Football
Premier League

Wolverhampton, grande réussite de Jorge Mendes… et bientôt sa victime ?

Partager avec
Copier
Partager cet article

L'agent Jorge Mendes dans la tribune du Molineux, le 19 août 2017, lors d'une rencontre opposant Wolverhampton à Cardiff City

Crédit: Getty Images

ParJulien Pereira
03/07/2020 à 20:27 | Mis à jour 04/07/2020 à 15:18
@Jap_Pereira

PREMIER LEAGUE – Étonnant promu lors du précédent exercice, Wolverhampton s'est imposé, cette saison, comme un sérieux candidat à la Ligue des champions. L'architecte de ce parcours ? Un certain Jorge Mendes dont les velléités, qui ne sont pas uniquement sportives, pourraient devenir un danger pour les Wolves.

Vous le connaissez forcément. Mais peut-être n'avez-vous pas suivi son évolution. Rassurez-vous, Jorge Mendes est toujours l'agent qu'il était à l'époque où son nom commençait à remonter aux oreilles des moins initiés. Disons que depuis plusieurs années, l'homme d'affaires a quelque peu diversifié ses activités : pour lui, représenter les joueurs est devenu une entreprise presque secondaire. Désormais, le Portugais est un agent... de clubs.

Ici et là, Mendes a en effet profité de son influence pour prendre le contrôle des allers et venues au sein de plusieurs écuries européennes. Et pas n'importe lesquelles : le Real, l'Atlético, Valence, Benfica, Milan, Monaco... Sur des périodes plus ou moins longues, tous ces clubs ont obéi au doigt et à l'œil du magnat lusitanien. Et certains vous mentiraient s'ils vous disaient qu'ils n'y ont jamais trouvé leur compte, à la fois sportivement et économiquement.

Premier League

Manchester City et Chelsea prêts à s'activer pour attirer Digne

03/07/2020 À 08:52

Mendes : acheteur, vendeur

Le raisonnement de base de l'agent lusitanien était élémentaire. Il est devenu fructueux : en ayant son rond de serviette aux quatre coins du Vieux Continent, Mendes a pérennisé son système. Porter à la fois la casquette du club vendeur et de l'acheteur, tout en représentant le joueur concerné, lui a permis de créer des cercles juteux. Un exemple évident : Radamel Falcao, passé en deux ans de Porto à l'Atlético puis de Madrid à Monaco pour plus de 80 millions d'euros d'indemnités de transferts, et de jolies commissions dans la poche de la Gestifute, société de l'homme d'affaires.

Trente ans de disette et une libération : comment Liverpool a vaincu l'incroyable malédiction

00:14:22

Mais l'ambition de Mendes ne s'est pas arrêtée là. Le représentant de Cristiano Ronaldo a rapidement visé plus haut, plus fort, plus riche. Pour donner une autre dimension à son business, l'agent a cherché à s'ouvrir la Premier League, où le budget d'un promu dépasse celui d'un vice-champion de France. Problème, les clubs anglais sont puissants, un tantinet traditionnalistes et, surtout, attachés à leur fonctionnement. Aucun d'entre eux n'a souhaité lui ouvrir grand la porte.

En revanche, tous ont grincé des dents lorsque Fosun a pris le contrôle de Wolverhampton, club végétant en Championship. La raison ? Le puissant conglomérat chinois faisait affaire avec... Mendes. Mieux - ou pire, selon le point de vue - l'un des dirigeants de la compagnie possédait des parts dans le capital de Gestifute, comme l'ont révélé, plus tard, les Football Leaks. Les enquêtes ouvertes par l'English Football League puis la Premier League, chargées de soulever les conflits d'intérêts, n'ont jamais rien donné. Officiellement, le Portugais n'est qu'un simple "conseiller" de la direction du club. En réalité, il a réussi son pari. Le voici bien ancré dans le marché anglais.

Jorge Mendes aux côtés des membres de Fosun, conglomérat qui a pris les commandes de Wolverhampton, le 6 août 2016

Crédit: Getty Images

Résultats express

Depuis 2016 et le rachat des Wolves par Fosun, Mendes y a placé une quinzaine de joueurs, sans compter les jeunes pousses prêtées en grappes. Dans ce lot, certains ont peut-être définitivement sacrifié leur carrière. Mais la quantité a fini par apporter la qualité. Et les résultats ont été quasi immédiats : les Loups ont été promus l'année suivante avec 99 points, ils ont bouclé la saison 2018-2019 au 7e rang du championnat le plus relevé du monde et atteint le dernier carré de la Coupe d'Angleterre. Et à l'entame de la 33e journée de l'exercice en cours, le club n'a que trois unités de retard sur le troisième, Leicester.

La réussite de Wolverhampton est basée sur un effectif complet, en grande partie construit par l'agent portugais. Sans lui, jamais le club des West Midlands n'aurait attiré Ruben Neves, ex très grand espoir du football portugais, ou Rui Patricio, meilleur gardien de l'Euro 2016. Sans lui, Romain Saïss aurait laissé sans suite sa visite du Molineux, comme il l'a avoué à RMC Sport, et Leander Dendoncker aurait probablement préféré le PSG. Sans lui, les talentueux et revanchards Raúl Jimenez et Diogo Jota, passés par l'Atlético, n'auraient peut-être jamais envisagé filer en Angleterre.

Huit des onze joueurs qui composent aujourd'hui l'équipe-type des Wolves ont été convaincus par Jorge Mendes. Impossible, donc, d'omettre la part de responsabilité de l'homme d'affaires dans la réussite du club, même si la méthode est éthiquement contestable (pour ne pas dire amorale) et que les "victimes collatérales" - les joueurs transférés puis revendus dans la foulée - sont nombreuses. D'autant que, sur le terrain, la mayonnaise a pris grâce à la philosophie de l'entraîneur Nuno Espirito Santo, client de Jorge Mendes depuis... la fin des années 1990.

Nuno est un bâtisseur… mais bâtir est-il un objectif ?

Les mandats du coach lusitanien à Valence puis Porto avaient été infructueux mais dans les West Midlands, Nuno s'est révélé en bâtisseur. Le technicien a installé un schéma tactique à trois défenseurs, toujours impopulaire outre-Manche malgré les passages d'Antonio Conte et Maurizio Sarri. Il a fait des Wolves une équipe à l'aise en contre-attaque, mais aussi capable de prendre le contrôle d'une rencontre par la densité de son entrejeu. Cette saison, les Loups se sont notamment payés Manchester City à deux reprises et on longtemps accroché Liverpool avant de céder, à domicile (2-1).

Conor Coady se jette sur ses coéquipiers pour célébrer le but de Raul Jimenez lors du match opposant Wolverhampton à Liverpool, le 23 janvier 2020

Crédit: Getty Images

A cinq journées du baisser de rideau anglais, voilà le club aligné dans la course à la Ligue des champions. Sans vraiment savoir s'il doit s'en réjouir. Certes, une qualification pour la C1 est un argument majeur pour conserver ses meilleurs joueurs. Mais aux yeux du "conseiller" du club, c'est aussi et surtout un moyen de faire gonfler leurs prix. Convoités par quelques-unes des superpuissances de Premier League, Adama Traoré et Ruben Neves vaudraient plus de 70 millions d'euros. Le buteur Raúl Jimenez, lui, est valorisé à plus de 100 millions d'euros par ses dirigeants. Et selon la presse anglaise, plusieurs écuries européennes souhaiteraient profiter de leurs relations avec Jorge Mendes pour se l'offrir. Ce serait le cas de Tottenham, dont le manager José Mourinho est un fleuron de Gestifute.

Ces dernières semaines, Nuno a tenté de faire pencher la balance du bon côté, assurant que ses joueurs ne sont pas là pour jouer la C1 mais plutôt parce qu'ils apprécient "travailler ensemble". Il a aussi encouragé sa direction à investir plutôt qu'à vendre. Comme tout entraîneur qui se respecte, lui souhaite installer un projet. Que diront ses supérieurs, épaulés par le grand manitou du marché des transferts ? On saura bientôt s'ils ont mesuré les conséquences d'une vision court-termiste, et l'impact considérable qu'elle peut avoir sur les résultats sportifs. Arsenal, adversaire des Wolves ce samedi, est bien placé pour le savoir.

Des supporters de Wolverhampton portent des masques à l'effigie de Jorge Mendes lors d'un match opposant les Wolves à Aston Villa, le 10 mars 2018

Crédit: Getty Images

Premier League

Liverpool et City ont pris rendez-vous : "La saison prochaine commence maintenant"

02/07/2020 À 22:19
The Emirates FA Cup

Une 14e Cup pour des Gunners qui joueront l'Europe la saison prochaine

HIER À 18:18
Dans le même sujet
FootballPremier LeagueArsenalWolverhampton
Partager avec
Copier
Partager cet article