On commence doucement à rentrer dans le vif du sujet. Passés les matches de septembre et tous leurs aléas, entre la longue pause liée à la crise sanitaire et la forme physique des joueurs en phase de reprise, les choses sérieuses démarrent maintenant pour la préparation de l'Euro l'été prochain. Didier Deschamps peut déjà s'appuyer sur des bases solides. Le sélectionneur tricolore a certainement la majeure partie de son onze idéal en tête. Les secteurs où il reste l'ombre d'un doute sont rares. Mais il y en a un en particulier, tant il est essentiel : la défense centrale.

Ligue des Nations
Intégrer Camavinga dans le onze type des Bleus : Que feriez-vous à la place de Deschamps ?
08/10/2020 À 21:52

Il faut du temps pour préparer la charnière la plus compétitive. Cela exige de parfaire les automatismes, probablement davantage que sur les autres postes. Confronté aux multiples pépins physiques de Samuel Umtiti, titulaire aux côtés de Raphaël Varane au Mondial 2018, Deschamps a installé Clément Lenglet comme binôme du Madrilène en défense centrale. Mais est-ce le meilleur duo possible pour les Bleus ? La question se pose tant la concurrence s'est renforcée à ce poste. Si le sélectionneur doit changer son fusil d'épaule, c'est probablement le moment. Et le Portugal de Cristiano Ronaldo ressemble au test idéal dans cette optique.

Clément Lenglet

  • Ses atouts

Il est le premier choix de Didier Deschamps depuis plus d'un an. Titulaire pour la première fois en Andorre (0-4) en juin 2019, alors qu'il venait à peine de débarquer dans le groupe des Bleus, le Barcelonais n'a plus quitté le onze de départ depuis. A une exception près, face à la Suède (0-1). Il est invaincu à ce jour sous le maillot tricolore en 9 sélections (8 victoires, 1 nul) et la France a affiché une certaine solidité défensive sur cette période avec seulement 6 buts concédés. Cela donne suffisamment de raisons à Deschamps pour conserver Lenglet en duo avec Varane.

  • Ses faiblesses

Lenglet n'a affronté aucune grosse nation avec la France. Hormis la Croatie (4-2), vice-championne du monde en titre, mais dans une configuration particulière. Comme en Suède quelques jours plus tôt, Deschamps avait reconduit un schéma avec trois centraux en défense et le retour à une ligne de quatre derrière face à l'Ukraine laisse penser que cette expérience pourrait rester éphémère. Il manque un match de référence contre une sélection ultra-compétitive pour être convaincu que Lenglet est bien l'homme idoine pour accompagner Varane en charnière. Le Portugal, par exemple.

Cristiano Ronaldo et les Bleus, histoire paradoxale

Presnel Kimpembe

  • Ses atouts

Le momentum. Très convaincant lors du Final 8 de la Ligue des champions, impérial depuis le début de la saison, Presnel Kimpembe traverse certainement la meilleure période de sa carrière. Au PSG, il montre sa capacité à assumer des responsabilités plus importantes depuis le départ de Thiago Silva. Plus athlétique et plus solide que Lenglet dans les duels, il a aussi un profil qui complète idéalement celui de Varane. Le Parisien est installé dans le groupe tricolore depuis plus longtemps que le Barcelonais et faisait partie de l'aventure en Russie en 2018. C'est le moment idéal pour lui donner la chance de franchir un cap chez les Bleus en le titularisant aux côtés de Varane.

  • Ses faiblesses

Sa baisse de régime post-Mondial n'est pas totalement oubliée. Kimpembe avait connu de grosses difficultés en 2018-19, au point où sa présence en équipe de France pouvait légitimement être remise en question. S'il semble avoir repris le fil de sa carrière, le Parisien doit encore confirmer qu'il a mis ses doutes derrière lui. Il lui faudra pour cela confirmer ses bonnes dispositions actuelles sur la durée. C'est le seul moyen pour que Deschamps soit pleinement convaincu de sa fiabilité. Et le sélectionneur n'a pas cette question à se poser avec Lenglet.

Que reste-t-il à faire à Giroud pour laisser une plus grande trace qu’Henry

Dayot Upamecano

  • Ses atouts

Potentiellement, c'est peut-être le plus fort des trois. Upamecano n'a pas grand-chose à envier à Kimpembe sur le plan physique, mais il a en plus cette capacité à percuter si précieuse dans les phases offensives. "Le ballon, ce n'est pas un souci pour lui, même s'il doit faire attention à ne pas trop abuser par moment", avouait cependant Deschamps en septembre. Mais le sélectionneur a aussi souligné la capacité du défenseur du RB Leipzig à se hisser au niveau de la Ligue des champions lors du Final 8. Surtout, Upamecano a démarré tous les matches des Bleus depuis qu'il est arrivé dans le groupe tricolore. C'est bien la meilleure preuve que Deschamps compte sur lui.

  • Ses faiblesses

Des trois, Upamecano est aussi le moins expérimenté au niveau international. Il s'est imposé comme l'un des meilleurs défenseurs de Bundesliga mais il n'évolue pas dans un club où les exigences sont aussi élevées que pour Lenglet au Barça ou Kimpembe au PSG. De ce point de vue, un transfert vers une formation plus exposée lors du dernier mercato lui aurait peut-être donné de meilleurs arguments pour revendiquer une place de titulaire en équipe de France sur le long terme. Mais cela semblera nettement moins rédhibitoire si Dechamps lui donne une quatrième titularisation consécutive pour un rendez-vous aussi important que celui qui attend les Bleus face au Portugal.

Les autres options

Kurt Zouma est la quatrième option dans le groupe actuelle de Deschamps. Mais l'ancien Stéphanois, qui sort d'une saison pleine avec Chelsea, reste un candidat potentiel. Lucas Hernandez est un autre cas à prendre en considération. Les performances de Lucas Digne au poste d'arrière gauche, à Everton comme en sélection, et le profil offensif du Toffee peuvent éventuellement convaincre Deschamps de repositionner le Bavarois dans l'axe. Enfin, il faut aussi surveiller Jules Koundé, actuellement chez les Espoirs et qui explose littéralement à Séville. Oui, Deschamps a l'embarras du choix. A lui de faire le bon.

Giroud est-il le meilleur avant-centre de l'histoire des Bleus ? Notre top 5

Equipe de France
Le Graët le veut pour succéder à Deschamps ? "Une possibilité" répond Zidane
13/02/2021 À 10:29
Euro 2020
Sarr croit en sa bonne étoile : "L'Euro ? Le rêve de toute une vie"
28/12/2020 À 17:40