C'est la mort d'un géant. Le tribunal avait déjà accordé plusieurs sursis au club depuis son dépôt de bilan le 11 janvier, afin de permettre à des repreneurs éventuels de se manifester. Le club, repris par le Français Marc Roger début 2004, a accumulé un passif de 7,2 millions d'euros et les salaires n'étaient plus payés depuis le mois d'octobre. Le juge devait choisir entre trois options: la faillite, l'ajournement de faillite ou le sursis concordataire.
Jeudi soir, des pourparlers se poursuivaient encore entre Marc Roger et des investisseurs syriens non identifiés. Selon l'agence Sport Information, ceux-ci espéraient pouvoir se présenter devant le juge avec un paquet d'actions cédées par Marc Roger et une garantie bancaire de 15 millions de francs suisses qui auraient permis de sauver le club.
Ligue 1
Le coup de théâtre : Xavi Simons quitte le PSG pour le PSV
IL Y A 34 MINUTES
Relégation assurée
Mais ils se sont finalement refusés à produire leurs garanties financières faute d'avoir l'assurance de contrôler la situation: "Nous voulons savoir où nous mettons les pieds, ne pas avoir de mauvaises surprises, une fois l'accord signé", a expliqué l'un des deux Syriens, le Dr Bachar, cité par Sport Information. "Il y a des choses qui ne sont pas claires", a ajouté le repreneur potentiel en faisant allusion à la holding créée par Marc Roger. Après l'énoncé du verdict, le Dr Bachar a confié qu'"il y a encore un espoir".
Marc Roger ne s'était pas présenté à l'audience, se faisant représenter par son avocat, Me Alain Marti. Plus que centenaire, le Servette est le seul club suisse à s'être toujours maintenu au sein de l'élite nationale depuis 1899. Pour la première fois de son histoire, il devrait donc connaître les affres de la relégation, mais avec l'assurance de pouvoir repartir la saison prochaine en "1re Ligue" (équivalent suisse du National, la 3e div. française), la catégorie où jouent cette saison les moins de 21 ans du Servette.
Un exode de talents
Après avoir longtemps attendu en vain des nouvelles rassurantes, le champion du monde français Christian Karembeu, recruté l'an dernier par le Servette, a signé dimanche un contrat de cinq mois au SC Bastia . Avant Karembeu, un autre Français du Servette, Stéphane Ziani, avait signé pour six mois dans le club corse, tandis que le Portugais Nuno Miguel Da Cunha "Kata" s'est engagé avec Brest (Ligue 2).
A 32 ans, l'international suisse Massimo Lombardo espérait bien terminer sa carrière de joueur de haut niveau au Servette. "Cela fait 3 semaines que nous sommes ballotés de gauche à droite sans avoir de réponse concrète à nos interrogations", confiait-il après le verdict. "C'est très perturbant. Je suis très triste pour la ville, pour le club. Cette faillite est un coup dur pour tout le football suisse.
Ligue 1
Neymar, Icardi et tant d'autres : les grands dévalués du PSG
IL Y A 9 HEURES
Transferts
L'OM, un mercato qui patine en cinq questions
IL Y A 9 HEURES