leur situation est à l'image de grands d'Europe privés de préparation physique digne de ce nom et qui ont du mal à trouver leur rythme. Toujours en Angleterre, les Citizens de Pep Guardiola, 10es de Premier League, sont très en retrait par rapport à leurs standards habituels même s'ils compensent en Ligue des champions dans un groupe largement à leur portée.

Le constat est le même pour les deux grands d'Espagne : le FC Barcelone sera au rendez-vous des 8es de finale en C1 mais n'affiche qu'une 7e place indigne de son rang en Liga, tandis que le Real Madrid connaît aussi des difficultés sur la scène nationale (4e) et s'est péniblement remis en route en Europe après un départ calamiteux (2e du groupe B). Il n'en fallait pas plus aux Colchoneros pour en profiter. Alors que certains se demandaient si la méthode Simeone ne s'essoufflait pas dans le sillage d'un exercice 2019-2020 plus difficile, force est de constater qu'"El Cholo" a plus d'un tour dans son sac.

Joao Felix - Suarez, le duo de feu : "C’est la saison ou jamais pour l’Atlético"

Toujours aussi solide, l'Atlético s'est réinventé autour de Joao Félix

La marque de fabrique n'a pas changé : en Liga, l'Atlético de Madrid s'appuie toujours sur un bloc défensif imperméable (2 buts encaissés en 9 matches, meilleure défense) et une grinta de tous les instants. Mais il y a ajouté, grâce à un mercato très avisé, des atouts offensifs majeurs. Outre l'arrivée de Luis Suarez, le retour définitif de Yannick Ferreira Carrasco a apporté une solution supplémentaire sur les ailes où les dédoublements sont d'ailleurs plus fréquents. Avec Angel Correa, Marcos Llorente ou encore Thomas Lemar, qui a retrouvé des couleurs samedi dernier lors de la victoire à Valence, le danger peut venir de partout.

"On génère beaucoup d'occasions", constate d'ailleurs le capitaine Koke qui a vu d'un bon oeil les arrivées de Geoffrey Kondogbia et Lucas Torreira renforcer la concurrence dans l'entre-jeu. A l'intensité physique traditionnelle du style Simeone s'est adjoint une technicité plus affirmée dans les petits espaces avec pour chef d'orchestre un Joao Félix en pleine bourre, aussi bien à la construction entre les lignes qu'à la finition. Le jeune Portugais, dont les fulgurances avaient déjà fait le bonheur des siens par séquences l'an passé, a trouvé plus de régularité dans la performance. Son rendement - 7 réalisations cette saison déjà - est indissociable de la forme actuelle de son équipe qui reste sur 6 victoires en Liga.

"Il y a eu de gros progrès depuis le mois d'avril, depuis le match merveilleux de Liverpool (qualification pour les quarts de finale de la dernière C1, NDLR). Le retour en Liga avait été très bon, et l'équipe commençait déjà à montrer des signes encourageants. Ces résultats sont la conséquence de la progression de tous les footballeurs", a d'ailleurs souligné "El Cholo". Avec 19 buts inscrits, l'Atlético est ainsi actuellement la 2e attaque de Liga, derrière la Real Sociedad (22 buts) mais avec 2 matches en moins. Dauphins à 1 point des Basques au classement, les Colchoneros affichent un rythme de champions. Pourtant, le club madrilène a dû faire face, lui aussi, à quelques tuiles récemment puisqu'il est privé de ses deux attaquants de pointe, à cause du coronavirus pour Luis Suarez et d'une phlébite pour Diego Costa.

Qui pour succéder au Bayern ? Nos favoris à la victoire finale en Ligue des champions

Le Bayern a gardé son rythme effréné de l'été

"Ce virus est bizarre, demain Suarez sera peut-être négatif et prêt à jouer. Il s'entraîne. Il faut attendre. J'ai parlé avec lui hier (dimanche), il se sentait bien et avait envie d'être avec le groupe. (...) C'est clair que (Diego) Costa et (Luis) Suarez sont des joueurs qui peuvent conclure des occasions de but. Mais Joao (Felix), Angel (Correa) ou (Thomas) Lemar sont aussi des joueurs qui savent marquer", a estimé Simeone, entretenant le suspense quant à son 11 de départ. Une chose est sûre : son équipe sera très équilibrée, et elle serait d'ailleurs sûrement encore invaincue si elle n'avait pas croisé la route… du Bayern Munich.

Car le match retour de mardi sera aussi l'occasion de retrouvailles électriques après la démonstration d'efficacité des Bavarois le 21 octobre dernier (4-0). Et si l'Atlético de Madrid peut se targuer d'un début de saison quasiment sans nuage, que dire de la formation de Hansi Flick ? Sur sa lancée d'un Final 8 impressionnant cet été, elle n'a pas baissé de rythme : 4 victoires en 4 matches, 15 buts marqués (meilleure attaque d'Europe) et une première place assurée dans ce groupe A. Que demande le peuple ? A l'exception d'une seule défaite à Hoffenheim (4-1) lors de la 2e journée du championnat d'Allemagne qui ressemble fort à un accident, le leader de Bundesliga (22 points et 31 buts en 9 matches) a parfaitement mené sa barque.

Tant et si bien que le Bayern s'est permis de ménager des atouts majeurs lors de ce déplacement à Madrid. "Robert Lewandowski, Manuel Neuer, Leon Goretzka et Corentin Tolisso restent à Munich. Ils sont ménagés, certains sont légèrement blessés. Tous les autres sont dans l'effectif. Nous jouons pour gagner, et ça marche. En ce moment, nous ne gagnons pas le premier prix de beauté, mais l'équipe est capable de se battre 90 minutes. Et cela malgré l'absence de préparation cet été. Nous sommes satisfaits de notre parcours jusqu'ici, mais il reste des matches importants dans les deux prochaines semaines et demie", a considéré Hansi Flick.

Tour d’Europe : Les élections au Barça, les chances de l'Atletico, la tactique de Liverpool

La qualif' en jeu d'un côté, un record à améliorer de l'autre

Le technicien pense notamment au rendez-vous de samedi contre Leipzig, dauphin du Bayern Munich au classement. L'occasion est donc belle pour l'Atlético de prendre sa revanche par rapport au match aller, d'autant qu'une victoire pourrait offrir la qualification aux hommes de Simeone si le Lokomotiv Moscou ne s'impose pas dans le même temps à Salzbourg. Mais la confiance actuelle des Bavarois sur la scène européenne ne saurait être sous-estimée, eux qui surfent sur une série record de 15 victoires consécutives en C1.

Le milieu de terrain de l'Atlético Koke, encore lui, en est bien conscient. "On devra faire un match presque parfait pour battre le Bayern, surtout avec le niveau de confiance dans lequel il arrive." Dans le camp adverse, Javi Martinez s'est d'ailleurs empressé de le confirmer : il ne sera pas question pour le Bayern de faire de la figuration. "L'Atlético est l'une des meilleures équipes du monde, Simeone l'un des meilleurs entraîneurs du monde. Ils seront extra-motivés, alors nous allons devoir donner 200%. Ce sera un match difficile."

Malgré l'absence de leur buteur polonais, les Bavarois pourraient compter sur les jambes de feu d'un Kingsley Coman, déjà auteur de 3 buts dans cette phase de poules. A moins que Flick ne décide de le laisser sur le banc pour le ménager lui aussi. Les solutions ne manquent de toute façon pas avec les Serge Gnabry, Thomas Müller, Leroy Sané et autres Eric-Maxim Choupo-Moting qui pourrait avoir très envie de saisir sa chance si elle lui était offerte. Quelle que soit l'équipe alignée par Flick, elle ne manquera pas de certitudes. Et face à l'intensité que promet de mettre l'Atlético, cette armada ne sera pas de trop.

Real, Liverpool, Porto... Qui peut se qualifier cette semaine et comment ?

Bundesliga
Le Bayern s'en sort contre Fribourg
17/01/2021 À 16:25
Liga
L'Atlético fait le trou
12/01/2021 À 22:27