Wilfried Zaha a joint le geste à la parole. L'attaquant de Crystal Palace a refusé de s'agenouiller samedi, avant le coup d'envoi du match face à West Bromwich Albion. C'est une première dans le championnat anglais qu'un joueur de fait pas ce geste symbolique en hommage au mouvement "Black Lives Matter".
Zaha avait déjà exprimé à plusieurs reprises son sentiment que le geste s'était vidé de sa portée symbolique. "Ma décision de rester debout avant le coup d'envoi était de notoriété publique depuis plusieurs semaines. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise décision, mais pour moi, personnellement, j'ai le sentiment que mettre genou à terre est devenu juste une partie du protocole d'avant-match", a déploré le joueur dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux. "En ce moment, que l'on s'agenouille ou que l'on reste debout ne change rien, certains d'entre nous continuent à se faire insulter", a-t-il ajouté.
Tokyo 2020
Gignac règle ses comptes et tacle "certains clubs français"
IL Y A 6 HEURES

"Je respecte également totalement mes coéquipiers"

Mi-février, Zaha avait annoncé son intention d'arrêter de mettre genou à terre quelques secondes, un geste imposé aux joueurs, officiels et arbitres avant le coup d'envoi des rencontres de Premier League depuis la reprise de la saison 2019/20 en juin, pour montrer leur soutien à la lutte contre les inégalités raciales. Ce geste avait été popularisé par le footballeur américain de NFL Colin Kaepernick des 49ers de San Francisco, en 2016, pendant l'hymne américain d'avant match, pour protester notamment contres les violences policières.

"Navas arrête un penalty, fait un arrêt énorme mais son match n'est pas exceptionnel"

"Je sais qu'il y a un gros travail effectué en coulisses par la Premier League et d'autres institutions pour faire changer les choses et je le respecte totalement, comme tous ceux qu sont concernés", poursuit l'Ivoirien de 28 ans, qui n'avait plus débuté un match depuis début février en raison d'une blessure. "Je respecte également totalement mes coéquipiers et les autres joueurs qui continueront à mettre genou à terre", précise-t-il.
Mais pour lui, la solution passe par "encourager une meilleur éducation à l'école et (que) les entreprises de réseaux sociaux (agissent) de façon plus volontariste contre les gens qui en insultent d'autres en ligne - pas seulement les footballeurs", remarque-t-il. Récemment, des joueurs comme Marcus Rashford, Anthony Martial ou Paul Pogba ont été la cible d'insultes racistes sur les réseaux sociaux. Des équipes de divisions inférieures avaient déjà refusé de mettre genou à terre.

Qui veut encore de Ronaldo ?

Ligue 1
Les supporters marseillais de retour au Vélodrome après 16 mois d'absence
IL Y A 7 HEURES
Ligue 1
L'ASSE entre jeunesse obligée et budget serré
IL Y A 9 HEURES