Le Brésil réussit son pari fou et s'offre le doublé. Dominatrice lors d'une finale disputée sur un faux rythme, la Seleçao s'est offert l'or olympique samedi à Yokohama. Il a fallu attendre la 108e minute et le but libérateur de Malcom pour venir à bout d'une Espagne à contre-courant durant toute la rencontre. Après l'extase de Rio, les Auriverdes rejoignent l'Argentine, jusqu'à lors seule nation à avoir glané deux titres consécutifs. Inoxydable à 38 ans, Dani Alves remporte le 44e trophée d'une carrière légendaire.
Suivez une année de sport sur Eurosport pour 34,99 euros
Cinq ans après, le Brésil n'est toujours pas tombé du toit de l'Olympe. Le couperet n'est pas passé près, il est vrai, lors d'une demi-finale hachée face au Mexique (victoire 4-1 aux tirs au but). Mais Andre Jardine a renouvelé sa confiance au onze opposé à El Tri, hormis le retour de blessure de Cunha. Justement, ce dernier a fait toute la différence pour la Seleçao. Aligné aux côtés d'un Richarlison mobile et désaxé, l'avant-centre du Hertha Berlin a joué les finisseurs et ouvert la marque d'un but plein d'opportunisme sur un ballon sauvé in extremis par Dani Alves (45e+2). Une ouverture du score méritée tant l'Espagne a paru une nouvelle fois empruntée et suffisante en première période, sans donner l'impression de vouloir (pouvoir ?) changer de rythme.
Tokyo 2020
Espagne - Brésil : Revivez le sacre des Brésiliens
07/08/2021 À 11:22
https://i.eurosport.com/2021/08/07/3197639.jpg

L'Espagne et le mirage d'un sursaut

Visiblement encore sous le choc, les Espagnols ont bien failli connaître le KO mais Unai Simon, qui a concédé plus tôt un penalty après une sortie aérienne ratée (38e), s'est jeté devant Richarlison et dévié sa tentative sur la barre. Meilleur buteur de la compétition, l'attaquant d'Everton, perdant malheureux de la Copa America il y a un mois, a manqué son rendez-vous et un penalty. Un fait de jeu qu'il a sans doute ressassé sous sa chevelure blonde en voyant, impuissant, Oyarzabal égaliser d'une volée en première intention (61e). Rassérénés par un scénario inespéré, les Espagnols ont subitement retrouvé le contrôle et la fluidité qui les caractérisent. Asphyxiés par les passes incessantes des hommes en rouge, les Auriverdes ont patiemment attendu la prolongation, non sans un brin épais de réussite, notamment sur une frappe sublime du joyau Bryan Gil entré à la pause s'écrasant sur la barre transversale.
https://i.eurosport.com/2021/08/07/3197651.jpg

La Seleçao et Dani Alves dans l'histoire

Sauvée en demi-finale par un bijou de Marco Asensio face au Japon, la Rojita a cette fois-ci connu l'inverse. Irradiant depuis son entrée en jeu à l'entame de la prolongation, Malcom s'est aisément joué de Vallejo sur le flanc gauche avant d'éteindre Simon et les derniers espoirs de titre espagnols (108e). Sonnés mais dans la nécessité de recoller, les partenaires de Pedri, les jambes calcinées après un 73 matches disputés cette saison, n'ont pu que se démener dans le vide, endigués dans la nasse brésilienne. Soudés jusqu'au terme de la rencontre, les Auriverdes empochent une nouvelle fois l'or et rejoignent l'Argentine, titrée deux fois consécutivement en 2004 et 2008. Capitaine exemplaire, Dani Alves s'offre une nouvelle ligne dans un palmarès qui n'en manquait pas, loin de là. Un 44e trophée et la légende de l'ancien barcelonais rayonne désormais jusqu'aux contours de l'Olympe.
Tokyo 2020
Les Canadiennes enfin sacrées
06/08/2021 À 14:59
Tokyo 2020
Un corner direct somptueux : Rapinoe lance la petite finale
05/08/2021 À 09:37