Getty Images

Leicester, épisode 2 du conte de fées

Leicester, épisode 2 du conte de fées

Le 03/12/2019 à 23:41Mis à jour Le 04/12/2019 à 15:37

PREMIER LEAGUE – En Angleterre, le duel Liverpool – Manchester City faisait saliver tout le monde avant le début de saison. Pourtant après 14 journées de championnat, le dauphin des Reds se nomme Leicester. Avec la deuxième attaque de Premier League et la meilleure défense, les Foxes redeviennent enthousiasmants après des années (très) difficiles.

Une série a bien failli s'achever le week-end dernier en Premier League. On ne parle pas ici du cinquième succès consécutif du leader Liverpool. On ne parle pas non plus du troisième revers de suite de Bournemouth. C'est dans le centre de l'Angleterre que se trouve l'équipe la plus chaude de Premier League. Avec un but tardif, validé par le VAR, Kelechi Iheanacho a permis aux Foxes d'engranger un sixième succès de rang. Mieux que quiconque donc et une place de dauphin des Reds qui ravive inévitablement les souvenirs du titre de 2016 sous les ordres de Claudio Ranieri.

Plus chauds que Liverpool

Les Reds justement. Liverpool a été la seule formation capable de résister à la tornade Leicester sur les deux derniers mois de compétition. Depuis le 21 septembre et un succès sur Tottenham, Leicester a remporté huit de ses neuf matches de championnat avec en point d'orgue le festival à Southampton (0-9). Le revers infligé par les coéquipiers de Sadio Mané (2-1) n'aura été qu'un coup d'arrêt passager, les six succès de rang depuis le prouvant aisément.

C'est bien simple, personne ne fait aussi bien sur la même période. Une série qui a porté Leicester jusqu'à la deuxième place à huit points du leader mais trois unités devant City (3e), six devant Chelsea (4e) et douze devant Tottenham (5e). Le tout avec la deuxième attaque du championnat (33 buts) et la meilleure défense (9 buts) "Nous avons fait un excellent début de saison, il y a de la qualité et de la volonté dans l'équipe", juge logiquement Rodgers. Arrivé en mars dernier, l'ancien de Liverpool et du Celtic n'a pas atterri n'importe où.

La patte Rodgers

Quatre clubs se sont partagés les Premier League dans la décennie 2010. Le toujours présent Manchester United, l'intermittent Chelsea, le nouveau venu Manchester City et le "petit" Leicester. Chez les Foxes, on est d'ailleurs passé par pas mal d'émotions ces dernières saisons. Le rêve de remporter la Premier League en 2016 mais aussi le cauchemar de voir le président Vichai Srivaddhanaprabha ainsi que deux collaborateurs, le pilote et son épouse décéder dans un accident d'hélicoptère en 2018. A cette époque, Claude Puel était encore à la tête de Leicester avant d'être remplacé au printemps par Brendan Rodgers. Lequel a redressé la barre de manière spectaculaire.

Manager of Leicester City Brendan Rodgers before the Premier League match between Leicester City and Everton FC at King Power Stadium

Manager of Leicester City Brendan Rodgers before the Premier League match between Leicester City and Everton FC at King Power StadiumGetty Images

La réussite du nord-irlandais a d'ailleurs tapé dans l'œil des dirigeants d'Arsenal à la recherche d'un remplaçant à Unai Emery. Mais pas question pour Rodgers de quitter le navire. "Je me concentre exclusivement sur Leicester, a-t-il assuré. Le projet est très excitant avec beaucoup de perspectives de développement". En 2019, on ne quitte donc pas Leicester pour Arsenal. Leicester où la fidélité prime avant tout.

Jamie Vardy était évidemment de l'aventure du titre en 2016 et brille encore, à 32 ans, sous les couleurs du seul club qu'il a connu en Premier League. Meilleur buteur du championnat (13 réalisations) devant Abraham et Aubameyang (10 buts chacun), l'Anglais a marqué lors de chacun des six victoires de suite de son club. Avec ce vétéran mais aussi des jeunes comme Chilwell et Maddison, les Foxes ont peut-être retrouvé la recette. "Je sais que vous les journalistes avez besoin d'écrire, de parler, de spéculer mais nous allons rester calme, a tenu à tempérer Rodgers. J'attends de voir où nous en serons à dix matches de la fin, à ce moment-là nous aurons une bonne idée d'où nous pourrons terminer."

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0