Il avait changé de couleurs, mais pas forcément de niveau. Oui, le premier constat concernant les débuts du deuxième passage d’Antoine Griezmann à l’Atlético de Madrid est très dur. Mais le Français n’était sportivement pas dans son assiette avec les Colchoneros depuis son retour dans la capitale espagnole. C’est la vérité et même lui l'a reconnu. Mais peut-être que la machine "Grizou" a trouvé son déclic psychologique en Italie mardi soir. Le moment qui change tout ou l'acte fondateur, chacun nommera cela comme il l'entend.
Utilisé pour la sixième fois de la saison par Diego Simeone, mais en sortie de banc, comme cela avait été le cas lors du premier match face au FC Porto, le Grizou joker de luxe européen a retrouvé le chemin du but avec les Colchoneros sur la pelouse de San Siro. Auteur de l’égalisation en fin de rencontre, à la 84e minute, le Mâconnais a lancé l’opération victoire commando des siens à face à un AC Milan longtemps supérieur, valeureux, mais éreinté en fin de rencontre. Il n'avait plus tiré au but depuis huit rencontres, celles disputées avec le FC Barcelone comprises.
Ce premier but de sa deuxième ère madrilène a aussi été très beau. Lancée par Thomas Lemar, auteur d’une ouverture vers Renan Lodi sur le côté, l’action menant à l'égalisation s’est conclue par une volée du gauche en mode "killer des surfaces" de la part du n°8 des Colchoneros. Un but violent, d'instinct, celui d’un homme en confiance, ce que n’était pas Griezmann. C’est tout le paradoxe de cette soirée et de ce match.
Ballon d'Or
Depuis 1998, le Ballon d'Or ne parle plus français : les raisons d'une disette
28/11/2021 À 20:19

L'Atlético "commando" a plu à Grizou

Plutôt dominé et amorphe jusqu’à l’heure de jeu, malgré sa supériorité numérique, l’Atlético a aussi eu un regain de forme grâce à l’entrée du Français, venu se positionner sur la même ligne que Luis Suarez, mais aussi celle de Thomas Lemar, excellent dans l'entrejeu. La mène était, elle, revenue à João Félix entré à la 38e minute à la place de Kieran Trippier. Diego Simeone a passé sa soirée à trouver la bonne formule avec ses hommes. Mais ceux-ci ont fini par trouver le moyen de s'en sortir grâce à un état d'esprit combat et un peu de baraka. La recette Atlético à l'ancienne. Celle qui plait à Griezmann.
Six matches, un but et un constat : Griezmann a reconnu qu'il était encore en période d'adaptation dans son ancienne nouvelle maison. "Cela fait du bien, je suis venu avec beaucoup d’intentions, d’envie. Donc, voilà, il faut continuer à travailler. C’est vrai que mon début de saison n’est pas très bon, mais voilà il y a eu des changements. Je dois m’adapter à un style de jeu, un transfert comme ça à la dernière minute, donc il faut tout digérer. Il faut travailler et avoir de la confiance en soi, c’est ce que j’essaye de faire. Je suis heureux sur le terrain et en-dehors, donc tout va rouler", a noté, plein d'espoir, le meneur de jeu des Bleus au micro de Canal + après la rencontre.
Je n'ai que du respect et de l'admiration pour Simeone
Le Français l'a martelé, il voulait revenir évoluer sous les ordres de Diego Simeone, l'homme qui l'a transformé en plein coeur de sa carrière. "J’avais envie de revenir, avec l’entraîneur, avec les joueurs, les supporters, donc c’est parfait pour moi et je peux que m’améliorer, et travailler, pour essayer de revenir à mon meilleur niveau. Oui c’est vrai que notre objectif est les huitièmes, chaque match est une finale, le groupe est difficile." Au micro de Movistar, diffuseur de la Ligue des champions en Espagne, le Français s'est même un peu plus penché sur les critiques reçues ces derniers temps. "Elles étaient justifiées. Je ne me sentais pas bien et je ne trouvais pas le moyen de m'en sortir. Mais avec du travail, avec l'aide de mes coéquipiers et du coach, je ne pourrai qu'aller mieux."
Griezmann a également rendu un hommage à Simeone. "Je n'ai que du respect et de l'admiration pour lui. Il m'a permis d'être meilleur, il m'a permis d'arriver à mon meilleur niveau. C'est pour cela que je voulais venir, pour lui, pour ce club et pour les fans. Je suis heureux d'être ici." Concernant les sifflets reçus au Wanda Metropolitano lors de son retour, Griezmann s'est montré clair : il va retourner la situation sur le terrain. "Les supporters veulent me voir comme ça, comme lors de ce match et c'est tout ce que je veux, donner de la joie, qu'ils aillent dormir en étant heureux. Mon objectif avec ce retour est de les rendre heureux et apporter des ondes positives."
https://i.eurosport.com/2021/09/28/3228310.jpg
Qualif. Coupe du monde
Griezmann - Mbappé - Benzema : Progrès, dynamique et quête d’alchimie
11/11/2021 À 22:44
Ligue des champions
Scénarios dingues, L1 déprimante : les tops et flops de la 3e journée
21/10/2021 À 08:09