Mercedes a juré que ce Grand Prix de Sakhir ne serait pas un test comparatif avec pour enjeu caché une place au côté de Lewis Hamilton en 2022. Mais à travers une prestation ordinaire, samedi en qualification, Valtteri Bottas n'a pas dissipé ce doute, qui va le poursuivre encore longtemps. Vingt-six millièmes au bout d'un tour de 53"377 pour une pole position, du haut de ses 78 Grands Prix avec Mercedes contre un à peine pour son jeune voisin de stand, George Russell, c'est franchement dérisoire.
Le film de la qualification
Grand Prix de Sakhir
26 millièmes : Bottas bat Russell d'un souffle pour la pole
05/12/2020 À 18:04
Le Finlandais a fait le job, en somme. Au fond de lui, il souhaitait clore ce débat qu'il n'a fait qu'attiser. Et c'est crispé, peu souriant, qu'il a livré sa frustration, à la fin de la 16e séance de qualification de la saison, qui lui a offerte sa 16e pole position en carrière.
"C'est une situation différente pour moi avec un nouveau coéquipier mais je me suis concentré sur mon propre travail, sans dépenser d'énergie ailleurs, s'est-il curieusement justifié au micro de Paul di Resta, à sa descente de voiture, avouant implicitement que cette nouvelle concurrence l'avait vraiment perturbé. En termes de stratégie, on est au bon endroit dans cette écurie et c'est bien de voir George compléter la première ligne", a-t-il ajouté.

Tréluyer : "Nous les pilotes, on aime tellement ça que le risque, ça passe après"

C'est un peu un circuit Mickey
Sans l'expliciter, il faisait référence à ce plan de course avantageux dans lequel Mercedes l'a placé seulement lui et George Russell. Dimanche, il débutera sa course en pneus "medium" sur cette piste abrasive ou les gommes "tendre" des rivaux du Top 10 devraient souffrir plus.
"C'est bon d'être en pole, ce ne fut pas ma meilleure qualification mais je suis content que cela ait suffi", a-t-il poursuivi. Sa mission remplie, il s'est un peu projeté sur la course de 87 tours qui attend les 20 concurrents, dimanche, sur la version "extérieure" du circuit de Sakhir. "On peut se suivre ici. C'est un peu un circuit Mickey : c'est tortueux, bosselé, c'est intéressant", a-t-il lâché.
De son côté, George Russell pouvait être satisfait d'avoir gagné sa première course, contre-la-montre. Lewis Hamilton testé positif au Covid-19 lundi, il n'a été officialisé que jeudi dans le baquet de la W11 n°44, changé en n°63 ce week-end. "Ce fut incroyablement intense, a-t-il déclaré à Sky Sports F1. Il y avait tant à apprendre, s'habituer au baquet, à tout. C'était si différent et étrange de commencer avec ça. C'est une manière tout simplement très différente de piloter. Désapprendre ce que j'ai appris chez Williams et apprendre à piloter cette voiture rapide."
"J'ai essayé beaucoup de choses en libres 3 et ça ne s'est pas bien passé du tout. A cet instant, j'aurais été ravi de passer en Q3 !, a-t-il avoué. Je suis vraiment ravi. On a tout bien fait dans le dernier tour. Je suis évidemment dégouté de perdre la pole position pour 26 millièmes mais si on m'avait dit la semaine dernière que je me qualifierais deuxième place, je ne l'aurais pas cru."
https://i.eurosport.com/2020/12/04/2949293.jpg
Un long, long moment que je n'ai plus connu ça
"Valtteri a poussé pas mal de fois Lewis en qualification ces dernières années, a-t-il rappelé, pour bien mesurer l'étendue de ce qu'il a déjà accompli. Je pense qu'il n'y a statistiquement qu'un dixième d'écart entre eux et nous savons à quel point Lewis est bon. Être juste derrière Valtteri, en étant arrivé à la dernière minute avec deux jours de préparation... je suis ravi."
Et après 35 Grands Prix en fond de peloton avec une Williams qu'il a fini par sortir de sa torpeur cette année à coup de passages en Q2, parfois devant une voire deux Ferrari, l'Anglais va savourer cette parenthèse d'un dimanche. Puisqu'il retournera dans son équipe habituelle la semaine prochaine si Lewis Hamilton est testé négatif. Ce qu'il saura a priori jeudi.
"Je n'aurai personne en face de moi au départ, et ça fait un long, long moment que je n'ai plus connu ça, a-t-il dit. Ça va être piégeux. La qualification est ce qui m'inspire le plus confiance car on se lâche, mais en course il faut plus de contrôle et de finesse, et je n'ai pas encore l'expérience de ça."
Quant à Max Verstappen, il s'est montré blasé par sa troisième place, sa onzième de la saison ! "Oui, ils ont pris trois trains de pneus, peu importe, a commenté le Néerlandais, éconduit pour 0"056. De mon côté, ce fut un bon tour, je suis plutôt content d'être troisième. C'était un peu plus serré que d'habitude mais c'est dû au circuit. Les Mercedes partiront sur des pneus différents et j'espère que je prendrai du plaisir. Je serai du côté propre de la piste au départ et je pourrai mettre la pression sur Russell. Il y aura beaucoup de tours à faire, beaucoup de trafic à gérer, et ce ne sera pas simple."
Grand Prix de Sakhir
"Leclerc s'est un peu comporté comme un junior dans les catégories inférieures"
08/12/2020 À 18:42
Grand Prix de Sakhir
Un podium à Sakhir : le coup de pression de Prost a été salutaire pour Ocon
08/12/2020 À 18:35