Liverpool s’en contentera. Trois jours après la claque reçue sur la pelouse de Manchester City (4-0), le tout nouveau champion d’Angleterre, encore une fois pas dans son assiette, s’est relevé face au dix-huitième de Premier League, Aston Villa (2-0). Une victoire poussive mais qui permet aux Reds de continuer leur chasse aux records, tandis que les Villans restent dans la zone rouge.

Premier League
Mané a brillé, Chelsea a tout raté
IL Y A 14 MINUTES

17/17. Le bilan de Liverpool à domicile illustre l’extraordinaire saison des Reds. Si leur prestation du jour, poussive, avec une possession longtemps stérile face à l’avant-dernière défense du championnat, a été beaucoup plus ordinaire, les joueurs de Jürgen Klopp ne sont plus qu’à trois succès du record de victoires en une saison de championnat (32), et à une longueur d’égaler le record de victoires à domicile sur une saison de Premier League (18). Pourtant on a longtemps cru que les Reds allaient lâcher leurs premiers points de la saison à Anfield.

De Liverpool 1990 à Liverpool 2020 : 30 ans d'attente et sept champions différents

Liverpool en mode diesel

Avec une équipe légèrement remaniée (Origi plutôt que Firmino en attaque, Oxlade-Chamberlain et Keita à la place d’Henderson et Wijnaldum au milieu), les champions d’Europe en titre ont semblé aussi hagards qu’en fin de match à l’Etihad jeudi. Dean Smith, le coach des Lions, avait bien analysé les raisons du second revers de la saison des Reds en championnat, et a décidé d’opposer à la deuxième meilleure attaque de Premier League un bloc bas avec deux lignes de 4 très étirées, pour bloquer les côtés. Une tactique qui a longtemps muselé les coéquipiers de Sadio Mané, encore maladroit.

Egalement incapables de remonter proprement le ballon sur quelques contres, ce qui fait pourtant leur force d’habitude, les joueurs de Liverpool sont rentrés aux vestiaires en ayant tiré seulement deux fois : leur plus mauvais total en une mi-temps sur leur pelouse depuis octobre 2018. Pire, c’est Aston Villa qui a été le plus proche d’ouvrir le score en début de seconde période (51e, 52e, 53e). Mais les entrées de Jordan Henderson, Georginio Wijnaldum et Roberto Firmino à l’heure de jeu ont redonné plus de mordant aux Reds. Qui ont fini par faire la différence sur une passe lumineuse de Keita pour Mané dans la surface (1-0, 71e).

Une réalisation qui a donné de l’air à Liverpool et permis au Sénégalais d’atteindre pour la troisième saison de suite la barre des 20 buts toutes compétitions confondues. En fin de match, tandis que Jack Grealish a eu une occasion en or (90e+1) c’est Curtis Jones, 19 ans et dont c’était la troisième apparition de la saison en Premier League, qui a libéré les siens, de près sur une remise maligne de Mohamed Salah (2-0, 89e). Une victoire au forceps, comme les Reds en ont tant glané cette saison. S’ils ont perdu un peu de leur magie, ils ont gardé leurs bonnes habitudes.

Trente ans de disette et une libération : comment Liverpool a vaincu l'incroyable malédiction

Premier League
Liverpool, pourquoi douter ?
IL Y A 19 HEURES
Premier League
Leeds a perdu mais envoyé un signal : "Par moments, nous avons pu être supérieurs"
12/09/2020 À 20:18