Il est le premier à avoir atteint la barre des dix buts toutes compétitions confondues cette saison. Une fois n'est pas coutume, il ne s'agit pas de Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, Kylian Mbappé, Neymar, Harry Kane ou Robert Lewandowski. Depuis la reprise, la terreur des rectangles verts se nomme Dominic Calvert-Lewin. Après avoir planté à neuf reprises sous le maillot d'Everton, l'attaquant de 23 ans s'est offert sa première réalisation pour sa première cape, et son premier tir, sous celui de l'Angleterre face au pays de Galles (3-0). Liverpool est prévenu. C'est un serial-buteur en pleine bourre que le champion devra maîtriser samedi dans le derby à Goodison Park.

Angleterre - Southgate : "Calvert-Lewin ? Tout son match a été excellent"

Premier League
Le projet de restructuration de la Premier League ? Un manifeste pour un coup d'état
12/10/2020 À 22:27

DCL a suivi une progression constante avant de s'affirmer comme l'un des meilleurs avant-centres du moment en Premier League. Le chemin ne manquait pourtant pas d'obstacles pour celui qui a fait ses premiers pas de footballeur à Sheffield United, son club de cœur, dès l'âge de 8 ans. Malgré des qualités physiques évidentes et une facilité à dominer son sujet dans les catégories de jeunes, Calvert-Lewin n'a jamais eu l'opportunité de percer chez les Blades. Frustré et désireux de franchir un cap, le gamin alors âgé de 17 ans est parti trouver du temps de jeu au Stalybridge Celtic FC dans le cadre d'un prêt.

Les souvenirs de Stalybridge

De son mois passé au sein de ce petit club du Grand Manchester, Calvert-Lewin a gardé une cicatrice encore visible aujourd'hui près de l'œil, un "souvenir" de son premier match face au rival Hyde United. Un coup reçu juste avant la pause qui ne l'a pas empêché de rester sur le terrain, et de marquer en seconde période. "J'ai pratiquement joué le reste du match en ne voyant que d'un œil, se souvient-il dans des propos rapportés par la BBC. Mais cette expérience était la meilleure que j'avais vécue jusqu'ici sur un terrain. Cela m'a montré ce que c'était de jouer un football d'hommes devant des fans. C'était un catalyseur qui m'a propulsé vers l'avant."

Il y en a eu d'autres. Comme l'idée de ses entraîneurs à l'académie de Sheffield United, Nick Cox et Travis Binnion, de profiter de ce prêt chez les "Celts" pour tester DCL, milieu relayeur jusqu'ici, à un poste d'attaquant. Et surtout celle de David Unsworth de venir assister à l'un de ses matches avec le Stalybridge Celtic. L'ancien défenseur d'Everton connaissait déjà le potentiel physique du phénomène pour l'avoir vu évoluer du temps où il dirigeait l'académie de Sheffield United. De retour chez les Toffees pour occuper un poste similaire, il n'a certainement pas été étranger au transfert de Calvert-Lewin chez les Blues pour 1,8 millions d'euros à l'été 2016.

Duncan Ferguson a tout changé

Il faut beaucoup de détermination pour percer dans le football anglais. Le natif de Sheffield n'en a jamais manqué, et c'est bien ce qui l'a poussé à rejoindre Everton plutôt que d'attendre sa chance dans son club formateur. Mais il faut aussi un petit coup de pouce du destin. Pour Calvert-Lewin, c'est probablement la nomination de Duncan Ferguson pour un court intérim sur le banc des Toffees en décembre dernier. Jusque-là, il était trimballé à tous les postes de l'attaque sans jamais être vraiment considéré comme un titulaire. L'Ecossais l'a immédiatement installé dans le rôle d'avant-centre des Toffees. Un doublé, une victoire contre Chelsea (3-1), et l'histoire était en marche.

Dominic Calvert-Lewin dans les bras de Duncan Fergoson lors de la victoire d'Everton contre Chelsea, le 7 décembre 2019

Crédit: Getty Images

Avec Ferguson, devenu assistant de Carlo Ancelotti après la nomination de l'Italien au poste d'entraîneur, Calvert-Lewin peut s'appuyer sur un expert dans le domaine aérien. Et développer encore l'un des atouts majeurs de sa panoplie. Depuis l'entame de la saison passée, il a inscrit six buts de la tête en championnat, plus que n'importe quel autre joueur de Premier League. "Sa capacité à donner de la vitesse au ballon sur ses coups de tête vient du fait qu'il est toujours en mouvement pour aller vers le ballon, souligne le Dr Neil Smith, directeur en biomécanique à l'université de Chichester, dans The Athletic. On voit rarement Calvert-Lewin statique quand il joue un ballon de la tête."

Ancelotti et les vidéos d'Inzaghi

Avec Ancelotti, c'est sur un grand connaisseur de la crème des buteurs qu'il peut compter. DCL a développé sa palette devant le but, sans négliger pour autant son jeu en pivot si précieux pour le collectif des Toffees. Mais le technicien italien voit clairement l'étendue de son potentiel dans la finition. Dans cette optique, il l'a encouragé à regarder des vidéos de Filippo Inzaghi, le buteur attitré de "Carletto" quand il officiait à l'AC Milan. Surtout, l'ancien entraîneur du PSG a mis en place un plan de jeu destiné à le mettre en valeur. "Son système me permet d'être le point de référence de l'équipe et faire mon travail, c’est-à-dire marquer des buts", s'est réjoui Calvert-Lewin sur Sky Sports.

Devenu un attaquant à la fois complet et décisif, Calvert-Lewin a pris une autre dimension. Mais il a encore une marge de progression importante compte tenu de son âge. "Il y a encore des tas de choses qui peuvent le rendre encore plus fort et je m'attends à ce qu'il atteigne la barre des 20 buts cette saison, et celles qui vont suivre, annonce Unsworth sur la BBC. C'est le numéro 9 parfait et sa confiance monte en flèche." DCL n'a certainement pas fini de terroriser les défenses de Premier League. Et celle de Liverpool, qui vient d'en prendre sept contre Aston Villa, a toutes les raisons de trembler.

Dominic Calvert-Lewin Carlo Ancelotti

Crédit: Getty Images

Ligue des champions
Liverpool fait tourner sans trembler
IL Y A 14 HEURES
Premier League
Sans génie puis sans Digne, Everton n'est plus invincible
25/10/2020 À 16:01