Football
Serie A

Fidèle à elle-même, l'Atalanta s'offre un feu d'artifice contre Brescia

Partager avec
Copier
Partager cet article

Pasalic - Atalanta-Brescia - Serie A 2019/2020 - Getty Images

Crédit: Getty Images

ParDamien Dorso
14/07/2020 à 21:27 | Mis à jour 14/07/2020 à 22:27

SERIE A - Irrésistible depuis la reprise du championnat, l'Atalanta Bergame a fait exploser Brescia ce mardi (6-2) en ouverture de la 33e journée. Malgré un onze de départ remanié, les hommes de Gian Piero Gasperini ont survolé les débats du début à la fin face à leur voisin lombard. Mario Pasalic s'est notamment illustré en inscrivant un triplé. La Dea est 2e, les Rondinelle sont relégables.

L'Atalanta s'est encore régalée. Malgré un onze de départ remanié, les joueurs de Gian Piero Gasperini n'ont fait qu'une bouchée de leurs voisins de Brescia mardi soir en ouverture de la 33e journée de Serie A (6-2). Ils renouent avec la victoire après leur nul rageant face à la Juventus samedi dernier (2-2) et s'emparent provisoirement de la deuxième place du classement, six longueurs derrière la Vieille Dame mais deux devant l'Inter Milan (3e) et la Lazio Rome (4e).

  • Le film du match
Ligue des champions

Le CUP n'organisera pas de rassemblement pour suivre le match contre l'Atalanta

IL Y A UNE HEURE

Face à l'avant-dernier du championnat italien comme face au leader le week-end dernier, la formation bergamasque a évolué selon ses principes de football total où chacun de se démène au service de l'équipe et de l'animation offensive. Gasperini avait choisi de faire tourner son effectif et notamment de se passer de son habituel capitaine Papu Gomez en plus de son attaquant Luis Muriel, forfait après un accident domestique. Ce turn-over n'a cependant pas du tout affecté la faim de jeu et de buts des futurs adversaires du PSG en quart de finale de la Ligue des champions et Mario Pasalic n'a eu besoin que de deux minutes de jeu pour ouvrir le score (1-0, 2e).

Pasalic et la Dea marquent en rafale

Toujours aussi performante quand il s'agit de combiner dans le camp adverse, la Dea a cependant tardé à trouver ses repères en défense où Bosko Sutalo, Mattia Caldara et Berat Djimsiti, souvent livrés à eux-mêmes, ont commis quelques erreurs et permis à Ernesto Torregrossa de se présenter face à Marco Sportiello (4e) puis d'égaliser dans une entame de match assez folle (1-1, 8e).

Après un quart d'heure passé à peaufiner ses réglages, l'Atalanta a ensuite passé la seconde et enchaîner trois buts aussi beaux les uns que les autres en cinq minutes grâce à des mouvements incessants et à sa parfaite entente collective. Le milieu relayeur Marten de Roon (2-1, 25e) et les attaquants Ruslan Malinovskiy (3-1, 28e) et Duvan Zapata (4-1, 30e) ont fait exploser la défense de leurs voisins avec le soutien de l'arrière gauche Robin Gosens, auteur de deux nouvelles passes décisives.

Aligné dans l'entrejeu au côté de De Roon, l'ancien Niçois Adrien Tameze, lui, a parfaitement joué son rôle d'essui-glace pour couvrir les montées des hommes de couloir. Avec ces trois buts d'avance à la pause, Gasperini a pu remplacer Zapata par Ebrima Colley qui s'est révélé tout aussi remuant et précieux en point d'appui alors que Pasalic a signé deux nouveaux buts coup sur coup (55e et 58e) pour s'offrir un triplé. La réduction du score de Nikolas Spalek (6-2, 83e) face à Francesco Rossi qui avait remplacé Sportiello dans la cage bergamasque a tout juste permis de rappeler à l'ordre cette Dea totalement décomplexée et qui évolue dans des standards dignes des années 1950 avec ses 93 buts marqués en championnat.

Ligue des champions

Le droit de rêver, le devoir d’y croire

IL Y A 18 HEURES
Ligue des champions

Ilicic, la triste absence qui affaiblit la Dea

IL Y A 18 HEURES
Dans le même sujet
FootballSerie ABresciaAtalanta
Partager avec
Copier
Partager cet article