AFP

Grand Prix d'Abou Dabi : Rosberg termine la saison en beauté

Rosberg termine la saison en beauté

Le 29/11/2015 à 15:43Mis à jour Le 29/11/2015 à 17:00

Nico Rosberg (Mercedes) a remporté le dernier Grand Prix de la saison, ce dimanche à Abou Dabi. C'est la troisième victoire de suite de l'Allemand. Comme au Brésil, l’Allemand a profité d’une stratégie plus élémentaire pour s’imposer devant son coéquipier Lewis Hamilton. Kimi Raïkkönen (Ferrari) a bouclé le podium.

Depuis le sacre de Lewis Hamilton, Nico Rosberg (Mercedes) a trouvé la bonne formule. Ce dimanche, à Abou Dabi, l’Allemand a appliqué la même méthode qu’à Interlagos. Pour égayer sa saison, dominée par son coéquipier champion du monde, le titulaire de la Flèche d’Argent n°6 n’a pris aucun risque stratégique. Il a décroché son sixième succès de la saison, le troisième consécutif en devançant le Britannique. Kimi Raïkkönen a assuré le podium.

Impossible de certifier que le rapport de force entre les deux pilotes de l’écurie allemande a changé. Il sera temps d'en reparler la saison prochaine... Sur le circuit Yas Marina, Rosberg a simplement confirmé son inversion ponctuelle en cette fin de saison. Parti en pole, il s’est élancé plus vite que tout le monde pour prendre un premier avantage significatif sur son voisin de box, trop timide à l’extinction des feux. Impeccable en piste, le vice-champion du monde a sécurisé sa position grâce à une bonne gestion pneumatique et des arrêts aux stands précoces.

Hamilton, lui, a tout tenté. D’abord pour magnifier sa couronne dans le cadre féérique proposé par la manche émiratie. Ensuite pour donner plus de signification à son chiffre fétiche, le 44, floqué sur sa monoplace. Un 44e succès en carrière aurait eu plus de résonnance ce dimanche, puisque les Emirats Arabes Unis célèbrent aussi leur 44e année d’indépendance.

Hamilton débouté

Mais rien n’a fonctionné. Ni un troisième relais impressionnant, où le natif de Stevenage a recollé à 1’’3 du leader, ni des tentatives stratégiques audacieuses. Après le deuxième arrêt de son rival, le triple champion du monde a fait durer ses gommes "tendre", évoquant même à la radio la possibilité de les emmener au bout des 55 tours. Mais il a encore été débouté par l’écurie étoilée.

Sebastian Vettel (Ferrari) devant son coéquipier Kimi Raïkkönen durant le Grand Prix d'Abou Dabi 2015

Sebastian Vettel (Ferrari) devant son coéquipier Kimi Raïkkönen durant le Grand Prix d'Abou Dabi 2015AFP

La Scuderia, elle, n’a pas eu besoin d’imposer ses règles. Sebastian Vettel, parti 15e, a remonté tout le peloton pour s’installer en 4e position. En prenant soin, à chaque relais, de laisser passer son coéquipier Kimi Raïkkönen, installé sur le podium. Forcément, les messages d’équipe sont bien plus difficiles à faire passer lorsque les pilotes concernés se sont disputés le titre toute l’année.

Avec ses moyens et une Lotus à bout de souffle, Romain Grosjean a réussi ses adieux à l'écurie d'Enstone. 18e sur la grille après une pénalité, le Français a bouclé son 83e grand prix au neuvième rang. Et offert deux petits points d'adieux à l'équipe de ses débuts en Formule 1.

0
0