C'est un temps suspendu. Un long moment de réflexion. Avant ses réponses, en conférence de presse, Christophe Galtier prend le temps et impose, très souvent, à son auditoire un vaste silence. Le temps de ciseler sa réponse, passer ses arguments au tamis et centrer l'attention sur ce qui va sortir de sa bouche. Galtier est un vrai professionnel des médias, une bête de communication, et son image immaculée, jusqu'à sa grosse erreur de lundi dernier, vient d'abord du soin qu'il a pris à la travailler : "J'ai intégré rapidement que la communication est importante, qu'il faut faire des médias et de la presse des partenaires plutôt que des ennemis", nous confiait-il dans un entretien en mai dernier. Un mantra qui le guide dans chacune de ses prises de parole.

Galtier : "On est en train de voir si on ne peut pas se déplacer en char à voile"

Football
Agression de Hamraoui : le secrétaire général du PSG entendu comme partie civile
23/09/2022 À 18:18
Pourtant, lundi dernier, à la veille de l'un des matches les plus importants de sa carrière et au détour d'une question sur l'usage des jets privés plutôt que des trains pour les déplacements du PSG, Galtier a déraillé en char à voile. Une sortie qui a étonné Philippe Lyonnet, directeur de la communication de l'ASSE durant les sept années de Christophe Galtier sur le banc des Verts : "Ce n'est pas quelqu'un qui est dans sa bulle, il est très attentif aux sujets de société et puis, il prépare toutes ses conférences de presse." C'est peu de le dire. Avant chaque prise de parole, il récite ses éléments de langage, il sait à quelle sauce il va être mangé car lui, contrairement à d'autres, lit la presse.

Très loin de Tuchel et… Pochettino

Tout cela est-il calculé pour vendre une image parfaite ? Charles Biétry, ancien directeur des sports de Canal Plus, entre autres, a conseillé Galtier durant ses années au LOSC. Il témoigne : "Il sait faire ça tout seul, il ne travaille rien, note-t-il. Il ne bosse pas sa com' spécifiquement mais il sait communiquer parce que ce n'est pas un imbécile. Il possède tous les rouages de son métier dont celui du rapport à la presse. Un entraîneur qui maîtrise bien son sujet, en parlera très bien. Au fond, c'est la même chose que de parler à son groupe. Or il est expert là-dedans."

Christophe Galtier en conférence de presse

Crédit: Getty Images

Toujours très corporate, Galtier n'ira jamais à l'encontre de ses dirigeants, ce qui le différencie déjà d'un Thomas Tuchel, si souvent incisif envers Leonardo devant les micros. En janvier 2017, quand, suite à la réaction épidermique des supporters, ses présidents décident de se séparer d'Anthony Mounier, qui venait juste d'arriver à Saint-Etienne, Galtier salue "la bonne décision" du club alors même qu'il perdait un élément de valeur dans son effectif. Avec lui, le PSG peut dormir tranquille. Corporate certes mais jamais lénifiant.
Contrairement à un Mauricio Pochettino, au discours prudent, neutre et souvent creux, qui veillait à ne rien dévoiler en conférence de presse, l'ancien défenseur de l'OM délivre des messages et nourrit son auditoire. "Il n'y aura pas de turnover au poste de gardien de but", "Kylian est l'option numéro 1 sur les penalties" : autant de décisions fortes formulées clairement quand son prédécesseur laissait flotter un doute constant. Galtier est ce qu'on appelle un bon client. Il a le contact facile, ce qui n'est jamais un handicap dans les relations à la presse, mais il sait aussi comment faire pour l'amadouer.

Formation d'attaché de presse, punchlines et proximité

"Christophe a suivi une formation d'attaché de presse entre sa carrière de joueur et celle de coach, nous renseigne Philippe Lyonnet. Il bosse énormément sur tous les sujets et la com' en fait partie. Et puis, il est naturellement convivial, affable, il sait raccourcir les distances. Il met à l'aise les journalistes et détend l'atmosphère." A Saint-Etienne, quand l'équipe peinait, il prenait le temps, après ses conférences de presse, de discuter avec trois ou quatre journalistes parmi les plus influents, pour faire passer des messages. En 2017, il ouvrait les bouteilles au milieu des suiveurs des Verts pour son pot de départ. Cinq ans plus tard, il ne reste que des bons souvenirs de Galtier dans le Forez.

FOOTBALL L1 Saint Etienne 2013 Christophe Galtier neige

Crédit: AFP

"Pour nous, Galtier, c'était de l'or en barres, témoigne Anthony Perrel, journaliste à Radio Scoop qui suit le quotidien des Verts depuis plusieurs années. Après ses conférences de presse, j'avais toujours de quoi monter de bons sujets avec le bon mot, la bonne punchline. Il faisait l'unanimité auprès des suiveurs. Et puis, il pouvait parler de tout. Aussi bien de la taxe à 75% sur les gros salaires que des attentats à Paris contrairement à d'autres comme Claude Puel, par exemple, qui refusait d'aborder des sujets hors foot. C'était très précieux pour nous."

Comment a-t-il pu déraper ?

Galtier n'hésite jamais à s'engager sur des sujets de société. Il est apparu sur le clip de la LFP diffusé dans le cadre de la lutte contre l'homophobie. Un combat qui s'est poursuivi devant la micro : "Beaucoup de tabous et de barrières sont tombés. Mais pas encore suffisamment à mes yeux, estimait-il l'an passé. J'attends - non pas avec impatience - qu'un joueur déclare son homosexualité dans un vestiaire. J'encouragerais même ce joueur car il serait libéré. Je suis fortement convaincu que ça ne poserait aucun problème à ses partenaires." A Nice, il est même allé à l'encontre de ses propres supporters qui avaient sali la mémoire d'Emiliano Sala lors d'un match face à Nantes : "Qu'ils restent chez eux si c'est pour insulter des morts."

Galtier sur Neymar et Mbappé : "Il n'y a aucun malaise, c'est un épiphénomène"

Des prises de positions fortes, assumées, parfois courageuses qui tranchent avec les avis souvent mous de ses confrères. Alors comment expliquer sa spectaculaire sortie de route avant le match face à la Juve ? Trois hypothèses :
  • Soit il n'a pas été suffisamment préparé et n'avait pas en sa possession tous les éléments de langage pour formuler une réponse efficace.
  • Soit il a voulu, comme souvent, raccourcir les distances avec son auditoire, cédé à son goût du bon mot et commis une erreur de jugement sur sa portée.
  • Soit il n'avait pas encore tout à fait saisi les enjeux au Paris-Saint-Germain. Car si une telle sortie serait passée inaperçue ou presque à Lille, Saint-Etienne ou Nice, la caisse de résonance du PSG n'a aucun équivalent en Ligue 1. Or Galtier officie pour la première fois dans un grand club européen et a sans doute payé pour apprendre.
Pour rectifier son erreur, il a pris les devants après la victoire contre la Juve. Il n'a pas attendu les questions des journalistes pour faire son mea culpa ("une blague de mauvais goût"). "Ça aussi, c'est une technique qu'il maîtrise, continue Philippe Lyonnet. Christophe sait que pour avoir plus d'impact, il faut prendre la parole avant la question. Du coup, c'est fini. On passe à autre chose." Le train Galtier, pourtant réglé au millimètre, a déjà déraillé devant les micros du PSG. Une erreur avouée, pas encore tout à fait pardonnée, qui lui rappelle qu'à Paris, beaucoup plus qu'ailleurs, la communication est un terrain sensible. A lui de montrer qu'il peut la maîtriser aussi bien que dans des clubs beaucoup moins exposés. A priori, Galtier a les armes pour y arriver...

Galtier : "Le PSG n'est pas hors-sol, c'était une blague de mauvais goût"

Ligue des Nations
"J'ai beaucoup plus de liberté" : Mbappé encense Giroud et les Bleus
23/09/2022 À 05:57
Ligue 1
79 points, 34 rouges, 0 victoire… Les chiffres surprenants après 8 journées
19/09/2022 À 22:29