Après le Portugal, l'Italie : les deux derniers champions d'Europe devront passer par les barrages pour espérer voir le Qatar. Trop timide et incapable de créer le danger, la Nazionale a logiquement été tenue en échec par l'Irlande du Nord (0-0) lundi soir, à Belfast, pour sa dernière rencontre dans cette campagne de qualifications.
Dans le même temps, la Suisse a largement maîtrisé son sujet face à la Bulgarie (4-0), pour prendre la première place du groupe C sur le gong, et donc décrocher son ticket direct pour le prochain Mondial. Une deuxième surprise de taille en deux jours.
Le film du match
Qualif. Coupe du monde
Mancini n'a pas peur : "L'Italie sera au Mondial, et elle le gagnera peut-être"
15/11/2021 À 22:34
Jorginho ruminera certainement longtemps son penalty manqué face à la Suisse (1-1), vendredi soir, à la 90e minute de jeu d'un match crucial dans la course à la qualification pour le Mondial. Si le joueur des Blues l'avait transformé, l'Italie serait aujourd'hui qualifiée. Au lieu de cela, elle devra de nouveau passer par la case barrages pour espérer être du plus grand rendez-vous du football mondial, comme en 2018. Il y a trois ans, cela avait peu réussi au champion d'Europe en titre, qui avait été éliminé par la Suède pour ce qui fut l'un des plus grands traumatismes de son histoire.

Manuel Locatelli à l'issue de Irlande du Nord - Italie, match de qualification pour la Coupe du monde 2022, le 15 novembre 2021 à Belfast

Crédit: Getty Images

Une Italie beaucoup trop neutre

Mais si la formation de Roberto Mancini pourrait manquer un deuxième Mondial de rang, elle le doit à bien plus qu'un penalty manqué. Car la séduisante équipe qui s'était posée sur le toit de l'Europe l'été dernier a laissé place à une équipe en manque de génie ces derniers mois. Déjà relativement muselée contre la Suisse vendredi (4 tirs cadrés), l'Italie a encore peiné à se montrer dangereuse face à la 58e nation au classement FIFA, qui n'aura donc encaissé aucun but à domicile en trois rencontres dans cette campagne.
Co-meilleur buteur de sa sélection dans ces éliminatoires (2 buts…), Giovanni Di Lorenzo a été l'un des éléments les plus dangereux, à l'image de son centre vicieux en début de match (8e). Mais il est latéral droit. Et les attaquants, eux, n'ont pas brillé. Lorenzo Insigne a buté sur Bailey Peacock-Farrell d'une frappe du gauche (37e), alors que Federico Chiesa (63e) a manqué le cadre de peu sur la plus grosse occasion des siens. C'est encore d'un défenseur – le Lyonnais Emerson – qu'est venue la dernière situation italienne, sans succès (80e).

Le sélectionneur Roberto Mancini à l'issue de Irlande du Nord - Italie, match de qualification pour la Coupe du monde 2022, le 15 novembre 2021 à Belfast

Crédit: Getty Images

La Suisse a fait craquer la Bugarie

L'Irlande du Nord aurait même pu s'imposer sans une parade de Gianluigi Donnarumma devant George Saville (50e) ou un sauvetage sur sa ligne de Leonardo Bonucci face à Conor Washington (90e). Pendant que le quadruple champion du monde patinait, la Suisse faisait exploser la Bulgarie en seconde période grâce à Okafor, Vargas, Itten et Freuler. Et malgré deux buts refusés… C'est dire si, malgré une tension similaire des deux côtés, l'une des deux équipes a mieux géré la pression que l'autre. La Serbie et la Suisse directement qualifiées, le Portugal et l'Italie engagés dans des barrages dignes d'un bourbier, voilà sur quoi on aurait eu du mal à parier.
Qualif. Coupe du monde
"Si on marque tous les buts qu'on n'a pas mis ce soir…" : gare au syndrome 2018 pour l'Italie
12/11/2021 À 23:07
Qualif. Coupe du monde
L'Italie gâche une balle de match et joue à se faire peur
12/11/2021 À 21:40