Du spectacle et des buts mais aucun vainqueur : le choc a tenu toutes ses promesses. Comme à l'aller, Manchester City et Liverpool se sont rendu coup pour coup au cours d'une exhibition de jeu servie dimanche à l’Etihad Stadium (2-2). Les Skyblues ont d'abord submergé des Reds étonnamment fébriles en première période. Pris à la gorge d’entrée par Kevin De Bruyne (5e), Liverpool a réagi par l‘intermédiaire de Diogo Jota (13e), avant de plier le genou devant Gabriel Jesus (37e). Sur une passe lumineuse de Mohamed Salah, Sadio Mané a confirmé le regain des Reds après la pause (46e). Toujours pas d'ascendant pris entre Pep Guardiola et Jürgen Klopp, qui vont ferrailler jusqu'au bout pour le titre de champion.
Le film du match I Calendrier et résultats I Classement

City démarre fort

Ligue des champions
Sur le papier, c’est royal
IL Y A 4 HEURES
Propulsée au sommet de la scène européenne, la rencontre entre les deux mastodontes du royaume, pilotés par deux des entraîneurs les plus emblématiques de la décennie, promettait un spectacle et une tension dignes des thrillers les plus excitants. Poussé par un stade comble, Manchester City a immédiatement passé la surmultipliée. Quelques minutes de rodage et Kevin De Bruyne a perforé le rideau de Liverpool. Et plutôt deux fois qu’une. Sur la première percée, Raheem Sterling a loupé son face-à-face. Sur la seconde, le Belge s’est chargé de tout, même s’il a été bien aidé par une déviation malheureuse de Joël Matip et un poteau rentrant (5e).
Étrangement tendus et fébriles, les Reds ont été méconnaissables au cours d’un premier acte disputé avec le frein à main. Malgré l’égalisation de Diogo Jota à la suite d’une combinaison entre les deux latéraux des Scousers (13e), Liverpool a longtemps affiché un stress patent. Preuve en est, les sorties hasardeuses d’Alisson, pas si serein dimanche.
Plus mordants, les Skyblues ont parfaitement parasité le milieu adverse, avec une pression haute et efficace. La tête sous l’eau dans le dernier quart d’heure de la première période, le club de la Mersey a essuyé occasions sur occasions (29e, 35e, 36e). Jusqu’à ce but de Gabriel Jesus, titulaire surprise et bien heureux du marquage inexistant d’Alexander-Arnold, souvent pris dans son dos en première période (37e). Le KO n’était pas loin, sans un sauvetage d’Andrew Robertson devant Sterling (43e).

Kevin De Bruyne (Manchester City) face à Liverpool.

Crédit: Getty Images

Le réveil de Liverpool

Après 45 premières minutes décevantes, les Reds ont signé un retour des vestiaires tonitruant. Bien muselé en première période, le duo Salah-Mané s’est réveillé au meilleur des moments. L’Égyptien a glissé un ballon parfait vers le Sénégalais, trouvé dans l’intervalle, et qui s’est chargé de remettre les compteurs à zéro d’une frappe en lucarne lumineuse (46e). La 13e réalisation de Mané a eu l’effet d’un catalyseur de confiance pour les Reds, transfigurés et même dominateurs quelques minutes durant.
Distillateur de choix, Salah a été tout proche d’accrocher une passe décisive supplémentaire, mais Ederson est resté solide sur ses appuis face à Jota (52e). Après dix minutes passées dans l’ombre des Scousers, les Citizens se sont remontrés dangereux. D’une part avec Jesus, auteur d’un petit numéro en solo contré par une forêt de jambes adverses. Puis sur un but refusé à Sterling pour un hors-jeu limite.
Entre phases d’attente et de déséquilibre, les deux formations ont priorisé la temporisation à l’abordage. Malgré cela, le talent des acteurs sur la pelouse n’a pas été loin d’ajouter un pion au tableau d’affichage. Salah frustré (71e) et De Bruyne oublié (72e), les occasions nettes furent tout de même de plus en plus rares. A l’inverse, les fautes tactiques se sont accumulées. Une fin de partie moins colorée que le magicien Riyad Mahrez a tenté, en vain, d’emballer (90e, 90e+4). Conclusion, Manchester City a certes gagné aux points, car un nul lui suffisait pour conserver son trône, mais Liverpool est toujours debout. La lutte pour le titre promet d’être serrée et spectaculaire jusqu’au bout. A l’image de cette affiche grandiose.

Sadio Mané (Liverpool) a marqué contre Manchester City.

Crédit: Getty Images

Ligue des champions
Populaire, victorieux et adulé : Ancelotti, comme un roi en Italie
IL Y A 4 HEURES
Ligue des champions
Liverpool, l'art de se relever de tout
IL Y A 4 HEURES