Un match décisif, un ballon qui traîne dans la surface, un attaquant en pivot qui reprend la balle dans une position délicate pour l’envoyer, d’une manière ou d’une autre, de l’autre côté de la glorieuse ligne… Ce dimanche, comme tant de fois dans sa carrière, Olivier Giroud a fait parler ses qualités de finisseur pour ouvrir le score face à Sassuolo à la 17e minute et lancer l'AC Milan vers son premier titre de champion d'Italie depuis onze ans.
Mais Giroud n'en est pas resté là. Un quart d'heure plus tard, il était encore à point nommé, en renard des surfaces, pour conclure un excellent travail de Rafael Leão et donner un break d'avance à l'AC Milan. Dans ce match du titre où les Rossoneri auraient pu être rattrapés par la peur de gagner, le Français a rassuré tout le peuple milanais. Il lui a offert cette sérénité essentielle dans un rendez-vous aussi décisif.
Ligue des Nations
"On a eu l'impression de revoir le Deschamps de l'Euro" : Pourquoi DD a-t-il autant tâtonné ?
14/06/2022 À 00:25
Ce n'est pas la première fois. On se rappelle notamment du seul but de la rencontre à Naples le 6 mars (0-1) ou de son doublé ultra décisif face à l’Inter début février (2-1). De quoi faire de lui un des grands artisans du retour au sommet des Rossoneri. Son impact se lit en partie dans les statistiques avec 11 buts pour sa première saison en Serie A. Mais surtout dans cette capacité à être décisif sur les rendez-vous important. Son doublé dans ce match du titre en est le plus bel exemple.

Une histoire sans fin avec l'équipe de France

Ce n'était pourtant pas évident au départ de la saison. Recruté pour jouer les doublures de Zlatan Ibrahimovic, confronté à l'apprentissage d'un nouveau championnat à 35 ans, l'ancien Montpelliérain a fait preuve d'une capacité d'adaptation remarquable pour s'imposer petit à petit comme un titulaire indiscutable de la formation de Stefano Pioli. La dernière fois qu'il a débuté sur le banc en championnat, c'était lors de la défaite face à la Spezia mi-janvier (1-2). Depuis, il a systématiquement été titulaire. Et Milan n'a pas perdu un match.
Sa saison est remarquable. Et l'ironie de l'histoire a voulu qu'il soit le héros du titre trois jours après avoir été après avoir appris son absence pour le rassemblement des Bleus. Jeudi, Giroud n’était pas sélectionné par Didier Deschamps pour faire partie des 24 joueurs appelés pour participer aux matches de Ligue des Nations de juin. Un nouveau signal pour indiquer au deuxième meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France (48 réalisations, à trois unités du record de Thierry Henry) que le futur ne semblait plus pouvoir s’écrire en bleu.

Scènes de liesse à Milan pour célébrer le Scudetto

Ce dimanche, Didier Deschamps, longtemps son premier défenseur, n’a pas hésité à dire qu’il ne pouvait pas "faire de sentiment" concernant son ancien joueur fétiche. Alors, comme toujours, Giroud a répondu sur le terrain, rappelant à son sélectionneur qu’il ne comptait pas arrêter de lui donner des nœuds au cerveau. Toujours rebondir sans jamais vraiment chuter, c’est un peu l'histoire de sa carrière résumée en une semaine. Et l’étrange paradoxe d’un joueur qui a su gonfler encore son palmarès juste après avoir été snobé par les Bleus.
Ligue des Nations
En juin, les Bleus cherchent encore "la bonne formule"
02/06/2022 À 22:07
Equipe de France
Endeuillé, Didier Deschamps quitte le rassemblement des Bleus
31/05/2022 À 15:51