Si vous cherchez dans les archives, vous n'aurez pas vraiment de mal à trouver des déclarations de Jürgen Klopp se plaignant du calendrier. C'est simple : l'entraîneur de Liverpool peste quasiment chaque année contre un rythme qu'il juge "infernal" pour lui et son équipe. Un exemple ? Fin 2016, le technicien allemand s'en était pris publiquement au traditionnel "Boxing Day". Autant dire un crime de lèse-majesté.
"Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais jouer le 31 puis le 2, ce n'est pas la meilleure idée au monde", avait-il notamment lâché. Même chose trois ans plus tard, en novembre 2019, où il pestait au moment où son équipe devait jouer les quarts de finale de la Coupe de la Ligue un mois plus tard, soit en même temps que la Coupe du monde des clubs au Qatar. "Nous avons demandé à Aston Villa s'ils voulaient nous rejoindre", ironisait-il. Même chose au moment du projet avorté de la Super Ligue : "Vous ne pouvez pas ajouter toujours plus de compétitions. C'est très bien que la nouvelle Super Ligue ne soit plus sur la table, mais la nouvelle formule de la Ligue des champions n'est pas super."
https://i.eurosport.com/2022/04/14/3355203.jpg
Premier League
City déroule, Haaland enchaîne
17/09/2022 À 13:22
Dernier exemple en date cette semaine, lorsque Klopp a pesté contre l'horaire du match face à Newcastle, programmé le samedi 30 avril à 12h30, soit en sandwich entre la demi-finale aller et retour face à Villarreal. "Si vous voulez nous causer des problèmes, il suffit de nous envoyer à 12h30 à Newcastle, a-t-il regretté. Je ne le comprends pas. Je peux comprendre que les gens veuillent voir un match de football entre Liverpool et Newcastle mais je ne vois pas pourquoi une équipe devrait avoir un avantage ou un désavantage." Ses dirigeants sont passés des paroles aux actes en demandant aux instances, selon The Athletic, de repousser la rencontre.

Une mauvaise expérience la saison passée

Si Liverpool se méfie du calendrier, c'est également parce qu'il lui a coûté cher la saison passée, notamment lors de la période hivernale. Les quatre matches nuls face à Fulham, Crystal Palace, West Bromwich et Newcastle, combinés à la défaite sur la pelouse de Southampton, avaient marqué un tournant dans la saison des Reds en Premier League. Et alors que le duel avec Manchester City risque de se jouer au moindre petit point cette saison, Klopp veut préserver ses troupes et leurs plumes. Surtout que tous rêvent d'un quadruplé historique, toujours possible avant la demi-finale de FA Cup ce samedi face aux Citizens.

"C'est la meilleure version du Liverpool de Klopp, la plus aboutie"

"La Ligue et le diffuseur doivent un peu aider, a argumenté Klopp. On verra. Je n'ai encore rien entendu pour l'instant. Personne de BT Sport (le diffuseur de la Premier League, ndlr) ne m'a encore contacté. Mais il faut faire preuve de bon sens." Au stade actuel des choses, Liverpool affrontera donc City ce samedi, puis Manchester United le 19 avril, Everton le 24, Villarreal le 27, Newcastle le 30 et Villarreal le 3 mai. Pour l'entraîneur allemand, ce calendrier est tout simplement "injuste" et risque de compromettre son objectif de tout rafler.

City n'est pas content non plus

Dans le tourbillon qui s'annonce pour Liverpool, Klopp peut toutefois compter sur un effectif plus fourni que la saison dernière. Luis Díaz est venu renforcer son effectif en janvier, tout comme Ibrahima Konaté l'été dernier, puis les divers Harvey Elliott, Divock Origi ou encore Takumi Minamino peuvent également apporter leur contribution. Les seconds couteaux ont su se montrer à la hauteur quand ils ont été mis à contribution, en témoigne la victoire face à l'AC Milan lors du dernier match de la phase de poules de Ligue des champions. Déjà qualifiés, les Reds s'étaient imposés à San Siro (1-3) avec une équipe largement remaniée.
La compo de Liverpool face à Milan : Alisson - Alexander-Arnold, Matip, van Dijk, Robertson - Henderson (cap), Fabinho, Keita - Salah, Jota, Mané
Avant le choc face à City, samedi, Liverpool Klopp peut également compter sur la fraîcheur de certains cadres. En effet, Mohamed Salah, Sadio Mané et Virgil van Dijk ont débuté sur le banc lors du quart de finale retour de Ligue des champions face à Benfica mercredi (3-3). À l'inverse, Guardiola a reconnu que City avait de "gros problèmes" après le nul éprouvant 0-0 sur la pelouse de l'Atletico Madrid. Kevin De Bruyne et Kyle Walker sont sortis blessés et Phil Foden a terminé le match avec un bandage à la tête.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
"Le calendrier est fou, a déploré son milieu de terrain espagnol Rodri. Nous avons eu ces deux matches contre l'Atletico, l'autre jour contre Liverpool. Il faut travailler à 100% et maintenant nous avons Liverpool à nouveau, trop de matches difficiles en même temps, mais c'est comme ça." Interrogé à ce sujet, Klopp, lui, a assuré qu'il ne "savait pas" si son équipe aurait vraiment un avantage, estimant que les deux rencontres ont été "intenses" et "éprouvantes". Malin, ce Jürgen...
Premier League
Diego Costa, une dernière danse avec les "Wolves"
16/09/2022 À 21:06
Ligue des champions
"Comme Johan Cruyff" : Haaland, un but de plus, mais pas comme les autres
14/09/2022 À 22:46