Getty Images

Ligue des nations : L'indispensable péril jeune de l'Italie

L'indispensable péril jeune de l'Italie

Le 06/09/2018 à 16:18Mis à jour Le 07/09/2018 à 14:01

LIGUE DES NATIONS - Dix mois après le camouflet de sa non-qualification pour la Coupe du monde, l'Italie poursuit sa reconstruction. La Ligue des nations peut-elle permettre à la Squadra Azzurra de tourner la page et d’enfin trouver la nouvelle garde dont elle a manqué ces dernières années ?

Le changement, c’est maintenant. La sélection italienne se prépare à rencontrer ce vendredi la Pologne, pour son premier match en Ligue des nations. Roberto Mancini, qui a pris les rênes de la Squadra en mai dernier pour remplacer Gian Piero Ventura, jugé responsable de la non-qualification pour la Coupe du monde, va avoir du travail, beaucoup de travail.

Le désert de la Serie A

Sa première mission, trouver la nouvelle génération de joueurs capables de remplacer certains piliers de la sélection italienne, comme Leonardo Bonucci, qui se font vieillissants. Mancini a pris la décision de sélectionner de jeunes, très jeunes pousses, à l’image de Nicolo Zaniolo, milieu de terrain de l’AS Rome, âgé de 19 ans, qui n’a jamais joué en Serie A. Le manque de vivier italien, l’ancien entraineur de l’Inter Milan en est conscient et tente d’y remédier. Il déclarait en conférence de presse, le jour de sa nomination : "Il n'y a jamais eu aussi peu d'Italiens sur les terrains, c'est un point bas."

Et il n’a pas tort. Selon des calculs effectués par l’AFP, seulement 40% des joueurs alignés lors des trois premières journées du Calcio en ce début de saison étaient Italiens, contre plus de 70% en 2006, année du dernier sacre mondial des Transalpins. L’Euro 2020 approche et il est essentiel pour Mancini de trouver l’équipe qui pourra faire oublier à ses millions de supporters l’échec de 2018.

Roberto Mancini - Italy-Arabia Saudita - International friendly match 2018 - Getty Images

Roberto Mancini - Italy-Arabia Saudita - International friendly match 2018 - Getty ImagesGetty Images

La jeunesse comme seul recours ?

Aligner des joueurs qui affichent un temps de jeu très limité ? Cela ne lui fait pas peur, et c’est même devenu nécessaire : "Nous sommes ici pour trouver des solutions. Nous savons qu'il y a des problèmes, notamment en terme de temps de jeu, et c'est pour ça qu'on essaie de connaître tout le monde. A l'étranger, ils n'ont pas peur de mettre sur le terrain des joueurs de 18 ou 19 ans. Il faut un peu de courage et leur faire confiance." Un discours qui détonne, tant Mancini, du temps de l’Inter, n’hésitait pas à aligner des équipes composées uniquement de joueurs étrangers.

Super Mario promu capitaine ?

Sa deuxième mission, trouver LE joueur qui pourrait incarner le renouveau de la sélection italienne. Roberto Mancini a convoqué une liste très élargie, de 31 joueurs, pour les matches de Ligue des nations, et a fait le choix de rappeler un certain Mario Balotelli, qu’il a bien connu à l’Inter et à City.

En l’absence de l’enfant prodige Marco Verratti, blessé, l’attaquant de l’OGC Nice, âgé de 28 ans, a une carte à jouer, lui qui a toujours eu une histoire tourmentée avec sa sélection. Après quatre ans d’absence, Super Mario a fait son retour lors des matches amicaux qui ont précédé le Mondial en Russie, en mai dernier.

Et il a brillé d'entrée face à l’Arabie Saoudite, en étalant tout son talent et en inscrivant un magnifique but. Quelques jours plus tard, il s'était fait plus discret contre la France à l'Allianz Riviera. Mais son retour a incontestablement fait du bien à une attaque transalpine en manque d'homme fort. L’enfant terrible du football italien pourrait même porter le brassard de capitaine lors des prochaines rencontres. Et s’il était là, le vrai renouveau ?

Mario Balotelli

Mario BalotelliGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0